LES BLOGUES
06/03/2016 10:04 EST | Actualisé 07/03/2017 05:12 EST

«Désaxé» de Lars Kepler: un doigt dans l'engrenage

Désaxé est le cinquième livre d'une série qui ne se distinguera jamais par sa subtilité, tant le suspense y est lourd, gros comme un char d'assaut... et pourtant, ça fonctionne.

Lars Kepler a fait son apparition sur le radar polar en 2010 avec L'Hypnotiseur, introduisant le psychologue Erik Maria Bark et, surtout, le valeureux policier Joona Linna. Désaxé est le cinquième livre d'une série qui ne se distinguera jamais par sa subtilité, tant le suspense y est lourd, gros comme un char d'assaut... et pourtant, ça fonctionne. Efficace qui comme Kepler !

Tout laisse supposer que le criminel Jurek Walter est mort. Il n'en reste, semble-t-il, qu'un doigt, et les empreintes correspondent. Joona Linna peut enfin sortir de sa cachette. Le tueur qui avait menacé de s'en prendre à sa famille n'est plus. Il doit cependant se refaire une identité et une santé chez son ami Erik Maria Bark. Rapidement, il est forcé de reprendre du service. Un traqueur filme des femmes puis les assassine avant de publier ses exploits sur les réseaux sociaux. Les femmes ont pour point commun d'avoir été en relation avec Bark, et les soupçons des policiers obligent ce dernier à fuir.

Ce qui semble au départ une banale histoire de tueur en série se transforme soudainement en un sordide récit sur la vengeance : une vendetta qui va mettre le psychologue et hypnotiseur en grande difficulté. D'intervenant dans une enquête, il en devient le suspect principal. Lars Kepler (pseudonyme du couple Alexandra Coelho et Alexander Ahndoril) est un habitué du suspense de haut vol et Désaxé ne fait pas mentir cette réputation.

On retrouve avec plaisir Joona Linna, affaibli par sa fuite, et Erik Maria Bark. Tous deux sont pris dans un tourbillon d'aventures rondement menées, malgré quelques scènes qui tordent la réalité et ne tiennent pas la route.

Mais qu'à cela ne tienne, parfois mettre son cerveau en mode veille ne fait pas de tort ! Désaxé est un pur divertissement, comme un film américain peut l'être, envoûtant comme le vide. Un moment d'oubli de soi... bien que quelques scènes à la description alambiquée rendent leur lecture incompréhensible, sinon souffrante !

Désaxé répond aux attentes anticipées. Un thriller juste assez équilibré pour tenir le lecteur jusqu'à la dernière page.

Lars Kepler, Désaxé, Éditions Actes Sud actes noirs. Traduit du suédois par Lena Grumbach (Stalker, 2014). Février 2016. 589 pages.

Sur les tablettes

Lumière du monde de James Lee Burke (Éditions Rivages).

De retour avec sa famille et son ami Clete Purcel dans le sauvage Montana, Dave Robicheaux se laisse troubler par une succession d'événements déplaisants. C'est d'abord Alafair, sa fille, qui évite de peu un pseudo-accident de chasse, puis Gretchen, la fille de Clete, qui entre en conflit avec un flic local. Enfin, Alafair se persuade qu'elle est suivie et croit reconnaître un visage familier : Asa Surette, assassin multirécidiviste qu'elle avait interviewé, et prétendument décédé dans un accident de fourgon lors d'un transfert. Est-il réellement mort ? Le doute s'installe, alors que les liens se dessinent entre plusieurs crimes sadiques et sexuels qui suggèrent qu'une présence véritablement maléfique hante ces paysages sublimes.

Inhumaine de Patricia Cornwell (Éditions Flammarion).

Le Dr Kay Scarpetta enquête sur un décès très suspect dans une demeure ancestrale de Cambridge, quand une mystérieuse vidéo apparaît sur son téléphone. Impossible à interrompre, elle montre sa nièce, Lucy, vingt ans plus tôt à l'académie du FBI. Ce que Scarpetta découvre, elle n'ose le partager ni avec son mari Benton Westley, agent du FBI, ni avec le détective Pete Marino, ni même avec Lucy. Elle craint la réapparition de sa plus vieille ennemie, Carrie Grethen, psychopathe brillante qui a séduit la jeune Lucy pendant ses études à Quantico. Y aurait-il un lien entre ces images et l'acharnement du FBI à fouiller la propriété de Lucy ? Entre le meurtre de Cambridge et l'attaque sous-marine dont Scarpetta a été victime deux mois plus tôt ? Traquée par une meurtrière machiavélique, la légiste sait que tout peut se retourner contre elle, car désormais chaque démarche, chaque conversation, chaque geste est susceptible d'être épié, enregistré et trafiqué.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images