LES BLOGUES
30/11/2013 10:10 EST | Actualisé 30/01/2014 05:12 EST

<em>Sous la surface</em> de Martin Michaud: dans l'œil du pouvoir

Agence QMI - Philippe-Olivier Contant

Le nouveau polar de Martin Michaud, Sous la surface, est un ambitieux suspense qui garde le lecteur sur le qui-vive, jusqu'à la toute fin. À l'occasion, Leah laisse au vestiaire du centre de natation une enveloppe au contenu inconnu, laquelle, invariablement, disparaît. Qui s'en empare et pourquoi? Chantage? Espionnage? Au premier contact, la curiosité du lecteur est piquée.

style="float:

1991 : un jeune couple amoureux, Leah et Chase, scellent un pacte. Ils promettent de se revoir, quoiqu'il arrive, dans vingt-cinq ans sur le pont des Six Arches à Lowell, Massachusetts. Peu de temps après, une voiture plonge dans la rivière, deux ombres sortent de l'eau, une femme crie au secours et Chase se porte à son aide. On ne le reverra plus.

2016 : Leah est devenue l'épouse du sénateur Patrick Adams, candidat à l'investiture démocrate. Obama a terminé son second mandat. Le parti se cherche une tête d'affiche et le mari de Leah semble bien être celui qui plait à tous, grâce, entre autres, à son plan sur l'environnement. Beau, intelligent, de bonne naissance, Patrick Adam semble un prospect sans reproches.

Pourtant, sous cette façade idéale, un monstre s'agite et le dévore lentement. Le moment du vote approche et le souvenir de l'événement auquel il a pris part vingt-cinq ans plus tôt au pont des Six Arches le ronge. La stratégie savamment élaborée devant le mener à la Maison Blanche commence à se fissurer de partout. La vérité menace d'éclater au grand jour.

Dès le départ, sans traîner, Martin Michaud instille le mystère. Chaque chapitre, très court, amène son lot de secrets et chaque fin de chapitre résout l'un d'eux. Mais à mesure que certaines énigmes se dissipent, le suspense augmente. Michaud, telle une araignée, tisse sa toile autour de son lecteur, l'emprisonnant inéluctablement avant de le happer. Il parvient, à coups d'ellipses et de non-dits, à laisser croire que toutes les solutions sont plausibles. C'est bien l'une des forces majeures de ce polar, de ne pas trop en dire et de laisser l'espace nécessaire à l'imagination des lecteurs.

Le polar est en rupture avec les trois premières œuvres de l'auteur. Les habitués chercheront en vain Lessard et Jacinthe, ces policiers montréalais. En outre, il ne s'agit pas d'une enquête, mais d'un thriller.

En prenant pour sujet la politique américaine, Michaud en profite pour asséner une bonne claque bien sentie à tous ces faiseurs d'images et magouilleurs qui montent un individu jusqu'au plus haut sommet sans se préoccuper de sa conscience. Lorsque le candidat craque, c'est tout le système qui dévoile ses failles.

« J'ai toujours eu cette impression de vivre en retrait du monde. »

Construit comme le journal intime de Leah, qui livre sans pudeur ses pensées les plus intimes, Sous la surface est tout autant un grand roman sur l'amour perdu qu'un thriller politique. Toutes les actions sont au service de l'intrigue et les explosions de violence pour camoufler la vérité sèment de sérieux doutes chez Leah, une femme hypersensible, au caractère un peu instable.

Toute sa vie, depuis le drame, lui apparaît alors factice, élaborée sur de fragiles fondations, comme si elle était manipulée par des forces étrangères.

Le jour du vote est proche et Patrick Adams est envahi par la culpabilité. Derrière son masque de candidat vedette se dessine un triste rictus. Ni les manigances de son entourage politique, ni la soif de pouvoir, ne pourront freiner l'autodestruction.

Il y avait un réel risque pour l'auteur à se lancer ainsi à corps perdu dans un Thriller. Martin Michaud aura su éviter les risques et les pièges du genre jusqu'à la conclusion, laquelle, subtile et imprévisible, vient clore une intrigue palpitante.

Sous la surface présente une nouvelle facette de tout le talent que possède Martin Michaud. S'il y a un auteur de polars québécois qui pourrait enfin vaincre la réticence chauviniste des Français, c'est bien lui.

Martin Michaud, Sous la surface, Éditions Goélette. Octobre 2013. 347 pages. Aussi disponible en Epub.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.