LES BLOGUES
29/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 29/05/2018 14:55 EDT

Chers politiciens, répondez à cette question bien simple

La réponse à cette interrogation nous dira ce qu'il est réaliste de promettre, point.

Getty Images/iStockphoto

On va élire un nouveau gouvernement en octobre. En plein mois des feuilles mortes. Mortes, comme les foutues promesses faites trente jours avant.

Toi le lecteur ou la lectrice, veux-tu arrêter le temps deux secondes? Peux-tu prendre celui-ci pour réfléchir à ce qui s'en vient? Peux-tu réaliser qu'ils s'apprêtent à te gaver comme une oie, de promesses et de résolutions que le foie gras de tes impôts les aidera, en plus, à ne pas tenir?

Peux-tu partager cet article? Pas pour mon ego, mais bien pour que le ministre des Finances du Québec, comme tous les chefs aspirants des autres partis puissent le lire? Qu'ils puissent lire et comprendre une simple question?

Quel est l'état actuel et réel des finances du gouvernement Québec?

La réponse à cette interrogation nous dira ce qu'il est réaliste de promettre, point. Car vous savez que c'est ce qu'ils vont nous raconter après avoir été élus, qu'ils ne pensaient pas que c'était si pire que ça et qu'ils sont désolés. Ils vont vous servir, au lieu du beau cornet à trois boules promis un mois plus tôt, une amère cuillerée d'huile de foie de morue, vous disant que les plans ont changé et que c'est pour notre bien à tous qu'ils font ça.

Vous dites à votre institution financière que l'état de vos finances n'est pas ce que vous pensiez et vous conservez votre maison quand même?

Quand vous allez à la banque pour acheter une maison, on vous demande un bilan financier. Si trois mois plus tard, vous ne faites pas vos paiements, qu'est-ce qui se passe? Vous dites à votre institution financière que l'état de vos finances n'est pas ce que vous pensiez et vous conservez votre maison quand même?

Non!

On vous saisit et vous avez une note à votre dossier aussi malodorante qu'une mouffette écrasée au milieu de la rue. On vous verra venir de loin, car vous aurez brisé un lien de confiance. Ça, c'est le sort réservé au monde ordinaire.

En politique, ça ne semble pas marcher de même. Les politiciens font appel à des fabricants d'images, des publicitaires qui les ont convaincus qu'après un moment, les gens oublient facilement, car ils sont trop occupés. Et s'ils ne le sont pas assez, occupons-les avec le retour des Expos ou bien la charte des valeurs.

La CAQ, qui prône le changement et qui pourfend le cynisme en politique, est-elle prête à mettre ses sièges en jeu, si elle ne remplit pas ses promesses?

Quelle formation politique aura le courage de nous promettre ce que l'État a réellement les moyens de réaliser? La CAQ, qui prône le changement et qui pourfend le cynisme en politique, est-elle prête à mettre ses sièges en jeu, si elle ne remplit pas ses promesses? M. Legault est un homme d'affaires rigoureux, semble-t-il? Est-il prêt à vérifier minutieusement l'état du bateau avant de vendre sa croisière?

Je parle de la CAQ, car les deux autres partis majeurs semblent, de tout temps, avoir joué le petit jeu du « je le savais pas », une fois élus. Quant à Québec Solidaire, c'est plus facile de promettre n'importe quoi quand tu sais très bien que tu n'auras jamais le pouvoir. Ça n'implique pas grand-chose et ça a peu de conséquences... c'est, à la limite, divertissant.

Alors, si tu te souviens encore de la question, cher(ère) ami(e), pose-la à ceux qui veulent ton vote.

Sinon... quand tu te sentiras encore une fois floué(e)... eh bien, s'il te plait, ferme-la.

Voir aussi: