LES BLOGUES
23/02/2018 09:00 EST | Actualisé 23/02/2018 09:00 EST

Le sens d'Aussant

Je me demande où se situe sa détermination: au niveau de la cause ou de sa volonté de diriger celle-ci?

HuffPost Québec
Le prophète en exil qu'est Aussant est une personne d'une grande intelligence, mais peut-il se servir de cette dernière pour cesser de passer en coup de vent partout où il va?

C'est le retour de l'enfant prodigue au sein du Parti québécois. Ou devrait-on dire l'enfant terrible? Jean-Martin Aussant semble confondre tout le monde, mais au fond, rien n'est plus clair. La politique et le service public semblent être d'abord une affaire de « moi ». Aussant en est la preuve vivante.

À la suite du départ d'André Boisclair, Aussant devenait une tête d'affiche, un représentant de ma génération, un élément montant au sein de son parti. Mais une formation politique, c'est d'abord une démocratie, ce sont des luttes de pouvoir qui ont toutes en commun cette trêve et cette soif du compromis aussi appelée la cause. On se bat pour la cause. Même Bernie Sanders a endossé son ennemie Hillary Clinton pour éviter que Trump ne « scrap » la Maison-Blanche. La cause, c'est le « guts », c'est le cœur des gens. On gagne ensemble ou on pleure ensemble.

Aussant semblait pressé et plutôt pragmatique. Je le décrirais intelligent comme Parizeau, la passion en moins. Je ne doute pas de sa sincérité ni de la logique derrière ses positions. Je me demande seulement où se situe sa détermination : au niveau de la cause ou de sa volonté de diriger celle-ci?

Car Aussant a, selon moi, fait beaucoup plus de tort que de bien au mouvement souverainiste en le divisant, en créant Option nationale (même en larguant cette dernière par la suite) et en s'acoquinant avec Gabriel Nadeau-Dubois, co porte-parole de Québec Solidaire. Peut-être aussi, s'amène-t-il avec l'intention de ramasser les pots qu'il a cassés, en essayant de rassembler ceux qu'il a lui-même divisés?

Et c'est ce qui me fait m'interroger sur l'individu. Ne connaissant évidemment pas tous les détails et les dessous de son histoire, ce qui ressort comme image, c'est celle d'un gars qui s'en va quand ça ne marche pas à sa façon. Et ce qui est drôle, c'est que celui qui n'avait pas la patience d'attendre après la souveraineté semble en avoir une de moine quant à son couronnement potentiel. Il arrive en sauveur avec un Lisée qui s'enlise, tentant désespérément de remettre son parti sur les rails, allant même jusqu'à se faire teindre en blonde (...si tu - l'électorat - me le demandais...).

Le prophète en exil qu'est Aussant est une personne d'une grande intelligence, mais peut-il se servir de cette dernière pour cesser de passer en coup de vent partout où il va? On a qu'à regarder François Legault pour comprendre que sans persévérance, on y arrive jamais, celui-ci commençant à peine à récolter les fruits de son dur labeur.

On a qu'à regarder François Legault pour comprendre que sans persévérance, on y arrive jamais, celui-ci commençant à peine à récolter les fruits de son dur labeur.

Représenter le peuple et ses aspirations, c'est se mettre à hauteur d'homme, c'est laisser son ego à la maison et c'est redoubler d'efforts face aux embûches. La journée où Aussant aura compris ça, il sera un grand leader.

Car dans un navire qui coule ou qui tangue, le dernier à partir est toujours le capitaine... à moins d'une mutinerie. Et pour cela par contre, le PQ n'a rien à envier au Bounty.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost