LES BLOGUES
22/02/2018 09:00 EST | Actualisé 22/02/2018 10:57 EST

Le blé d'Inde

Était-ce mieux Harper qui avait l'air de se pointer à un enterrement, à chaque endroit où il allait, tant il était drabe, de contenu comme de contenant?

Adnan Abidi / Reuters
Je préfère la petite famille de flasheux qui se situe entre les Kardashian et Wayne Gretzky, entre l'insignifiance et nos valeurs canadiennes.

On a tous vu les images de la famille Trudeau, projetant une pseudo quête spirituelle digne des messages de thérapie nouvel-âge dont regorge le dossier « indésirables » de ma boîte de courriels. Mais dans ce cas-ci, ce serait plutôt « enlarge your... spirit »... en famille en plus!

J'ai connu brièvement Justin Trudeau lors d'un shooting photo que j'avais dirigé artistiquement, il y a quelques années. On pouvait questionner sa capacité, à un si jeune âge, à diriger un pays mais impossible de ne pas trouver l'individu gentil, extrêmement gentil, même. Je l'avais brassé pas mal, ces 20 minutes de photos où je lui disais de relever la tête, de sourire, de bien placer ses pieds, etc... Jamais ne m'a-t-il regardé exaspéré. Au contraire, il gobait tout, pour probablement mieux performer la prochaine fois où il serait devant l'objectif. J'avais beau douter de lui qui n'était pas encore élu, j'étais quand même fasciné par sa capacité d'adaptation, donc de progression.

Dans une société qui carbure à l'image, nous sommes plus que servis avec Justin.

Le voici en mission en Inde pour représenter le Canada. Même s'il manque parfois de contenu, il semble impossible qu'il puisse manquer de contenant. Dans une société qui carbure à l'image, nous sommes plus que servis avec Justin. Mais entre deux vaches sacrées, il ne peut pas comme à Tokyo, prendre des bains de foule, inondé d'égoportraits. Comme d'habitude, il s'adapte. Il a décidé de la jouer à la Beatles cette fois. Ces derniers, en passant, étaient tout aussi insignifiants lors de leur quête spirituelle entre deux touches de LSD. Ils ont fait comme les Indiens, s'habillant comme eux et amalgamant marketing et spiritualité. Ils furent tellement « touchés » par leur expérience que McCartney a composé « Obladi, Oblada, Life Goes On » à son retour.

L'Inde est un marché émergent qui constitue un incontournable pour faire des affaires en 2018. Le Canada veut sa part du gâteau et Trudeau a décidé de jouer le coup de l'Indien par procuration. Était-ce mieux Harper qui avait l'air de se pointer à un enterrement, à chaque endroit où il allait, tant il était drabe, de contenu comme de contenant? Je préfère la petite famille de flasheux qui se situe entre les Kardashian et Wayne Gretzky, entre l'insignifiance et nos valeurs canadiennes.

Faut dire aussi que Justin a été élevé dans ce contexte, avec un père plutôt extravagant qui emmenait son fils se faire « baby-sitter » par Castro en personne et on caricature à peine. Habituellement, les enfants dépassent les parents. Le fils a réussi, faut croire...

Justin parle d'abord aux Indiens, leur tendant la main un peu bizarrement mais tout de même.

Probablement qu'on trouve ça ridicule parce qu'on est pas le public-cible. Justin parle d'abord aux Indiens, leur tendant la main un peu bizarrement mais tout de même. On est comme un jeune athlète face à la pub des colliers pur noisetier. On y croit pas. Par contre, la petite mémé qui a mal partout va y trouver son compte. Mais comme en 2018, on voit tout, même ce qui ne nous est pas destiné, là, on se révolte et on chiale.

Mais derrière toute cette mascarade, l'enjeu, c'est le blé. Pas celui qu'on cultive dans les champs mais celui qui pousse dans les banques. Ce sont les contrats que le milieu d'affaires canadien convoite. C'est aussi une opération marketing pour la communauté indienne d'ici. Avec Jagmeet Singh, le nouveau chef du NDP, Trudeau n'a pas le choix de se faire aller la sitar un peu car au nombre qu'ils sont en Ontario et dans l'ouest, cette communauté peut faire une réelle différence lors d'un scrutin serré entre libéraux et conservateurs.

Et un mandat de quatre ans, c'est du blé... beaucoup de blé.

Justin Trudeau et sa famille en Inde