LES BLOGUES
23/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 23/05/2018 10:31 EDT

Des gueux

On reste attaché à des vieilleries comme la monarchie ou le bon vieux moteur à explosion.

POOL New / Reuters

Ils étaient nombreux et fiers de l'être, dans l'allée qui menait au château de Windsor samedi dernier, ayant fait un interminable pied de grue pour être les premiers à apercevoir un carrosse passer devant eux pendant 5 secondes. Partout dans le monde, à la télé, des millions d'autres admiraient cette belle histoire d'amour qui semblait donc être meilleure que les banales histoires d'amour de gueux, tsé, les petites noces à 50 000$ sans importance.

C'est sûr que c'est spectaculaire, mais pour moi, c'est davantage les Oscars à l'église que la célébration de l'amour :

L'amour des gens ordinaires. Combien figuraient parmi les invités? Pourtant, n'est-ce pas eux qui ont fait le plus gros cadeau de noces en payant, à travers leurs taxes, des millions afin qu'Oprah, Beckham et Elton John ne soient pas importunés?

L'amour des plus démunis. La visite de William à la maison Dauphine de Québec relève d'une certaine hypocrisie quand on constate que les Bobbies de Windsor ont clairé tout ce qu'il y avait de sans-abris afin qu'aucun ne figure sur la carte postale-souvenir de la noce. Pourtant, ne sont-ils pas les monarques de TOUS leurs sujets? Certes, la royauté fait beaucoup pour les bonnes causes, mais combien de celles-ci ont rapporté autant que le coût de ce mariage?

Une robe de mariée à plus de 500 000$ n'est que la pointe de l'incommensurable iceberg d'un indécent party de l'élite qui s'acquitte fort bien de ce train de vie, en échange de leur statut momentané d'animal de foire, mais des purs sangs par contre. Saviez-vous que tout juste de l'autre côté de la Tamise se trouve le prestigieux Eton College? Un ami à moi britannique me racontait qu'un jeune a beau avoir un père qui vaut des millions, il n'aura pas trop le respect de la part de ses camarades de classe s'il n'est pas d'abord de sang noble. En 2018, c'est préoccupant, non?

De plus, pourquoi accorder autant d'importance à cet événement, le prince Harry n'est-il pas le sixième en ligne pour l'accession au trône? William, je peux comprendre, mais l'éternel célibataire, celui dont les frasques ont fait plus d'une fois la une... vraiment? Le voilà soudainement réhabilité au nom de quoi? Au nom d'incroyables revenus publicitaires, de produits dérivés et d'une bonne presse générés par la diffusion de ce mariage méga-médiatisé. Voilà pourquoi le rouquin insignifiant est soudainement devenu « Brilliant » pendant 24 heures.

Nous faire vivre un conte de fées par procuration: voilà le rôle des monarques.

Nous faire vivre un conte de fées par procuration: voilà le rôle des monarques. La vie est trop courte et le niveau de la leur s'avère une tâche impossible à atteindre. Alors on les regarde, comme on regarde tous les tapis rouges. On rêve à ce que la vie ou surtout le gérant de banque nous interdit. On admire une richesse et une beauté qu'on n'aura jamais. Avec eux, on est quand même mieux que rien... sans jamais réaliser que sans nous, eux n'existeraient pas.

On est aveuglé par les paillettes, par les symboles. On reste attaché à des vieilleries comme la monarchie ou le bon vieux moteur à explosion. On progresse tout comme on stagne partout où c'est payant. De ce cirque, nous sommes d'éternels figurants, ceux que la conscription a envoyés mourir « for The Queen » lors de deux guerres. On est loin des souverains qui se tenaient au premier rang avec leurs soldats au champ de bataille, lors des croisades.

J'entends des grillons... J'ai l'impression d'être le gars saoul qui vient de tomber sur le gâteau de noces ou qui raconte devant tout le monde la fois où il a « necké » avec la mariée quelques années plus tôt. Désolé de gâcher votre party...