LES BLOGUES
15/04/2018 08:00 EDT | Actualisé 15/04/2018 08:00 EDT

Le «tribalisme réactionnaire», face cachée du multiculturalisme

Dans son dernier essai La face cachée du multiculturalisme (Cerf, 2018), Jérôme Blanchet-Gravel pousse cette analyse un cran plus loin en ramenant le multiculturalisme au rang de tribalisme traditionnel, conservateur et même réactionnaire.

dem10 via Getty Images

On critique habituellement le multiculturalisme politique pour sa conception de la société reposant sur un ensemble de communautés ethniques et culturelles imperméables les unes aux autres. Bref, du communautarisme conduisant aux ghettos sociologiques et culturels.

Dans son dernier essai La face cachée du multiculturalisme (Cerf, 2018), Jérôme Blanchet-Gravel pousse cette analyse un cran plus loin en ramenant le multiculturalisme au rang de tribalisme traditionnel, conservateur et même réactionnaire. L'auteur emprunte ce concept au sociologue français Michel Maffesoli, son mentor, pour qui le communautarisme postmoderniste annonce la disparition de l'État-nation au profit d'une société développée sous le modèle des sociétés tribales.

Si l'idée peut surprendre au premier abord, l'argumentaire sociopolitique à sa base paraît bien fondé et nourrit la réflexion. Blanchet-Gravel voit les racines du multiculturalisme à la fois dans l'orientalisme, dans la contre-culture des années 70 et dans l'écologisme radical, autant d'idéologies antimodernité et anticapitalisme qui vont de pair avec le « réenchantement du monde » et le retour du religieux.

L'orientalisme en question n'est pas tant le courant littéraire et artistique du 19e siècle, mais un mode de pensée qui en est issu et qui nourrit un attrait romantique pour l'Orient qui ne porterait pas les défauts de l'Occident liés à la modernité. Cet orientalisme conduit à une idéalisation de l' « Autre », pourvu qu'il ne soit pas « occidental ».

Pour l'écologisme, la logique est la suivante : « la culture occidentale porte en elle les germes de la dégradation des écosystèmes [et] les autres peuples possèdent, au contraire, toutes les qualités pour la protection de la nature ».

Le multiculturalisme n'est pas du progressisme

« Le multiculturalisme participe d'un projet de retour de la tradition dans les sociétés occidentales aspirant inconsciemment à être spirituellement régénérées au contact de l'Autre », poursuit l'auteur. Loin d'y voir une forme de libéralisme visant à fonder un monde meilleur, voire à créer un « nouvel Homme », il y voit plutôt un « conservatisme profondément traditionaliste ». « Nous sommes passés d'un conservatisme à l'autre », affirme-t-il.

Ce conservatisme « fait l'apologie des particularismes culturels, cultive une antique dynamique païenne, fractionne le territoire en une multitude de ''réserves identitaires'' », bref s'inspire du tribalisme. Le multiculturalisme s'inscrit ainsi en réaction contre l'universalisme républicain issu des Lumières et « se nourrit de forces réactionnaires qui étaient restées latentes ».

Pour bien comprendre la thèse de Jérôme Blanchet-Gravel, on peut la comparer à celle de Mathieu Bock-Côté. Pour ce dernier, le multiculturalisme apparaît comme une dérive de la gauche qui, après la chute de l'URSS et du marxisme, s'est retrouvée en manque de modèle. Les milieux progressistes se seraient alors convertis au multiculturalisme alimenté par les courants tiers-mondistes et antiracistes qui voient dans les pays en développement l'avant-garde du combat contre le capitalisme.

Blanchet-Gravel récuse en grande partie cette analyse qui, à son avis, « néglige la dynamique proprement réactionnaire du multiculturalisme » dont l'abandon du rôle de l'État pour assurer la sauvegarde des valeurs humanistes. Derrière l'apparence de progressisme et au cœur de cette « dynamique réactionnaire » se cache le retour du religieux porté notamment par les restants de la pensée mystico-religieuse de la contre-culture et par l'islamo-gauchisme qui confine la minorité musulmane au ghetto culturel.

C'est en définitive la société qui s'insurge contre l'État : « l'affirmation des tribus religieuses dans la Cité est l'un des principaux signes du déclin du politique », conclut l'auteur.

Sans qu'il soit nécessaire d'opposer cette analyse à celle qui situe le multiculturalisme dans un courant postmarxiste en quête de repère, ni de l'opposer à celle des progressistes laïques qui y voient tous les défauts identifiés par ces deux analyses, il ne fait pas de doute que cet ouvrage contribuera à enrichir la réflexion sur cette crise identitaire des sociétés modernes.

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost