LES BLOGUES
07/01/2015 03:10 EST | Actualisé 09/03/2015 05:12 EDT

Nous sommes Charlie, à Montréal aussi

La vague d'émotion internationale suscitée par la tuerie perpétrée à Paris dans la rédaction du magazine satyrique français « Charlie hebdo » se ressent jusque dans la métropole québécoise. Ce mercredi 7 janvier, plusieurs rassemblements sont organisés dans la ville, mis en place pour la plupart de façon spontanée. Les personnes souhaitant se recueillir peuvent par exemple se retrouver soit sur le parvis de l'Hôtel de Ville à 17h, soit Place Émilie-Gamelin à 18h, soit devant le Consulat de France à 18h30.

Le refus de l'intimidation

Les lourdes pertes essuyées dans des conditions brutales, tant par la rédaction que par les forces de police, soit une douzaine de personnes au total, sans oublier les blessés, nous confrontent à une violence qui ciblait directement la liberté d'expression. Que l'on soit adepte ou non de la revue, Charlie hebdo représente un pan caractéristique de la liberté d'expression si chère à la France. La publication a très probablement été visée pour ses caricatures irrespectueuses envers toutes les religions dont elle dénonçait les extrêmes de tous bords. Et malgré un attentat déjà essuyé par le journal il y a quelques années, l'équipe de Charlie se moquait des menaces en préférant défendre leur plume. Rien que pour cela, nous leur devons le respect.

Un mal rampant

Ce massacre aussi bien humain que culturel ne fait hélas que nous rappeler que la menace est présente depuis longtemps si l'on se réfère au motif principalement religieux : vague d'attentats parisiens de 1995 et 11 septembre 2001 pour ne citer qu'eux. Mal qui veille et qui s'est propagé jusque dans notre pays qui comme tant d'autres ne sait plus sur quel pied danser au moment de prendre des décisions entre accommodements raisonnables et chartes en tous genres, ainsi que militaires tués pour des raisons parfois encore obscures. Mais le filigrane de la religion n'est jamais bien loin.

Le réveil collectif

Ce 7 janvier Montréal se mobilise pour la tolérance et la liberté de la presse, mais il ne faut pas que ce soit juste un feu de paille, que l'on « s'habitue » à ce genre de fusillade comme c'est le cas aux États-Unis. Au-delà de l'imposante communauté française de Montréal, ce sont toutes les appartenances ethniques et toutes les confessions religieuses qui doivent travailler de concert pour une tolérance de l'Autre quel que soit l'étiquette qui lui est collée. Que les victimes soit des femmes, comme ce fut le cas à Polytechnique que nous venons tous juste de commémorer, des étudiants comme au Collège Dawson ou des journalistes comme tant tombent chaque année, les groupes terroristes organisés ciblent inlassablement ce qui il y a plus précieux à nos sociétés : le savoir, l'éducation, la culture.

L'ignorance et l'aveuglement fanatique sont le terreau de cette violence. Nous devons tous tenir fermement nos stylos, plumes et claviers entre nos mains, mais aussi, et surtout, et dans celles de nos enfants.

Cyrille Giraud, co-organisateur avec Mélanie Pinto et Raphaël Paul Émile du rassemblement « Je suis Charlie » à la place Émilie-Gamelin de Montréal.

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Pour Cabu, Charb, Wolinski et tous les autres... - l'hommage d'Anne Sinclair et la rédaction du HuffPost France aux victimes de l'attentat

- Tuerie à Charlie Hebdo: soutien à mes collègues - Xavier Delucq

- Charlie Hebdo: liberté, provocation et peur - Stéphane Gendron

- À Bernard Maris, homme délicieux - Jacques Sapir

- Ils ont tué deux de mes plus chers amis, mais pas leur essence - Mohamed Sifaoui

- Les musulmans sont avec Charlie Hebdo - Asif Arif

- Ce matin, j'ai mal à ma planète - Francine Laplante


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo
Les dessinateurs rendent hommage à Charlie Hebdo
Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter