LES BLOGUES
01/07/2015 11:36 EDT | Actualisé 01/07/2016 05:12 EDT

Déserts alimentaires: encourageons les solutions!

Lorsque l'accessibilité à des légumes et des fruits frais est confrontée à des problèmes de distance, ce sont les plus défavorisés qui sont les premiers à subir les conséquences.

Lorsque l'accessibilité à des légumes et des fruits frais est confrontée à des problèmes de distance, ce sont les plus défavorisés qui sont les premiers à subir les conséquences de ces déserts alimentaires: une alimentation moins saine, des coûts plus élevés et une vie sociale affaiblie.

Des initiatives locales fragiles

Heureusement, certains acteurs locaux comme Manon Proulx tiennent à bout de bras des initiatives déterminantes pour y remédier. C'est avec peu de moyens que Mme Proulx a démarré en 2012 le Marché ambulant de Saint-Léonard, dans l'est de Montréal. Grâce à son camion-boutique réfrigéré transportant fruits et légumes à prix modique, elle permet à des personnes en difficultés économiques d'accéder directement, à domicile, à de saines habitudes alimentaires.

Les enfants aussi peuvent grandement en bénéficier puisque Manon Proulx est également présente à la sortie des écoles.

Né d'une initiative populaire, le Marché ambulant est bien plus qu'un simple service d'accommodation étant donné qu'il propose également des animations pour tous les âges: volet éducatif en connaissances nutritionnelles et diversité de produits, conseils en préparation des aliments pour préserver le plus possible les nutriments, et activités d'apprentissage en agriculture urbaine.

De plus, ce service peut renforcer le tissu social avec l'aide des aînés isolés qui peuvent transmettre aux jeunes familles un savoir-faire en perdition.

Mais le Marché ambulant, qui a été porté par la Concertation en sécurité alimentaire de Saint-Léonard, est également frappé par l'austérité ambiante et les coupes de budget. Manon Proulx a donc besoin de financement de remplacement pour pouvoir continuer ses activités. Elle désire étendre son action au-delà des limites de l'arrondissement pour assurer la viabilité de sa mission, mais l'histoire se complique car les subventions versées par le bailleur de fonds, Québec en forme, ne l'autorise à exercer que dans son arrondissement.

Cette situation souligne les contradictions du système: les joueurs en santé alimentaire doivent avoir les moyens de leur ambition sans pour autant pouvoir parvenir à une taille critique garantissant une certaine pérennité.

Les services ambulants, une solution à privilégier

Tant que les infrastructures nécessaires, comme des marchés de proximité et des moyens de transport adéquats, ne seront pas accessibles aux moins nantis dans un certain périmètre, la meilleure alternative reste celle du marché ambulant. Ce type de marché permet non seulement l'accès à un plus grand nombre à un certain équilibre nutritionnel, mais aussi l'inclusion de personnes en situation de handicap et de la population vieillissante dont les moyens limités peuvent souvent représenter un véritable défi au quotidien. Un marché mobile joue également un rôle majeur dans la vie de quartier lorsqu'il s'arrête aux pieds des immeubles d'habitation à loyer modique.

Le Marché ambulant de Saint-Léonard a d'ailleurs reçu à ce titre en novembre 2014 le prix Jean-Pierre-Bélanger, qui a récompensé son innovation et son excellence dans la promotion de la santé.

Pourtant, le Marché pourrait disparaître dans les prochains jours, faute de financement et de compromis administratif. Un non-sens en matière de santé publique.

Il y a une solution: que le Marché ambulant s'incorpore avec un numéro de charité et devienne une entreprise d'économie sociale. Mais, pour cela, il lui faudrait une aide financière de lancement pour contrebalancer les coupes d'austérité du moment.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Manger santé: 30 secrets de nutritionnistes Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter