LES BLOGUES
28/08/2018 06:00 EDT | Actualisé 28/08/2018 06:00 EDT

Virage santé à l’école: l’égalité des chances est-elle une priorité du prochain gouvernement?

Il existe de nombreuses inégalités entre les environnements scolaires offerts aux élèves du Québec: ils n’ont pas une chance égale d’adopter un mode de vie sain et de réussir.

La saine alimentation et l’activité physique sont essentielles à la réussite éducative des élèves.
asiseeit via Getty Images
La saine alimentation et l’activité physique sont essentielles à la réussite éducative des élèves.

La saine alimentation et l'activité physique sont essentielles à la réussite éducative des élèves, car elles contribuent à une meilleure performance académique et à de meilleurs comportements en classe.

Elles sont aussi des vecteurs éducatifs qui participent à la motivation, au sentiment d'appartenance et à la persévérance scolaire des jeunes.

Santé et éducation: une synergie à exploiter

Les secteurs de la santé et de l'éducation ont besoin l'un de l'autre. La santé ne peut pas arriver seule à réduire le fardeau de la problématique de l'obésité et des maladies chroniques, qui ne cesse de croître. Quant à l'école, elle a avantage à miser sur les saines habitudes de vie parce qu'un enfant en bonne santé apprend mieux.

Les saines habitudes de vie sont des alliées pour l'équipe-école. Avec le soutien suffisant, elles peuvent être des outils d'enseignement appréciés pour les matières académiques, comme pour les compétences transversales.

Voilà pourquoi, en 2007, le ministère de l'Éducation dévoilait la politique-cadre Pour un virage santé à l'école, qui vise la création d'environnements scolaires favorables aux saines habitudes de vie. Cette politique a stimulé plusieurs changements positifs, mais ceux-ci n'ont pas été uniformes dans la province. Dès les premières années, des obstacles étaient rapportés par les écoles sans que les solutions nécessaires aient été appliquées par le gouvernement pour les atténuer.

Dix ans plus tard, les travaux* de la Coalition Poids mènent au constat général suivant: il existe de nombreuses inégalités entre les environnements scolaires offerts aux élèves du Québec. S'il est vrai que tous les élèves ont, en principe, accès à l'éducation, tous n'apprennent pas dans des conditions et des milieux équivalents. Ils n'ont donc pas une chance égale d'adopter un mode de vie sain et de réussir. Il est temps d'y remédier!

Mieux guider et soutenir les écoles, une priorité

Même si chaque école doit conserver son autonomie pour répondre aux besoins de sa clientèle, certaines harmonisations des pratiques en matière de saines habitudes de vie à l'école sont nécessaires pour réduire les écarts. Il s'agit notamment de réaffirmer l'engagement gouvernemental envers la Politique-cadre, de la mettre à jour et de préciser sa portée et son importance.

L'offre alimentaire ne parvient pas toujours à être aussi alléchante que les restaurants à proximité pour les jeunes du secondaire.

Le gouvernement doit guider les écoles quant aux meilleures pratiques relatives à l'alimentation et offrir du soutien pour mettre en place des infrastructures acceptables. Actuellement, lors du dîner, l'eau n'est pas accessible dans plusieurs écoles. Au primaire, les enfants mangent souvent dans des lieux bruyants, mal équipés ou inconfortables, qui ne leur permettent pas d'expérimenter le plaisir de manger sainement. Certaines pratiques bien intentionnées peuvent aussi nuire à une relation saine avec la nourriture. Enfin, en raison de moyens limités, l'offre alimentaire ne parvient pas toujours à être aussi alléchante que les restaurants à proximité pour les jeunes du secondaire.

Parallèlement, il faut s'assurer que le nombre minimum d'heures d'éducation physique et à la santé (une matière parfois sous-estimée par rapport aux autres) soit respecté et qu'au moins deux récréations par jour soient offertes au préscolaire et au primaire.

Dans les dernières années, le gouvernement a financé certains programmes favorisant la pratique d'activité physique ou le développement de compétences alimentaires. Il a aussi offert des subventions à des écoles pour l'achat de matériel sportif ou pour l'aménagement de la cour d'école. Toutefois, il faut intensifier les efforts et les investissements, et ce, surtout en matière de saine alimentation.

Peu importe leur quartier, tous les jeunes doivent profiter de conditions prédisposant à leur santé actuelle et future ainsi qu'à leur réussite.

Peu importe leur quartier d'appartenance, tous les jeunes doivent profiter de conditions prédisposant à leur santé actuelle et future ainsi qu'à leur réussite. Le futur gouvernement doit miser sur la prévention. Il doit s'engager à réduire les inégalités, à revoir la Politique-cadre et à soutenir les écoles dans l'atteinte de ses objectifs. Le fera-t-il?

* En septembre 2017, la Coalition Poids publiait le rapport Virage santé à l'école, 10 ans plus tard: constats et recommandations. Réalisé à partir d'évaluations de la Politique-cadre, de sondages et du savoir expérientiel d'experts, celui-ci dresse un état de situation des saines habitudes de vie à l'école.

À LIRE AUSSI:

» Pour en finir avec les vieux privilèges
» Le dérapage «Gertrude Bourdon» du PLQ
» Environnement: le paradoxe du développement