LES BLOGUES
10/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 10/05/2018 09:00 EDT

Les leçons de l'île de Pâques

Comme bien des voyageurs, lorsque je m'y suis rendu, je me nourrissais de l'illusion de pouvoir percer ne serait-ce qu'une partie de ces mystères.

tankbmb

Avec ses côtes échancrées, ses surfeurs et ses centaines de fleurs d'hibiscus, l'île de Pâques pourrait ressembler à plusieurs de ses semblables dans le Pacifique. Ses visiteurs sont cependant davantage concernés par les statues d'ancêtres qu'on y trouve, les célèbres moai, et par les nombreux mystères de ce lieu unique, touchant aussi ses habitants, les Rapa Nui.

Comme bien des voyageurs, lorsque je m'y suis rendu, je me nourrissais de l'illusion de pouvoir percer ne serait-ce qu'une partie de ces mystères. Je pensais qu'en comprenant ainsi un peu mieux le passé de cette île fascinante, j'en retirerais des leçons de sagesse qui pourraient être utiles.

Parmi ces mystères, certains sont plus obsédants. Pourquoi l'île s'est-elle complètement déboisée, laissant la population démunie, sans ressources suffisantes pour survivre? Comment la population des Rapa Nui, qui se chiffrait entre dix et vingt mille habitants dans ses années de gloire, a-t-elle été réduite à un peu plus d'une centaine de personnes au début du XXe siècle? Serait-il possible de voir dans l'effondrement de cette civilisation le présage de ce qui nous attend en tant qu'humanité?

Depuis des années, des experts de diverses disciplines scrutent dans le détail les sols, les pierres, les œuvres d'art, les os ramassés sur place, ils envoient d'infimes morceaux de l'île dans des laboratoires, afin que la science puisse enfin donner des réponses rationnelles à ce qui semble inexplicable. Mais certains mystères persistent encore.

Une hypothèse a beaucoup frappé l'imagination, défendue surtout par le chercheur Jared Diamond qui s'est intéressé à l'effondrement des civilisations. En consommant de façon irresponsable d'énormes quantités de bois, entre autres pour le transport des moai qu'ils sculptaient en trop grande quantité afin de montrer la puissance de leur clan, les Rapa Nui se seraient rendus responsables d'un suicide écologique. Sans ressources, ayant détruit la vie sur l'île, ils se seraient entretués et auraient contribué à leur propre disparition.

Sans ressources, ayant détruit la vie sur l'île, ils se seraient entretués et auraient contribué à leur propre disparition.

Cette hypothèse est devenue une fable qui explique notre propre condition et nous lance un important avertissement. Nous aussi, nous consommons au-delà des limites de ce que notre planète produit et devrons peut-être subir le même sort. Si cette leçon semble essentielle, elle ne doit cependant pas se transmettre à partir de faits qui ne sont pas véridiques. Elle n'est donc pas de celles que nous devons retenir d'une visite à l'île de Pâques.

Les causes de la déforestation restent très discutées. Surpopulation, sècheresse, tsunami ou invasion de rats? L'important, c'est que si les Rapa Nui ont vécu une véritable crise à la suite de cette déforestation, ils ont très bien su résoudre leurs problèmes et s'adapter. Ils ont délaissé le culte des ancêtres, ont fait tomber les statues de leurs autels de pierre (ahus), arrêté leur fabrication, pour s'adonner au culte de l'homme oiseau qui a recréé l'unité entre les clans. Si bien que les Hollandais qui ont visité l'île quelques années plus tard ont trouvé une population bien nourrie, en paix et en santé.

La cause de leur quasi-extinction, en fait, ne s'entoure d'aucun mystère. Il s'agit d'Occidentaux, principalement d'esclavagistes péruviens, qui ont réduit une importante partie des hommes en esclavages. La majorité en est morte et les survivants ramenés sur l'île ont répandu de terribles maladies qui ont décimé la population. La plus grande leçon à retenir de la triste épopée des Rapa Nui est donc vieille comme le monde. Il s'agit d'une autre histoire de domination, de cupidité, d'exploitation éhontée, de manque total d'empathie. L'être humain contrôle plus facilement son environnement que sa propre nature qui peut atteindre des sommets de cruauté. Et si on considère de façon plus large notre situation aujourd'hui, ce sont ces mêmes aspirations aveugles et destructrices d'une élite ultra favorisée qui pourraient mener à la grande catastrophe écologique évitée par les Rapa Nui.

Le voyageur qui déambule aujourd'hui dans l'île de Pâques est nécessairement saisi par les moai redressés depuis longtemps déjà, par la fierté de leur allure, leur placidité et leur air vaguement sceptique. Ils s'entourent désormais de secrets peut-être moins grands que dans le passé, mais leur présence tutélaire est tout aussi envoûtante. Peut-être parce qu'on sait qu'ils racontent une étrange histoire du bout du monde, une autre histoire pleine de bruit et de fureur qui rappelle une fois de plus toute la complexité de l'expérience humaine.