LES BLOGUES
10/02/2014 12:01 EST | Actualisé 11/04/2014 05:12 EDT

À qui le plus gros Twitter? Ou comment les stars du Web achètent leur eRéputation...

Je voudrais revenir rapidement sur la prestation qu'a faite Gary Vaynerchuck à la conférence LeWeb 2013 à Paris en décembre dernier. Le bonhomme a son franc parler et habituellement, malgré un gros égo, ne «bullshitte» pas. Il parle de lui, de son expérience en tant «personal brand» et star du Web. Des bons et mauvais coups. Et habituellement, il ne fait pas de conférences avec slides. Il fait des sessions questions-réponses. Mais avant que la session de questions-réponses à LeWeb ne commence, il a parlé un peu avec Loïc LeMeur, l'organisateur de la conférence, et ce que j'ai aimé de cette conversation c'est une petite citation, parfaite pour Twitter: «Let's start thinking about the depth of our relations, not the width». Regardez la vidéo suivante, spécialement à 8 minutes 30...


Ça fait longtemps que j'écris sur le sujet, aussi bien ici sur le HuffPost Québec que sur mon propre blogue, mais pour une raison ou une autre, je ne vide pas la tasse, ne vais pas au fond du sujet. C'est que la question est encore un peu taboue sur le web dit social. Et controversé ! Avoir 350 000 abonnés sur Twitter et 176 000 amis sur Facebook ou même un Klout de 75 ne veut rien dire, surtout pas que notre présence sur le Web est significative, pour nous et pour les autres, pour notre entreprise et ses clients. Que veut dire le record établi ces jours-ci par Katy Perry avec plus de 50 millions de followers sur Twitter alors qu'elle n'en suit que 132 ? Ce n'est pas le nombre de followers/amis/relations qui compte mais la relation que nous bâtissons ensemble. Difficile à faire avec 1 million de «fake followers...».

buy


Car il s'agit là d'un problème réel. Combien de fois êtes-vous tombé(e)s sur un site comme celui ci-haut, qui vous offre de vous vendre de 250 à 50 000 abonnés sur Twitter pour entre 5 et 300$ . Idem pour Facebook ? C'est monnaie courante. Pensez-vous que les quelque 50 millions de fans de Katy Perry sur Twitter sont tous vrais et acquis à la sueur de son clavier ? Une grande partie est achetée ! Et elle n'est pas la seule. Bien des pseudos spécialistes du Web ont monté leur eRéputation de cette façon. Comme un château de cartes... Lisez cet article dans la revue Forbes. Vous verrez que c'est aussi le cas pour les politiciens. Je vous en cite un petit passage :

«Jason Ding at Barracuda Labs ran a more extensive experiment. His team took to Ebay and Google to purchase between 20,000 and 70,000 followers for three accounts, then analyzed where all this traffic was coming from. The report found around 72,212 fake accounts in total, all following just under 2001 people - indicating that Twitter might use that number for detecting spam abuse. It also found 78 separate dealers offering this service.»

Alors le nombre et l'influence ? Non. Quantité ne veut pas dire qualité et c'est ce que Gary voulait dire. Arrêtez de croire que vous allez atteindre vos objectifs personnels ou d'affaires en accumulant des «fake» abonnées, des faux comptes, etc. En passant, savez-vous combien de vos abonnés sur Twitter sont réels ? Allez faire un tour sur fakers.statuspeople.com.

fake


Personnellement, j'ai du ménage à faire sur Twitter car il y a six mois, j'étais à 85% de «bons» abonnés. Là je suis tombé à 60%. Mais je n'ai que 3% de «fake» mais quand même 37% d'inactifs. Personne ne parle de ces comptes-là, des gens dont les comptes sont inactifs des fois depuis des mois, qui ont été créés, mais qui végètent dans le «Deep Web» mais il y en a des millions. Twitter compte officiellement plus de 500 millions de comptes, mais seulement 231 millions sont considérés comme «actifs».

Donc, des millions de fake et d'inactifs que vous pouvez acheter pour une bouchée de pain et ainsi faire croire que vous être influents, suivis, lus, écoutés. Gros Twitter et stars du Web mon oeil ! Faut dire que je n'ai jamais été du style fan/groupy. Je n'en ai rien à cirer d'une star de la chanson, du cinéma, des sports, de la politique ou du Web qui m'inonde de tweets d'autopromotion et qui n'a pas la décence de me lire et d'engager la conversation. Donc, comme le dit Gary, pensons plutôt à la qualité et à la «profondeur» de nos relations, à la qualité des échanges, à la pertinence des échanges d'information, à la justesse de nos transferts d'expertise, à la fréquence de nos échanges, mais aussi à l'authenticité de nos contenus!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les tweets qui ont marqué l'actualité (et l'histoire)

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?