LES BLOGUES
10/12/2015 10:24 EST | Actualisé 10/12/2016 05:12 EST

La médecine est-elle un business?

Nous voulons des médecins pas des «businessman». Mais si tu veux, mon jeune, faire fructifier ton avoir, oui la médecine est une belle option.

Souhaitez-vous devenir millionnaire? Faites carrière dans la santé. Voilà le plus beau conseil à prodiguer à des jeunes. On y empoche des honoraires faramineux garantis par l'État au détriment d'une population qui bien souvent peine à joindre les deux bouts. Avec un peu de talent, il suffit de s'inscrire à de coûteuses études au frais du peuple, puis de pratiquer une profession médicale, surtout une spécialité.

La vérificatrice générale de l'État a lancé les hauts cris quand elle a dénoncé que les médecins ont empoché plus de 400 M$ non budgétés, en sus de leurs honoraires normaux, en profitant des multiples failles dans le système. Une telle somme, ce n'est pas l'affaire d'un ou deux filous. Mais des mieux nantis de la société. Impossible de récupérer le trop-perçu, annonce le premier ministre, alors que l'on casse du sucre sur le dos des BS pour un chèque de subsistance.

Quand l'État verse six milliards de dollars pour les médecins, on n'a pas affaire à des bénéficiaires de l'Assistance sociale, mais aux plus riches. Insatisfaits de leur sort, (sic) ils trouvent encore moyen de soutirer plus de sous alors qu'on coupe les services dans l'éducation dont ils ont profité.

Quand on donne une indemnité de départ de plus d'un million de dollars au président de son association de spécialistes, on courtise l'indécence. Comment s'offusquer quand on devient ministre de la Santé par la suite? Oui, la médecine est bon choix de carrière pour être bien nantis.

Le journaliste Francis Vailles de La Presse a déniché dans ce même rapport «la portion la plus scandaleuse passée inaperçue», écrit-il. Les 33 mesures incitatives totalisent 920 Millions de $ soit presque un milliard de dollars pour les 21 000 médecins. Tout cela en surplus du 400M$ mentionnés ci-haut et au-delà de leurs honoraires normaux.

On y retrouve des primes journalières pour être disponibles plus de 180 jours par année ou 36 semaines. Primes de 200$ par jour au-delà de 200 jours. On injecte 177M$ en prime pour les patients les plus vulnérables. Puis un 35M$ pour des résultats atteints car malgré les primes il y a une baisse de rendement. Ils ont négocié une autre prime pour atteindre et dépasser 61% de l'objectif. Alors que la majorité des médecins avait déjà atteint cette cible et méritaient ipso facto une augmentation de 10 000$ annuels sans rien faire de plus.

Un médecin a inscrit 4000 nouveaux patients quand la norme lourde est de 1500 patients. Le gouvernement laisse faire. Comment contrôler administrativement 33 primes différentes venant de 21 000 médecins? Un total supplémentaire de «un milliards et demi» aux «6 milliards de dollars» que coûtent les honoraires de ces médecins. Ce ne sont là que quelques bribes du rapport de la vérificatrice générale. Oui, la médecine est un bon choix de carrière mon jeune, pour être riche.

Incroyable que des médecins se préoccupent autant à soutirer des dollars au lieu de parler de médecine et de patients. Les files d'attente sont toujours longues à l'urgence. Les listes d'attente pour voir un spécialiste sont d'une lenteur inimaginable surtout quand il s'agit d'années. Nous sommes toujours en manque de médecin de famille. Je me demande comment on réussit à dormir la nuit. Pas si important, la paie est bonne.

Il y a tant de métiers qui sont extrêmement exigeants et pénibles, mais si peu rémunérateurs. Un exemple! Il suffit de regarder les électriciens de l'Hydro-Québec. Ils doivent grimper dans les poteaux au milieu de la tempête, sous le verglas ou la pluie pour réparer des fils à haut voltage ou de minuscules boites de circuits complexes. Cela le soir de Noël en plein vent froid. Il faut comprendre que leur métier qui redonne l'électricité même aux millionnaires mérite autant considération.

La société regorge de métiers ou professions honorables rétribués modestement ou correctement. Un bémol pour les infirmières et les employés de services. Mais outre les médecins et plusieurs professions reliées la santé.

Oui les médecins méritent de bons honoraires, mais il y a des limites. Il ne faut pas se surprendre que l'idée de salarier les médecins refasse surface. Il y a tellement de pays qui le font avec succès. Nous voulons des médecins pas des «businessman». Mais si tu veux, mon jeune, faire fructifier ton avoir, oui la médecine est une belle option.

Retrouvez plus de billets signés Claude Bérubé sur leptitvieux.com.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Grève du front commun (9 décembre 2015) Voyez les images