LES BLOGUES
05/09/2015 08:52 EDT | Actualisé 05/09/2016 05:12 EDT

SPVM: un nouveau chef et la même soupe!

Voilà, c'est fait. C'est en petite pompe que le nouveau directeur du SPVM, Philippe Pichet, est entré en fonction. Il vient remplacer Marc Parent, un petit directeur en qui j'avais une certaine confiance et qui m'a fortement déçu.

Voilà, c'est fait. C'est en petite pompe que le nouveau directeur du SPVM, Philippe Pichet, est entré en fonction. Il vient remplacer Marc Parent, un petit directeur en qui j'avais une certaine confiance et qui m'a fortement déçu. Ce fut une période creuse pour le service de police, une période remplie de mauvaises décisions, de départs honteux, d'arrestations obligées, d'arrangements douteux et surtout d'opacité crasse.

Marc Parent n'assistait pas à la cérémonie, un truc de préparation de mariage... Que dire de plus! Une déception personnelle, une déconvenue, la résultante d'un manque de leadership. L'ex-directeur du SPVM ne pouvait plus s'attendre à être soutenu par son patron. Quand tu n'as pas les épaules...

Maintenant, voulez-vous bien me dire pourquoi, parmi les rares invités, il y avait le fossoyeur de la police efficace, Jacques Duchesneau, et son dauphin Yvan Delorme, l'homme qui s'est sauvé par la porte arrière de l'Hôtel de Ville pour ne pas avoir à répondre aux questions gênantes concernant son amitié particulière avec Luigi Coretti, l'ex-directeur de BCIA. S'il y a deux personnes qui devraient se garder une petite gêne, ce sont bien ces deux-là.

Dans le cas de Jacques Duchesneau, une police désorganisée et inefficace remplaçait en 1995 une police non pas parfaite, mais organisée et bien plus proche de la population que celle d'aujourd'hui. Cet état de fait, à cause sûrement des dollars dépensés, persiste sans que personne n'ait l'audace d'avouer l'échec de cette police dite de quartier. Des policiers qui ne se connaissent pas et ne veulent pas se connaître. Des enquêteurs dans des tours d'ivoire, tentant d'en faire le moins possible. Des citoyens laissés à eux-mêmes. La recette parfaite pour provoquer la scission au sein d'un groupe qui se doit d'être homogène pour être efficace, tout en développant la méfiance du peuple qu'ils se doivent de servir et protéger.

S'agissant d'Yvan Delorme, un directeur ami d'un présumé fraudeur qui a commis une petite bourde de plusieurs millions de dollars. Un directeur donnant des contrats sans appel d'offre. Un directeur ayant comme amis et subalternes le beau-frère et le parrain de l'enfant de ce présumé fraudeur. Des gens qui, suspendus, partent en fait à la retraite... Ou plutôt sont poussés vers la retraite pour ne pas à avoir à passer devant les tribunaux. Il n'y aura jamais eu autant de scandales et de départs précipités que sous son règne.

De son côté, la Fraternité des policiers n'a pas cru bon d'assister à l'assermentation du nouveau chef du SPVM. Yves Francoeur aurait dû être présent. Désolé, cette façon de faire ne va pas améliorer les relations déjà tendues entre la ville et ses policiers. Sans vouloir discréditer l'homme, je dois constater qu'il manque parfois de jugement et se réfugie dans un certain entêtement propre à certains policiers qui n'ont raison que parce qu'ils sont policiers.

Alors, ce nouveau directeur à l'air tout fier, les pouces en l'air le faisant ressembler à Olivier Guimond (lui, il connaît ça), ne peut ignorer la grogne de ses hommes. Un ménage reste à faire. Car oui, il reste du ménage à faire. Des affaires «Philippe Paul*» et autres, il y en a encore. Le règne de Philippe Pichet ne sera pas de tout repos. Soit il affronte les problèmes, soit il les cache comme ses prédécesseurs. Mais à force de mettre la poussière sous le tapis, le nouveau directeur va fatalement s'y accrocher les pieds.

La présence de ces deux fantômes m'a, en tout cas, fait frémir d'angoisse. Quel est le lien ou la relation entre eux? Espérons que ce nouveau directeur ne soit pas une autre mouture de Jacques premier.

Philippe Pichet ne pourra pas compter sur la chance. Plusieurs attendent beaucoup de lui, mais aura-t-il les épaules?

*Alors que j'écris ces lignes, l'ex-as-enquêteur Philippe Paul est accusé par des gens d'avoir utilisé leurs noms comme « source d'information » à leur insu. Un autre actionne la ville de Montréal et Philippe Paul pour une arrestation qui est tombée à l'eau. Ceci s'ajoute à quelques autres attaques d'anciens collèges et supérieurs.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!