LES BLOGUES
14/11/2015 11:10 EST | Actualisé 14/11/2016 05:12 EST

Salmigondis du samedi

Les policiers ne sont que des êtres humains et comme tels, ils sont soumis aux mêmes tentations que nous tous. La morale est une vue de l'esprit, elle nait avec nos valeurs et meurt de la même façon.

Que dire? Un citoyen de Longueuil se bat pour donner un billet à un policier. L'article est anecdotique et suscite un certain intérêt. Le policier aurait traversé une ligne continue en dépassant par la droite un véhicule tournant à gauche. Bon, le citoyen a en partie raison, mais si un juge a autorisé la plainte, qu'en sera-t-il si tous les citoyens décident de faire de même. Bien oui, demain matin, je vois un voisin qui ne fait pas un arrêt à mon goût, je vais en cour et demande à un juge de me donner raison en exigeant qu'un policier donne une contravention? Ouffff... Sachant que l'enfer est pavé de bonnes intentions, nous venons ici d'ouvrir une boîte de Pandore.

Je déteste la déontologie policière, organisme à repenser et dépoussiérer, mais comme elle existe, ce citoyen aurait pu s'en servir et faire valoir ses arguments. Le policier aurait eu une journée de suspension et le brave homme en aurait été comblé.

Nous voyons tous les jours des dizaines d'automobilistes, cyclistes, piétons, commettre des infractions au Code de la route. Les policiers en commettent aussi, ils ne sont pas exempts de distraction, de mauvais jugements ou de gestes téméraires. Là n'est pas la question. Mais si l'on permet aux citoyens d'engager des poursuites envers les policiers fautifs, nous devrons aussi le permettre envers les citoyens fautifs. Il faut imaginer des personnes coupant le chemin à d'autres pour demander leur nom et adresse. Il faudra aussi prévoir des pouvoirs spéciaux qui se rattachent à ces interventions, car si vous ne ciblez que les policiers, ce sera de l'acharnement, de la vengeance, de l'intimidation. J'ai une idée : privatisons les billets de circulation, donnons tout ça aux affreux bonshommes gris du stationnement et laissons les policiers répondre aux appels. De cette façon, les citoyens auront moins de griefs envers eux et ils viseront les méchants hommes gris du stationnement.

Un policier arrêté

Dans un autre ordre d'idée, un policier du SPVM vient d'être arrêté pour vente de stupéfiants et arme prohibée. Un jeune homme qui a six années de service. Je ne vais pas juger la cause, elle n'est pas encore connue. Mais il est difficile de défendre une telle faute. Ce jeune policier pourrait se ramasser au même endroit que ceux qu'il côtoyait dans la rue. Les détenus ne sont pas tendres pour les flics véreux, ils s'attendent que la police fasse un travail de police, même s'ils nous détestent. Quand tu franchis une certaine ligne pour ton profit personnel, seul Dieu ou le Diable peuvent te venir en aide. Plusieurs policiers vivent avec certaines tentations, certains n'y résistent pas. Dans les années 70, un de mes confrères louait son arme pour des vols qualifiés. Il fera trois ans et à sa sortie, on le retrouvera noyé dans le fleuve. Il serait tombé d'une chaloupe lors d'une pêche automnale.

Les policiers ne sont que des êtres humains et comme tels, ils sont soumis aux mêmes tentations que nous tous. La morale est une vue de l'esprit, elle nait avec nos valeurs et meurt de la même façon.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images