LES BLOGUES
29/07/2016 10:13 EDT | Actualisé 29/07/2016 10:13 EDT

Devons-nous policer tout ce qui se dit?

Devrions-nous aussi nous offusquer que quelques humoristes rient de Mike Ward en mentionnant qu'il ressemble à une grosse lesbienne?

Je ne suis pas particulièrement un fan de Mike Ward, son humour ne me rejoint pas tellement. Ceci dit, dans cette ère d'aseptisation à outrance, devons-nous policer tout ce qui se dit? Ne sommes-nous pas passés d'aveugle à non-voyant, de sourd à non-entendant, de nain à personne de petite taille, de handicapé à personne à mobilité réduite, de mongol à trisomique, d'aliéné à déficient, de vieillard à aîné, sans que cela ne change la condition de ces personnes?

Dans le domaine public, les gens s'exposent à l'humour parfois grinçant d'humoristes plus ou moins drôles. Il y a des tribunaux civils au Québec pour en juger. Le tribunal des droits de la personne trouvera toujours que tout va trop loin, c'est sa raison d'exister *. Ce ne sera pas la première décision controversée de ces brillants juges et assesseurs.

Devrions-nous aussi nous offusquer que quelques humoristes rient de Mike Ward en mentionnant qu'il ressemble à une grosse lesbienne? On attaque ainsi son intégrité physique. Il en va ainsi de la petite main de Macleod, de la grosseur de Paquin, de l'œil de Larocque et des membres manquants de Martin Deschamps. Il faudra aussi interdire le monologue d'Antony Kavanagh «Je ne suis pas raciste, mais...» Devrions-nous défendre Guy Nantel contre les blagues mesquines sur sa grosse tête.

«À force de tester les limites, ce qui fait énormément plaisir aux avocats - car non seulement c'est lucratif et parce qu'ils se font un nom avec ces nouvelles «jurisprudences» -, nous devenons de plus en plus beiges, frileux, peureux, tout en devenant de plus en plus intolérants.»

Il faudra aussi détruire une partie de l'œuvre des Cyniques (comme La visite à l'Oratoire) et de Rock et Belles Oreilles (La famille Slomeau et Bonjour la police) qui ont fait tant rire. Faudra-t-il blaguer comme ceci? Il était une fois heu... Il ne faisait pas beau.

À force de tester les limites, ce qui fait énormément plaisir aux avocats - car non seulement c'est lucratif et parce qu'ils se font un nom avec ces nouvelles «jurisprudences» -, nous devenons de plus en plus beiges, frileux, peureux, tout en devenant de plus en plus intolérants.

Si les parents du petit Jérémy ne s'attendaient pas à ce que l'on rie de lui, c'est qu'ils sont d'une naïveté crasse. Ont-ils profité sans le vouloir de la vague Paul Potts et Susan Boyle qui avaient tout de même de la voix. N'avons-nous pas ri des petits Simard? Et qui d'entre nous s'est dit: quelle belle voix à ce jeune homme? Ben non, il chante comme une porte de grange qui grince, alors sur quoi les parents ont-ils misé?

Désolé, il y a des limites à passer pour des victimes. Quels parents auraient envoyé leur enfant devant les caméras, dans de telles conditions? Quels parents ne se seraient pas dits: il ne chante mauditement pas bien et il présente mal. Si votre enfant vous dit que c'est son rêve, vous avez le devoir de lui faire comprendre qu'il risque d'être écorché. Si son rêve avait été de grimper l'Everest, pas un parent n'aurait acquiescé. Aurait-on mal évalué l'affaire dès le départ?

Dans une entrevue donnée le 21 juillet au 98.5FM, Jérémy affirme que si Mike Ward l'avait appelé, ils se seraient arrangés, qu'ils n'auraient pas eu à se rendre en cour. Je ne vais pas prêter d'intentions au jeune homme, mais cette tournure de phrase m'a laissé perplexe.

Il n'y a aucun doute dans mon esprit : Jérémy a été blessé par ce monologue. Ceci dit, comment allons-nous censurer l'humour et qui devra baliser? Désolé, mais si vous désirez un monde beige, la voie est tracée.

* Il y a quelques années, je me suis fait dire par une avocate reconnue que la Charte des droits avait plus d'importance que la vie et la sécurité d'un bébé naissant. Comme quoi, l'interprétation d'une loi...

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST