LES BLOGUES
13/06/2015 08:38 EDT | Actualisé 13/06/2016 05:12 EDT

Mesdames et messieurs de la police, où est passé le respect

Si un de mes anciens confrères tombait au combat, auriez-vous toléré des gars en tutus, des filles en leggings roses? NON, vous auriez demandé à vos membres un minimum de décorum. Votre manque de jugement entrainera une nouvelle vague d'indignation et de manque de confiance envers le(s) policier(s).

J'ai été frappé de stupeur lors des funérailles d'un homme d'État, un père de la Nation, un homme d'une incroyable stature. OUI, je suis resté sidéré en visionnant les photos de nos dignes représentants de la loi. Nos policiers du SPVM.

Je sais que beaucoup de ces enfants rois déféquaient encore dans leurs couches quand Monsieur Parizeau tentait de mener la Nation vers l'indépendance. Ce n'est pas une raison. Vous tous devriez avoir honte, vous avez fait passer votre petit nombril d'enfants gâtés avant le respect des institutions, des hommes et de votre uniforme.

Vous, les officiers supérieurs, vous nous avez encore une fois démontré votre incapacité de prendre les décisions qui s'imposent. Quand je vous qualifie d'insipides, inodores, sans saveur, sans c......, je ne fais que planter un miroir devant vous, en espérant fouetter les réminiscences de votre amour propre. Vous aurez à supporter l'odieux. Dans les faits, vous ne serez pas autant écorchés que vos hommes. Chez vous, les chefs s'en tirent toujours avec une pirouette. Il est vrai que sans colonne vertébrale, on est plus flexible.

J'ai mal à ma police, mesdames et messieurs de la direction du SPVM. Vous avez cultivé la veulerie à outrance, vous en avez fait une marque de commerce. Cette fois, le vase déborde, la population s'indigne et le crime ne vous profitera pas.

Vous de mon ancienne Fraternité, vous qui êtes censés gérer des hommes et des femmes que vous qualifiez de professionnels, où est donc passé votre cervelle? Vous ne me ferez pas gober que deux heures sans moyens de pression auraient changé quoi que ce soit. Si un de mes anciens confrères tombait au combat, auriez-vous toléré des gars en tutus, des filles en leggings roses? NON, vous auriez demandé à vos membres un minimum de décorum. Votre manque de jugement entrainera une nouvelle vague d'indignation et de manque de confiance envers le(s) policier(s). Monsieur Francoeur, il est temps de réviser votre stratégie, si vous en avez une. Je crois que votre syndicat souffre d'un manque d'imagination chronique. Si vous n'avez pas su prévoir ce qui allait se passer, ou vous êtes bête ou vous n'avez pas d'empathie. Dans les deux cas, votre Fraternité y perd au change.

Depuis 1966, j'ai toujours eu le P de la police tatoué sur le cœur. Aujourd'hui j'ai honte. Messieurs Marcil, Masse et Prud'homme ont été des chefs bagarreurs, mais respectueux. Vous ne l'êtes pas.

Mesdames et messieurs des deux camps, vous perdez le respect des gens. Je comprends certains policiers qui, lors de soirées avec des connaissances, disent : « Moi, je suis fonctionnaire. » Ils ont honte de dire qu'ils sont flics.

Quand vous demanderez l'appui de la population, car vous allez le demander comme toujours lors des négociations, espérez qu'elle ait la mémoire courte. Car nous sommes plusieurs à l'avoir assez longue.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo La carrière de Claude Aubin en images Voyez les images