LES BLOGUES
22/04/2017 09:16 EDT | Actualisé 22/04/2017 09:16 EDT

Le beau gosse et le pot

Les profits générés par la vente du cannabis iront à l'éducation des méfaits des drogues et pour soigner les intoxiqués. Donc, rendons les gens malades et nous les soignons par la suite.

Notre fils à papa, le premier ministre des «selfies» vient de tenir une de ses promesses. Elles ne sont pas nombreuses à être tenues, mais celle-ci sera à tout le moins rock & roll.

Ce pantin à la recherche de reconnaissance vient d'ouvrir une boite de Pandore qu'il va laisser à dix provinces le soin de gérer: légaliser la marijuana.

Ce serait drôle si ce n'était pas si stupide. Tu décides de faire un truc, puis les conséquences seront l'affaire de dix autres états dépendants. Oui, contrairement aux É.-U. ou à la Suisse, nous sommes dans une «fédération» et les lois sont celles du gouvernement central. Le hic, c'est que les provinces doivent se préoccuper de la quincaillerie.

Allons-y dans la pratique:

- Nous aurions droit à quatre plants de trois pieds, bravo, qui va veiller à ça? La police... Un mandat de perquisition? Oui bien sûr, mais ça prend des motifs. Et s'il y a cinq plants... seront-ils tolérants? Ou tout simplement ne vont-ils pas se déplacer pour si peu ? Si nous prévoyons quatre autres plants, bébés de toutes petites pousses, pour remplacer ceux qui partent. Que fera la police?

- Il faudra des graines achetées légalement. Comment va-t-on surveiller ça? Un sac timbré qu'il faudra garder à la maison? Une facture d'achat?

- Trente grammes. Les policiers devront-ils se munir d'une balance et si oui, quel sera le seuil de tolérance?

- Il y aura des campagnes de sensibilisation aux drogues, comme pour la cigarette. Fumer, ce n'est pas bon...

- Le législateur devra composer de nouveaux textes de loi, possession de plus de quatre plants, obtention de graines illégales, vente illégale, transport de plus de trente grammes.

- Un locataire aura-t-il droit de faire pousser ses plants? Ou si dans un bail il faut à l'avenir une clause: pas de pot? Quand on sait qu'une cause urgente à la régie des loyers prend en moyenne trois mois, faire pousser du pot sera-t-il une cause urgente?

- L'âge légal pour l'achat de marijuana sera-t-il de 18 ans ou 21 ans? Et chaque province pourra fixer l'âge. Les chercheurs déclarent que notre cerveau se fixe vers 21, alors la logique serait 21 ans. Alors que feront les jeunes de 17 à 21, acheter au marché noir? Seront-ils criminalisés? Si oui, quelles seront les peines?

- Quels seront les points de vente? SAQ, dépanneurs, pharmacies? Puis, les supermarchés?

- Comment se fera la vente? Comme pour les cigarettes, avec des photos de poumons, des crises de schizophrénie? Sous les comptoirs?

- Qui surveillera les revendeurs illégaux, les mêmes flics qui surveillent les graines illégales? Ces revendeurs illégaux seront-ils punis avec sévérité? Pourquoi? Ils n'auront pas perçu les taxes. Un peu comme les fabricants d'alcool. Car la drogue sera permise, donc l'illégalité en sera une de dollars non perçus.

- Au travail, aurons-nous droit à une pause joint? Si oui, comment gérer l'efficacité du personnel ? Car, la charte des droits...

Les prochaines années seront assez folles. Vous ne pouvez imaginer le nombre de jurisprudences que tout ça va amener. Les peines encourues, les motifs, les arguments de la charte, l'âge légal. Une chatte n'y retrouvera plus ses petits. Vous croyez les tribunaux lents, attendez d'y être, ce sera infernal.

On nous abreuve de publicité: ne conduisez pas après avoir bu... Ne textez pas au volant. Et là, quelle merveilleuse idée! Consommez la marijuana avec modération, nous avons confiance en votre jugement.

Encore plus drôle: les profits générés iront à l'éducation des méfaits des drogues et pour soigner les intoxiqués. Donc, rendons les gens malades et nous les soignons par la suite. Nous avons actionné pour des milliards de dollars l'industrie du tabac, nous faisons des campagnes de sensibilisation, nous interdisons les vapoteurs dans les lieux publics, nous interdisons la cigarette dans les voitures avec des enfants. Dépensons des centaines de millions à soigner les cancers du poumon et les maladies coronariennes, liés au tabagisme. On nous abreuve de publicité: ne conduisez pas après avoir bu... Ne textez pas au volant. Et là, quelle merveilleuse idée! Consommez la marijuana avec modération, nous avons confiance en votre jugement.

Pendant ce temps, Justin continuera à poser tout sourire pour le bon peuple et à répéter des mots vides de sens. Il plait aux jeunes, mais ces jeunes feront comme nous, ils vieilliront. Malheureusement, ils seront pris avec les conséquences des actes d'un âne qui se croit un cheval.

LIRE AUSSI:

» La légalisation du cannabis n'est pas un fardeau, selon la ministre Jane Philpott

» Cannabis: pour en finir avec la violence sociale (BLOGUE)

» La SAAQ lance une campagne sur les effets du cannabis au volant


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter