LES BLOGUES
13/05/2017 09:16 EDT | Actualisé 13/05/2017 09:16 EDT

Entre l'incurie, la tricherie et l'indifférence

Tous ces millions dépensés pour rien pour la galerie, pour se péter les bretelles avant de se dégonfler comme une vieille baudruche, devraient nous enrager, peu importe l'allégeance politique. Avons-nous perdu l'idée même de la révolte?

Encore une fois, le parti libéral provincial se fait secouer les puces. On me dira que les journalistes sont partiaux, ils sont auJournal de Montréal, mais ceux de La Presse le mentionnent aussi. Les journalistes n'inventent pas la nouvelle, ils la publient. Mais bon, où cela mène-t-il? Ça fait la nouvelle entre deux inondations presque bénies des Dieux pour plusieurs.

Nous avons aussi vu qu'après des années d'enquêtes, le bureau de la concurrence ne déposera pas d'accusations contre les entrepreneurs soupçonnés de cartel dans les travaux publics. Oubliez tout ce que vous avez lu, vu, entendu. Tout retourne au néant. Donc, la commission Charbonneau aura coûté plus de 44 millions pour nous dire qu'il y avait de la possible collusion, de la magouille, des amis d'amis, des gens donnant de l'argent à la mafia, un cartel possible et probable. On aurait pu arrêter à 3 millions pour en parler, ça nous aurait fait économiser. Et le roman-savon n'était même pas bon. En 1976, on avait connu mieux avec la C.E.C.O. qui n'avait pas donné grand-chose à l'époque, mais au moins il y avait quelques rebondissements.

On entend plus parler des enquêtes de la commission Chamberland. Les directeurs des polices font enquête, croyez-moi, ça va prendre le temps de prendre son temps. Le poisson énorme au départ finira en sardine à l'arrivée. Personne, dans ces boites, n'a intérêt à creuser trop loin. Une belle commission, quelques millions, deux ou trois recommandations et vite refermons le couvercle.

On apprend aussi que la justice a fait relâcher 134 accusés en neuf mois. Et, il y en a d'autres à venir. Bon, au moins les grands criminels qui stationnent leurs voitures illégalement seront poursuivis. Comme nous le disions si souvent au bureau: «La justice a le bras long, mais les pattes courtes.»

Tous ces millions dépensés pour rien pour la galerie, pour se péter les bretelles avant de se dégonfler comme une vieille baudruche, devraient nous enrager, peu importe l'allégeance politique.

Je sais, on l'a répété... La justice n'a pas de prix. Bien oui, la justice a un prix. Tous ces millions dépensés pour rien pour la galerie, pour se péter les bretelles avant de se dégonfler comme une vieille baudruche, devraient nous enrager, peu importe l'allégeance politique. Avons-nous perdu l'idée même de la révolte?

Nous pouvons marcher des kilomètres pour une équipe de hockey ou de baseball, mais pas pour exprimer notre colère. Lors de la dernière manifestation contre les salaires des dirigeants de Bombardier, il y avait tout au plus 300 manifestants. Dites-moi qu'après avoir investi des milliards de dollars, nous n'aurions pas pu exprimer une juste colère, pour des gens qui ont le culot de s'engraisser en parasites, avec notre argent. Comme le disait mon père: «Tu peux peut-être rire de moi, mais pas avec mon propre dentier». Mais aujourd'hui, tu le peux. Avec le Net, plus besoin de sortir manifester. Un j'aime ou je n'aime plus et tout est réglé.

Il devient certain que nous avons atteint une limite d'indifférence et de cynisme sans précédent. Tricher, mentir, camoufler, magouiller et remplir les poches des amis sont devenues vertu et nécessité. Qui peut faire confiance à nos représentants? J'imagine des aveugles, sourds, muets et des amis des amis.

L'Indifférence... Tu es cocu et tu t'en fous! - Gilbert Bécaud

LIRE AUSSI:

» À bout de souffle

» La chasse aux sources est maintenant ouverte

» Le beau gosse et le pot

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST