LES BLOGUES
04/02/2017 08:28 EST | Actualisé 04/02/2017 12:37 EST

La haine des autres

Si tu as une couleur différente, regarde autour, tu verras des idiots de la même couleur, car le racisme et l'idiotie n'ont ni race ni couleur.

Si vous ne le saviez pas encore, les religions, les races, les couleurs et la politique divisent les peuples.

En fait dans presque tous les cas, l'interprétation faite par des fanatiques ayant un peu de pouvoir nourrit les peurs, les visions et les idées. Tout ce qui divise peut devenir un danger potentiel. Rien de tel qu'une belle peur de l'autre, pour alimenter la haine.

L'histoire est remplie de ces haines. Un peuple décide que son Dieu est meilleur que l'autre, que sa couleur est la bonne, qu'il vaut mieux annihiler le voisin et prendre ce qu'il possède, pour le redistribuer aux bonnes personnes, les siens. C'est ainsi que l'homme se comporte depuis la nuit des temps. Nous avons tous connu nos divisions religieuses : catholiques, orthodoxes, protestants, luthériens, chiites sunnites, pour ne pas remonter à Abraham ou à Jésus avec les Samaritains. Nous avons aussi connu nos guerres territoriales et raciales. Ici, il y avait les Iroquois et les Hurons, plus bas Les Pieds noirs et les Sioux. Au 21e siècle, malgré tout son savoir, l'homme a gardé au fond de lui, ce petit côté primitif qui lui vient des temps anciens, celui des clans et des tribus.

Lors de la dernière guerre, les soldats allemands portaient sur le ceinturon «Gutt mint uns» Dieu est avec nous. Des siècles avant, les Croisées portaient les étendards du Saint-Siège et lançaient «Dieu est avec nous», pendant que de l'autre côté on clamait Allah Akbar. Des millions de morts plus tard, rien n'est réglé et nous avons droit à «God bless américa».

Tous les fanatisés de ce monde croient posséder la vérité. Et, c'est toujours les mêmes qui en prennent plein la gueule.

Au Rwanda, se fut la nationalité, pas la couleur, mais la différence entre clans. Personne n'échappe à cela, la peur de l'autre est un moteur puissant, tout comme l'idée de la supériorité de l'un sur l'autre.

C'est comme ça, des hommes seuls ou en groupe qui par intégrisme, fanatisme, xénophobie, ignorance et repli sur soi, deviennent des monstres qui tuent sans en comprendre les vraies raisons. Ils ont le bon droit, car ils ont raison. Tous les fanatisés de ce monde croient posséder la vérité. Et, c'est toujours les mêmes qui en prennent plein la gueule.

Que ce soit à Paris, Melbourne, Chicago, Nice, Beyrouth, Berlin, Oklahoma, Oslo, Ottawa ou Québec, on y retrouve les mêmes ingrédients et les mêmes motivations. Un groupe grand ou petit, fanatisé, se nourrissant de la même passion. D'un côté, il y a une religion poussée à l'extrême et de l'autre, une vision de la race tout aussi poussée par des vues politiques lancées par des leaders vous poussant à haïr l'autre, à le réduire à l'état de cible pour se faire à déshumaniser l'autre.

Le fanatisme racial ou religieux est un mouvement qui revient par vagues, il ne meurt pas, il guette le moment propice, le terreau fertile. Tous les pays connaissent ces élans de fanatismes. Depuis plus d'une décennie, des groupes néonazis poussent comme des champignons un peu partout et même en Russie. Des groupes religieux fanatisés font de même partout. La droite, la gauche, la race, la couleur, la religion: tout cela entre nous est un prétexte pour assouvir une tare, un besoin de contrôle ou de reconnaissance. Si tu aimes ton Dieu parfait, ne me le mets de travers dans la gorge. Si tu as une couleur différente, regarde autour, tu verras des idiots de la même couleur, car le racisme et l'idiotie n'ont ni race ni couleur.

Nous vivons sur une toute petite planète et selon des études récentes, nous serions nés en Afrique. Le même sang rouge coule dans nos veines, ne pourrions-nous pas juste vivre et laisser vivre.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Montréal se rassemble pour la communauté musulmane Voyez les images