LES BLOGUES
26/09/2015 09:07 EDT | Actualisé 26/09/2016 05:12 EDT

Faut-il s'insurger?

En moins de trois mois, le départ d'élus va nous coûter 5.3 millions de «primes de départ», ceci, sans compter quelques autres petits millions pour des élections partielles.

Notre gouvernement si libéral, vient encore une fois démontrer son manque de réalisme et d'empathie face à des milliers de parents démunis, désorientés, surpris, déçus et en colère.

Les coupures dans le système d'éducation font mal. Devant l'austérité programmée, les directions d'écoles doivent faire des choix déchirants. Les parents se retrouvent seuls, pour tenter de donner une toute petite chance à leurs enfants différents. Oui, entre autres, l'autisme crée des différences.

On peut inviter les mères au parlement, leur dire que bientôt tout rentrera dans l'ordre, un petit deux ans au maximum. Ce petit deux ans hypothéquera l'avenir de milliers de jeunes. Les gouvernants s'en foutent, ils promènent leurs bedaines toutes rondes de parvenus, se payent des dîners, des visites, des soirées, aux frais de ces mêmes parents qui payent des taxes.

Nos mandarins tout comme à l'époque de la Chine impériale, se déconnectent de la réalité du peuple qu'ils représentent. Quand des médecins spécialistes deviennent ministres, ils n'ont pas la sensibilité nécessaire pour l'empathie envers les castes inférieures. Oui, les castes inférieures!

Les nominations partisanes se multiplient, les augmentations de 20% et plus de salaires déjà exorbitants, les fraudes à répétition, les dérapages dans des coûts d'installation de l'internet, la non-imputabilité de nos hauts fonctionnaires, nous font perdre des centaines de millions, sans que nos élus s'émeuvent. Nous sommes les irresponsables qui avons remis en selle un groupe au passé trouble.

Maintenant soyons ceux qui disent à ces intouchables du pouvoir, qu'assez c'est assez!

En moins de trois mois, le départ d'élus va nous coûter 5.3 millions de «primes de départ», ceci, sans compter quelques autres petits millions pour des élections partielles. On nous apprend aujourd'hui qu'en santé, c'est 40 millions de «primes de départ» que nous allons verser. Mieux encore, ce gouvernement fantoche fera passer le salaire de député de 86,000$ à 136,000$, une petite augmentation de 50,000$. Ceci, pour éviter les «primes de départ.» Près de 35% d'augmentation. Vous connaissez des travailleurs ayant reçu ces augmentations dernièrement? Ou des primes de départ...

Cet argent, le peuple en aurait bien besoin. J'en rirais si ce n'était pas si pathétique. Nous ressemblons de plus en plus à une république de banane. Le clivage entre vous et le peuple s'accentue de plus en plus. L'arrogance que vous affichez, sera je l'espère votre tombeau.

Il serait grand temps que nous les parents, grands-parents, oncles, tantes, décidions de marcher dans les rues et exiger de ces limaces, qu'ils reviennent sur terre et fouillent dans leurs poches, afin de trouver les fonds nécessaires à l'intégration de tous nos jeunes. Messieurs les élus, n'oubliez pas qu'une phrase maladroite de Marie Antoinette : «Ils n'ont plus de pain, qu'ils mangent de la galette» à conduit à une révolution. Les parents sont las, fatigués, épuisés de ces bagarres constantes. Ils en sont à quémander une aide qui devrait couler de soi, mais qui ne vient tout simplement pas. Ils reçoivent comme autant de rebuffades, ces discours empesés et peu prometteurs, que ces ventripotents cacatoès leur servent ad nauseam.

En 2012, une partie de notre société a marché dans les rues pendant des jours et des jours. L'injustice devenue intolérable fut une motivation importante et rassembleuse. Il s'est créé une solidarité que nous n'avions pas connue depuis des années. Faut-il encore une fois recommencer? Mon bâton de Pellerin est prêt.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photo Manifestation contre l'austérité à Montréal, 2 avril 2015 Voyez les images

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!