LES BLOGUES
21/11/2015 09:37 EST | Actualisé 21/11/2016 05:12 EST

Cette guerre que nous n'avons pas su éviter

Le terrorisme est international, il est aussi chez nous.

Il y a eu, il y a et il y aura toujours des périodes de crise dans le cheminement de l'humanité. Les Grecs, Romains et l'Europe ancienne et nouvelle le savent bien. L'Afrique le Moyen-Orient et l'Amérique tout autant. Peu de continents ont été épargnés par les invasions, quelles qu'elles soient. Tous ces conflits partent souvent d'un manque de compréhension, de vision et d'analyse et le plus souvent, ce ne sont pas ceux qui ont commis ces erreurs qui seront visés.

Dans le cas du Moyen-Orient, des pays européens ont décidé de créer des frontières artificielles, sans comprendre que les gens qui s'y trouvaient, n'étaient pas des amis naturels. Un découpage fait selon les intérêts financiers de grandes compagnies pétrolières, gazières, aurifères, diamantaires et j'en passe. Les grands décideurs de ce monde ont eux-mêmes placé des dictateurs implacables pour contrôler cette masse grouillante de clans et tribus. Sunnites, Chiites, qui en connait la différence? Qui d'entre nous peut délimiter les frontières de ces pays en guerre?

La France dans l'après Bonaparte, est entrée en Algérie, au Maroc et en Tunisie, donc importation de bras pour les petits travaux, et les guerres. Les Français auront à vivre les événements de 1957, pour sortir d'un guêpier sans nom.

En 1948, la Grande-Bretagne a tout simplement laissé pourrir une situation en Palestine, puis elle est partie à la naissance d'Israël. Depuis lors, des camps de réfugiés se dressent tout autour d'Israël et avec eux, la radicalisation. Souvenez-vous de Carlos, Yasser Arafat, septembre noir, les dizaines de détournements d'avions, l'aéroport de Lod. Celle d'Entebbe.

L'Égypte de Nasser, celle de El Saddam, de Moubarak et d'Al Sissi, a été et est toujours contrôlée tour à tour et souvent ensemble, par la Russie, l'Europe et les États Unis.

Dans les années 80, les amis de Saddam Hussein étaient la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis. Ils le laissaient combattre le diable iranien, entretenu pendant des années par la France. Puis, à son tour, il fut traqué. Idem pour Kadhafi, qui de paria devient présentable et, tout à coup meurt dans une révolte populaire qui coupe le pays en deux factions.

Pourquoi expliquer tout ça?

Démontrer que les erreurs passées viennent rattraper notre civilisation tout entière. La dernière guerre d'Irak a plongé un pays de 33 millions d'habitants, vers un moyen âge assuré. Celle de Syrie un pays de 23 millions d'habitants, de la Libye 6 millions tout autant. Je ne vais pas parler du Liban 4 millions d'habitants en guerre depuis 1967, du Yémen 24 millions, de la Tchétchénie 1.2 millions, de l'Algérie 39 millions, de l'Afghanistan, 30 millions, de l'Égypte 82 millions d'habitants, le Pakistan 182 millions de gens. Il nous faut comprendre que plus de 400 millions de personnes pourraient être en colère. Ils ne le sont pas tous, mais si 10% de cette masse l'est, nous en sommes à 40 millions. Je sais c'est réducteur, mais le nombre n'est pas important, ce qui l'est, c'est le potentiel. Savons-nous combien de combattants Daech, Boko-Haram, les talibans, Al-Qaïda et tous les groupes associés possèdent?

Ceci sans compter la diaspora d'Europe, dont plus de 30% vivent dans des conditions de survie. Sécurité sociale, H.L.M. et pas d'avenir. Alors oui, ils se radicalisent, ils ont des promesses de prophètes presque aussi incultes qu'eux-mêmes. Ils se sacrifient pour une cause et deviennent des martyrs. La France avec ses 3.5 millions, a Grande-Bretagne 2.8 millions et la Belgique avec 300,000, sont devenus un terreau fertile à l'endoctrinement.

Il y a en ce moment des pays qui achètent le pétrole de Daech, sur le marché international. Comment ne pas savoir que ces achats viendront les hanter?

Que faut-il faire? Nous ne pouvons refaire l'histoire. Nous pouvons peut être endiguer cette guerre qu'ils veulent sainte, mais après? Ce n'est plus l'océan qui va nous protéger. Le terrorisme est international, il est aussi chez nous.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST:

Galerie photo Marche silencieuse à Montréal - 15 novembre Voyez les images