LES BLOGUES
07/07/2018 06:01 EDT | Actualisé 09/07/2018 09:43 EDT

L'anonymat, un fléau qui se répand comme des cloportes

Les anonymes ne combattent pas ouvertement à la loyale, ils insinuent, ils déforment, ils désinforment.

PA Archive/PA Images

Entre le 15e et le 19e siècle, ceux qui se permettaient de médire ou offenser un autre citoyen pouvaient recevoir la visite de deux témoins l'invitant à se rendre au pré, aux aurores. L'offensé donnait souvent le choix des armes par courtoisie.

Certains acceptaient les plates excuses, d'autres arrêtaient à la première goutte de sang, alors que le reste ne demandait pas le merci qu'il n'accorderait pas de toute façon. Il en résultait que si l'on offensait quelqu'un, il y avait là une conséquence pouvant être mortelle.

Certes, nous pouvons aujourd'hui trouver cette pratique barbare, que je considère pour ma part efficace, car nous pouvons toujours croire en une justice civile, bien que déficiente et coûteuse à souhait.

À une certaine époque, les gens y pensaient à deux fois avant d'y aller de petites vacheries ordinaires et l'honneur n'était pas un vain mot.

Des gens sous un nom fictif, un pseudonyme, un paravent, s'insèrent tels des serpents pour déverser ce trop-plein de fiel qu'ils ont accumulé.

Quand, au 20e siècle, la radio débuta les lignes dites ouvertes au public, presque immédiatement, des cloportes, sangsues et autres bêtes nuisibles, vinrent déverser leur trop-plein de venin sur les ondes. Qui ne se souvient pas d'avoir entendu des paroles mesquines coupées dans leur élan, par un animateur parfois découragé par tant de méchanceté.

L'anonymat est un fléau qui se répand rapidement.

Maintenant, ces mêmes cloportes que l'on qualifie de «trolls» envahissent le web sans scrupule. Des gens sous un nom fictif, un pseudonyme, un paravent, s'insèrent tels des serpents pour déverser ce trop-plein de fiel qu'ils ont accumulé. Des gens d'une jalousie maladive, croyant pouvoir détruire l'autre en le rabaissant à leur niveau.

L'anonymat est un fléau qui se répand rapidement. Il est une façon malsaine d'exprimer un ressentiment, un malaise profond, un grand dépit de n'être qu'un quidam.

Cet anonymat malsain ressemble en tout point à de l'intimidation. À la différence qu'il vient de peureux et fait plaisir à d'autres peureux. Car, sans conséquence, certains peureux viennent s'agglutiner au premier et renchérissent.

Ces cloportes chérissent le fait que des blogueurs décident de ne plus écrire. Ces blattes ont l'impression d'avoir gagné et s'en félicitent. Le courage n'est pas l'apanage des anonymes, sinon ils donneraient au moins leur nom.

Les réseaux sociaux sont un terreau formidable pour une partie de la population qui, ne pouvant s'élever, se complait à écraser l'autre.

Les anonymes ne combattent pas ouvertement à la loyale, ils insinuent, ils déforment, ils désinforment. Tout cela sans se compromettre, sans se montrer. Ils attaquent toujours de la même façon, réfléchissant aux moyens à prendre pour arriver à leur fin et, s'ils sont exclus, ils repartent sur un autre pseudonyme. Pour cela, ils ont beaucoup d'imagination.

Les réseaux sociaux sont un terreau formidable pour une partie de la population qui, ne pouvant s'élever, se complait à écraser l'autre. Dommage, les réseaux sociaux devraient être un lieu de rencontre et d'échange, un lieu où tout le monde pourrait donner son idée sans se faire ridiculiser ou écraser.

Malheureusement dans plusieurs cas, il n'en est rien. Un peu comme pour le téléphone intelligent, l'appareil est aussi intelligent que celui qui le possède. Ce qui est loin de me rassurer.

Finalement, je plains les anonymes mesquins, ceux qui aiment détruire. Vous faites partie des gens que je ne voudrais jamais avoir pour amis.

En attendant, je ne peux que vous dire: «je vous souhaite ce que vous méritez», une vieille insulte chinoise.

À LIRE AUSSI:

» «SLĀV»: l'intolérance, une mode de bon ton
» Plus ça change...
» La génération tyrannique

À VOIR AUSSI: