LES BLOGUES
21/03/2015 08:09 EDT | Actualisé 21/05/2015 05:12 EDT

À mes amis les policiers

Quand certains d'entre vous ont-ils décidé de laisser volontairement leur cerveau à la maison?

De plus en plus de citoyens, contribuables, moins bien nantis que la plupart d'entre vous, s'indignent de vos comportements puérils, insignifiants et absolument inutiles. Êtes-vous encore capables de penser ou vous a-t-on lobotomisés précocement ?

Nous ne comptons plus les interventions médiatiques, dénonçant vos agissements de fonctionnaires bornés. La dernière en lice: une dizaine de billets pour des roues non axées vers le trottoir. Un petit montant de 58 dollars avant d'aller travailler. Je sais : «la loi, c'est la loi.» Le sergent Gingras des relations avec les médias l'a dit. Quelle belle déclaration! Pauvre directeur Parent.

Depuis les deux dernières années, nous assistons à une série d'imbécilités plus tordues les unes que les autres. De grâce, cessez d'être les percepteurs que vous êtes devenus et recommencez à être les protecteurs des plus vulnérables de la société que vous avez juré de défendre.

Depuis plus d'un an, j'assiste aux marches «NE TOUCHEZ PAS À MA RETRAITE», depuis des années j'appuie les revendications de ma fraternité et de l'association de Bienfaisance et de retraite. J'ai défendu ce policier qui a «menacé» d'attacher un S.D.F. à un poteau, car en personne intelligente, je savais qu'il ne l'aurait jamais fait. J'ai défendu les policiers dans l'affaire Magloire et dans l'autre de la rue St-Denis. Je défends tous les jours mes anciens confrères lors d'événements controversés. Mais, il n'y a pas une journée sans que des citoyens viennent se plaindre d'agissements enfantins de certains policiers.

En moins de deux semaines, j'ai moi-même été témoin d'aberrations incroyables de la part d'anciens confrères.

Une voiture de police traversant quatre lignes doubles, donc quatre voies de circulations dans le tunnel Ville-Marie. Tout citoyen faisant le même geste perdrait son permis et sa voiture.

Le treize mars dernier, j'étais sur la rue Notre Dame, devant le palais de justice. Devant moi, une voiture de police dépasse par la droite, pas une, mais deux voitures. La policière au volant n'a que le temps de couper la voiture de tête, au risque de l'emboutir. Au coin des rues St-Laurent et St-Antoine, cette même policière attend patiemment sa lumière en lisant ses textos. Quel est le message?

Rassurez-vous, chers citoyens, nous sommes vos protecteurs. Mais n'oubliez pas de respecter les règlements municipaux. Nous sommes le bras cupide, sans jugement, sans empathie de la Ville. Comme le dit si bien le sergent... «Nul n'est censé ignorer la loi».

Les gars, je crois parler au nom de tous les vieux flics qui ont arpenté le macadam avant vous. Plusieurs d'entre vous agissent comme une bande de cabochons qui aurait intérêt à écouter ceux qui payent votre salaire, ceux qui aimeraient vous soutenir lors de vos revendications, mais qui se disent: quelle bande d'épais instruits, mais sans génie! Qu'ils s'arrangent avec leurs /$%?(*/ de problèmes.

Vous êtes des policiers de quartier. Agissez en policiers, cessez de regarder ailleurs quand il se passe quelque chose d'important. Et de dire: «c'est pas ma faute, c'est le règlement». Ce n'est qu'un manque de couilles et d'empathie. «Les portes non verrouillées; les roues vers le trottoir; les stationnements de 24 heures; les autos stationnées en angles dans les bancs de neige; les roues à plus de 10 cm, du trottoir», nous font croire que vous faites preuve d'une grande créativité, mais d'un manque certain d'empathie envers ceux que vous devez protéger.

S'il vous plait, cessez d'obéir sans réfléchir.

J'ai déjà dit à mes patrons que seuls les imbéciles obéissent aux ordres imbéciles.

Alors faites de même, ils ne vont pas congédier 4000 policiers d'un coup.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Les campagnes de sécurité routière chocs

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter