LES BLOGUES
09/05/2018 09:00 EDT | Actualisé 09/05/2018 09:00 EDT

Au cinéma, le jour comme la nuit

Les films, pour être appréciés à leur juste valeur, doivent être vus dans l’environnement qui a été conçu pour eux.

Getty Images/iStockphoto

Depuis quelques jours, le Cinéma du Parc à Montréal a recommencé à offrir ses films de Minuit. Ces présentations hebdomadaires comportent un savant mélange de films-cultes et de nouveautés qui sortent des sentiers battus et qui sont impossibles à voir sur grand écran autrement. Bien sûr que cette programmation s'adresse aux cinéphiles avertis mais elle offre aussi la possibilité à tous ceux qui ont envie de voir ou revoir certains films qui ont marqués à leur façon l'histoire du 7e art. Mais pourquoi aller voir ces films en salles alors qu'ils sont pour la plupart déjà offerts dans vos abonnements Netflix et autres services du genre? Parce que voir un film en salle sur grand écran ce n'est pas pareil, tout simplement et je ne le dirai jamais assez. Ces représentations de Minuit les vendredis et samedis soirs, qui sont reprises le dimanche après-midi, offrent plus que la possibilité de voir un film, elles offrent aussi une sortie, car voir un film-culte sur grand écran c'est un peu comme assister à un show rock... c'est véritablement un événement.

Bien sûr, les films de fin de soirée ne sont pas le propre du cinéma Du Parc. La plupart des grandes chaînes de cinémas offrent des représentations tardives les vendredis et samedis soir. Les exploitants de salles de cinéma, afin de pouvoir être compétitifs avec les services de diffusion en ligne, doivent déployer des trésors d'imagination afin de rejoindre un auditoire. Il existe aussi des représentations matinales pour les enfants, des représentations pour mères avec leurs bébés et même des séances spéciales durant lesquelles il est possible de voir un film avec son chien! Pour les exploitants de salles, c'est la plupart du temps une question de survie. Et leur survie, je vais être très clair, c'est un enjeu qui nous concerne tous! Le cinéma n'a jamais été conçu pour être apprécié sur des écrans de 15 pouces (et souvent bien plus petits!). Le travail de composition d'images et de création d'ambiance ne s'apprécie véritablement que sur le grand écran. C'est un peu comme mesurer le potentiel de performances d'une voiture de course dans les rues d'un quartier résidentiel. Les films, pour être appréciés à leur juste valeur, doivent être vus dans l'environnement qui a été conçu pour eux. Sans compter l'expérience sociale et culturelle que la sortie au cinéma suppose.

Le travail de composition d'images et de création d'ambiance ne s'apprécie véritablement que sur le grand écran. C'est un peu comme mesurer le potentiel de performances d'une voiture de course dans les rues d'un quartier résidentiel.

L'an dernier, les salles de cinéma au Québec ont enregistré 19,5 millions d'entrées ce qui représente une hausse de 4% par rapport aux chiffres de 2016 selon l'Observatoire de la culture et des communications de l'Institut de la statistique du Québec. Il s'agit là d'une bonne nouvelle, mais les salles de cinéma continuent sans cesse d'être en quête d'auditoire. Un nouveau cinéma, le Cinéma Moderne, ouvrira d'ailleurs ses portes à Montréal d'ici quelques mois sur la rue Saint-Laurent. Je n'avais pas vu d'ouverture de salle dans la métropole depuis près de 20 ans avec l'arrivée de l'Ex-Centris qui a depuis fermé ses portes par manque de cinéphiles. Cette fermeture avait d'ailleurs créé une onde de choc dans tout le monde du cinéma montréalais. Dans certaines grandes villes américaines, de nouvelles salles de cinéma ont récemment fait leur apparition en misant sur une expérience culinaire afin d'attirer les cinéphiles. Il est possible de voir des films en brunchant ou en mangeant des huitres dans certaines salles de Brooklyn par exemple. J'ai récemment vécu cette expérience au cinéma Nighthawk à Williamsburg. Je me demande néanmoins si la consommation d'huîtres dans le noir est compatible avec les meilleures conditions de visionnement possible afin d'apprécier une oeuvre cinématographique. Mais face à la compétition féroce qu'offrent les Netflix de ce monde, à la guerre comme à la guerre même avec les huîtres aux premières lignes du front de combat !

Le cinéaste Jean-Luc Goddard a déjà dit que « Quand on va au cinéma, on lève la tête. Quand on regarde la télévision, on la baisse ». Regarder des films sur des écrans d'ordinateur, c'est pratique et c'est ce qui a permis à certains sites de diffusion en ligne de devenir des géants mondiaux et de créer des productions à leur tour. Mais voir les films sur grand écran au cinéma, c'est nécessairement mieux et c'est surtout essentiel à la survie de cette forme de divertissement le jour, le soir ou même dans le cadre des représentations très spéciales que sont souvent celles de minuit. Pensez-y, la sortie au cinéma représente un des seuls divertissements qui disponible 7 jours sur 7, 365 jours par année, beau temps mauvais temps. Quand nous allons bien comme quand nous allons mal, il nous attend et il est toujours là pour nous... mais nous, sommes-nous là pour lui?