LES BLOGUES
17/06/2013 02:59 EDT | Actualisé 25/05/2015 11:34 EDT

Ils tombent comme des mouches...

Un nouveau chapitre de plus dans ce feuilleton à grande échelle qu'est devenue la politique municipale québécoise. Michael Applebaum, le maire par intérim de Montréal, a été arrêté ce matin par l'UPAC. 14 chefs d'accusation seront déposés contre lui. Contrairement à l'épisode Vaillancourt, ils ne sont pas une trentaine à avoir été arrêtés avec lui, seulement deux: Saulie Zajdel, ancien conseiller municipal de l'arrondissement Côte-des-Neiges/Notre-Dame-de-Grâce (CDN/NDG) par ailleurs candidat défait aux dernières élections fédérales sous la bannière conservatrice, et Jean-Yves Bisson, ancien fonctionnaire de l'arrondissement.

Soyons sérieux. Si beaucoup de politiciens semblent tomber des nues aujourd'hui, disons que nous étions plusieurs à entretenir des doutes sur l'honnêteté de M. Applebaum (pour rester «politically correct»). Membre de la garde rapprochée de Gérald Tremblay depuis de longues années, devenu son bras droit depuis le départ de Frank Zampino, disons que le maire par intérim devait pas mal tout savoir ce qui se tramait dans l'ombre de l'Hôtel de Ville. On apprend simplement avec une quasi-certitude - il va se défendre, bien sûr, mais les membres de l'UPAC doivent avoir de bons dossiers pour faire ce type de sorties publiques - qu'il ne faisait pas que le savoir... Tout cela n'est que peu surprenant.

Pour avoir travaillé à CDN/NDG dans la dernière décennie, on peut dire que les citoyens ne portaient pas toujours M. Applebaum dans leurs cœurs. L'exemple de la saga du mausolée à construire au cimetière Notre-Dame-des-Neiges (consultations citoyennes peu médiatisées et bâclées) représente assez bien l'image que M. Applebaum s'était construite. Un homme fort, ferme, ouvert en apparence au dialogue, mais seul au sommet de sa branche. Elle a cassé aujourd'hui...

À qui le tour? Un «p'tit deux» sur Mascouche, mais on pourrait toujours être étonné par Terrebonne, Longueuil et possiblement par une ou deux villes plus éloignées sur la Rive-Sud. Mais ce qui est certain, c'est l'effet délirant que toute cette actualité peut avoir sur «ceuzes et celles» qui lisent les nouvelles en provenance de notre coin de pays. Les maires des deux plus grandes villes en importance arrêtés au criminel pour de graves accusations, un ancien maire sous le Télescope «Hubble» (probablement la plus grande loupe sur terre) et toute une classe de femmes et d'hommes politiques de se demander, comme je le fais présentement: «Qui est le prochain, la prochaine? Toi, moi ou l'autre? Est-ce que j'ai accepté des pots-de-vin sans le savoir, ou en le sachant? Est-ce que je fous le camp de ce panier de crabes? Pourquoi je m'étais engagé en politique déjà?»

Et bien, Mesdames et Messieurs, c'est le moment idéal de vous questionner à la fois sur vos actions, présentes et passées, sur vos affiliations et alliances ainsi que sur les raisons motivant votre engagement. Voyez-vous, le Québec municipal fait peau neuve: il arrache cette vieille peau aux couleurs tellement délavées que le gris du pavé ressortait en solo sur toute la grandeur, et il la jette le plus loin possible. Les couleurs de la nouvelle peau dépendront de vous. Le vert pour la propreté, l'environnement, la protection des espaces publics? Le jaune pour le rayonnement, la visibilité, la netteté? Le rouge pour l'action, le dépassement de soi, la fureur de rétablir l'honnêteté? Le bleu pour le calme après cette foutue tempête? Ou le brun, pour le tas de «merde» dans lequel il serait facile de nous faire replonger?

Je finirai par cette sublime phrase, tirée d'un document officiel: « Je me suis présenté en politique municipale dans le but d'assurer que les citoyens, dont je suis, reçoivent les services pour lesquels ils payent des taxes. (...) Quand je suis arrivé à l'Hôtel de Ville, j'ai pris conscience d'un autre mandat tout aussi important que les électeurs m'avaient donné: l'édification et la défense du bien commun. »

Pour le plaisir, je vous laisse deviner qui écrivait cela en décembre 2003. Un petit indice: il était Maire de CDN/NDG, et ne sera jamais plus maire de quoi que ce soit...

P.S. Une mention d'honneur à l'UPAC, qui après un début de mandat cahoteux frappe des circuits en série. Il doit rester des médailles du Jubilée de la Reine dans le fond de tiroir d'un(e) député(e), non? C'est mieux que rien... Sans rire, grosse job!!!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

L'arrestation d'Applebaum vue par la presse mondiale


10 scandales de l'administration Tremblay-Zampino