LES BLOGUES
15/03/2017 06:51 EDT | Actualisé 15/03/2017 09:42 EDT

Premier contact Audi A5 et S5 Cabriolet 2018 : pour le design et le soleil

Mon collègue Michel Crépault s'est récemment rendu dans la région de Jerez de la Frontera en Espage pour conduire les nouvelles Audi A5 et S5 2018 cabriolets. Voici ses impressions.

---

Nous avons essayé en primeur mondiale en Espagne, sur des routes absolument dépourvues de cette abondante blanche poudre qui nous cause certains soucis présentement, les nouvelles Audi A5 et S5 Cabriolet 2018.

Vous aviez déjà une pertinente question à vous poser : pourquoi choisir une Audi A5 au lieu d'une A4 ? Car les deux voitures utilisent la même plateforme (MLB Evo), les mêmes moteurs et, à quelques détails près, le même intérieur. De surcroît, le coupé A5 compte deux portières de moins que la berline A4. Alors, pourquoi diable perdre de la praticabilité si les deux automobiles sont si semblables ?

Les coupés A5 et S5 de 2e génération dévoilés l'automne dernier vous ont fourni une première raison : pour l'amour du design ! Même si on reconnaît d'emblée que les goûts sont subjectifs, il est difficile de ne pas admettre que la A5 décoche un coup de poing visuel plus percutant que sa sœur la berline.

Et voilà maintenant que l'addition des décapotables ajoute un second argument, les cabriolets A5 et S5 poussant ce design aguichant encore plus loin grâce à leur toit en toile si élégant. Pourquoi pas en aluminium rétractable, comme la VW Eos ? Toujours une question d'esthétisme.

Le pavillon entoilé, triple épaisseur et traité pour affronter les rigueurs de l'hiver, s'harmonise parfaitement avec l'allure racée recherchée par Audi, d'autant plus qu'on peut le coordonner à la superbe palette de couleurs irisées de la carrosserie en choisissant un tissu noir, gris, rouge ou sable.

Et ne vous en faites pas pour son maniement : en 15 secondes pour l'ouverture et trois de plus pour la fermeture, la capote s'occupe de tout elle-même dans un gracieux ballet qui peut s'exécuter en effleurant seulement le bon interrupteur pendant que le cabriolet se meut entre 6 et 50 km/h.

Par ailleurs, la grille n'a jamais été aussi extravertie, basse et élargie, flanquée de phares au xénon ou à DEL qui renforcent la sportivité du museau. Le capot s'est gonflé et strié comme un biceps arrogant au point d'être qualifié de « power dome » par Audi.

Sur les flancs, les designers ont accentué le relief des traits pour davantage sculpter le métal. On ne peut qu'admirer la ligne qui prolonge l'interstice du capot et qui s'en va rejoindre le becquet arrière intégré en créant une épaule qui danse et dont la force seconde celle des arches au-dessus des roues.

Mollo ou macho

Si jamais la A5 ne vous paraît pas suffisamment guerrière, passez à la S5. Rien qu'à admirer ses roues Cavo de 19 po (au lieu de 18 pour la A5), sa suspension abaissée et ses quatre embouts d'échappement, le message « tassez-vous » est nettement claironné.

Et pour que ça ne soit pas de la frime, la S5 Cabriolet joint la parole aux gestes. L'ancienne employait un V6 3,0L à compresseur volumétrique de 333 chevaux et un couple de 325 lb-pi à 5300 tr/min. La nouvelle reprend le V6 3,0L TFSI, mais utilise plutôt un turbo à deux volutes pour désormais produire 354 chevaux et 369 lb-pi de couple. Jumelé à une Tiptronic à 8 vitesses et mode manuel, le 0-100 km/h sera abattu en 5 secondes ou moins, selon les options.

La A5 n'est pas vraiment en reste avec un quatre-cylindres 2,0L TFSI de chevaux et 273 lb-pi de couple, au lieu des 220 chevaux de la précédente version. On peut l'associer au choix à une boîte manuelle à 6 vitesses (de moins en moins choisie, sauf par les puristes, surtout que l'automatique fait mieux à la pompe) ou à une transmission à double embrayage S Tronic à 7 rapports.

Passez de l'une à l'autre et les différences sont notables : la A5 attaque moins franchement et sa musique beaucoup plus « banlieusarde » le prouve en comparaison du profond grondement de la S5. Celle-ci accuse quand même une certaine lourdeur dans les virages secs (particulièrement le train avant) et sa direction électromécanique est moins vive que celle d'une décapotable BMW Série 4.

Par contre, la S5 aiguise les programmes de conduite Confort, Auto et Dynamique que propose le système Audi Select au tableau de bord, une suspension adaptative facultative peut abaisser le châssis et un différentiel sport optionnel contrôle efficacement le sous-virage en jouant avec la rotation de la roue arrière qui vire à l'extérieur du virage.

Autrement dit, pour la différence de 10 000$ qui existe entre une A5 Cabriolet 2018 de base (62 500$) et une S5 de même acabit (72 500$), vous en aurez pour votre argent surtout si, en fin de compte, atteindre une vitesse maximale de 250 km/h (S5) vous importe davantage que d'être limité (électroniquement) à 209 km/h (A5)...

Ces petits extras...

Mais une décapotable, c'est aussi les petites gentillesses embarquées à bord. Or, outre la capote jolie et facile d'utilisation, mentionnons le système qui, à l'instar du Airscarf de Mercedes-Benz, pulse de l'air chaud sur la nuque des passagers avant ; les mini microphones cousus dans les ceintures de sécurité avant pour optimiser les conversations au téléphone mains libres quand on roule le toit baissé ; le coffre à bagages qui a gagné une centaine de litres en capacité (320 litres et 380 litres selon la position de la capote) ; et les 14 mm et 47 mm supplémentaires octroyés respectivement à l'empattement et à la longueur hors tout afin de choyer le dégagement aux épaules et aux jambes des quatre occupants... à moins d'avoir recours au coupe-vent amovible dont l'utilité à diminuer les rafales de vent dans l'habitacle est indéniable, mais, hélas, au prix de condamner la banquette arrière.

Inutile d'insister sur le « cockpit virtuel » dont l'affichage programmable s'étale derrière le volant à boudin inférieur plat (à moins de le commander chauffant) et l'interface MMI dont la convivialité s'améliore chaque année, les cabines signées Audi étant des modèles de raffinement épuré qui savent éviter la sévérité des intérieurs BMW.

Les Audi A5 et S5 Cabriolet 2018 débarqueront au Québec cet été, en même temps que les coupés A5/S5 et les A5/S5 Sportback, un nouveau duo de berlines à hayon qui traversera l'Atlantique pour la première fois et dont nous aurons l'occasion de reparler.

Source: LuxuryCarMagazine.com