Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Ce que j'ai appris de Pierre Bruneau

Sans qu'il en soit conscient, Pierre Bruneau venait de me transmettre deux leçons que je ne suis pas prêt d'oublier.

Il y a des rencontres qui resteront toujours gravées dans nos mémoires. Pour ma part, les entrevues réalisées dans le cadre de mon livre Rendez-vous avec le succès revêtiront toujours un caractère exceptionnel. Tous les collaborateurs de ce projet furent des mentors remarquables et ils avaient tous quelque chose de particulier à m'enseigner sur les plans personnel et professionnel. Aujourd'hui, si on me demandait de revivre une seule de ces rencontres, je serais incapable de choisir. Par contre, une personne m'a vraiment renversé par sa sagesse. Il s'agit du réputé chef d'antenne Pierre Bruneau.

Pierre Bruneau avait accepté de me rencontrer au Café Cherrier, à Montréal. C'était en plein hiver et je m'étais présenté 30 minutes à l'avance, tant je craignais d'être en retard. Le propriétaire du café avait réservé une table au fond de son établissement, afin que nous puissions avoir plus d'intimité. Tranquillement, je m'étais donc installé sur une chaise et j'en avais profité pour réviser mes questions. Quelques instants plus tard, je vis mon invité apparaître à la porte. À peine venait-il de poser les pieds dans le café que quelque chose d'incroyable se déroula devant mes yeux. Toutes les personnes que Pierre Bruneau croisait se levaient systématiquement de leur siège pour le saluer chaleureusement. Sans exception, l'ensemble des clients situés entre la porte et la table où je l'attendais se dressaient pour échanger avec lui une poignée de main ou, minimalement, une formule de politesse. Pierre Bruneau, humblement, prit le temps de les remercier individuellement et il vint ensuite me rejoindre.

Sans qu'il en soit conscient, Pierre Bruneau venait de me transmettre deux leçons que je ne suis pas prêt d'oublier. La première était à quel point une carrière publique marquée par le professionnalisme et la rigueur lui avait permis de gagner l'admiration des gens. La seconde était comment il avait su demeurer humble, malgré son succès. Deux leçons, et l'entrevue n'était pas encore débutée...

Lorsqu'on interviewe une personnalité comme Pierre Bruneau, il vaut mieux être bien préparé. Je l'étais et mon invité répondait de façon très généreuse à chacune de mes questions. Celles-ci défilaient et j'allais bientôt aborder la question qui me brûlait les lèvres. Il s'agissait d'un moment délicat, puisque celle-ci faisait référence à la mort de son fils. Le fait que Pierre Bruneau ait accepté de m'accorder une entrevue était déjà très louable et je vous avouerai que je craignais que ma question dépasse les limites de l'acceptable. Et puis, j'ai fait comme Pierre Bruneau sait si bien le faire: j'ai trouvé le bon ton et j'ai posé ma question.

- Monsieur Bruneau, en entrevue vous avez déjà affirmé qu'avant la mort de votre fils Charles, vous étiez plus individualiste et vous ne pensiez qu'à réussir. Comment son départ a-t-il modifié votre perception du succès?

Après un court moment de réflexion, voici ce qu'il m'a répondu:

«Avant, je croyais que j'allais pouvoir tout réussir en misant sur moi. Aujourd'hui, je suis conscient que Charles n'aurait pas réussi à vivre aussi longtemps sans l'apport de médecins et de professionnels. Mon fils n'était pas seul dans son combat. Il avait confiance en ses moyens, mais il croyait également en l'apport des autres. Cela a changé ma perception du travail. Après son décès, j'ai réalisé deux choses. La première était que je voulais continuer ma carrière et la seconde était que je voulais aider la cause des enfants atteints du cancer. Dans les deux cas, j'allais avoir besoin des autres pour accomplir ces objectifs.»

Pierre Bruneau m'a ensuite nommé de nombreux exemples où le travail des autres fut un élément essentiel à sa réussite. Il a notamment souligné la contribution des membres de son équipe à TVA et à la Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau. Selon lui, le travail d'équipe est également l'une des raisons fondamentales qui explique la longévité de sa carrière. Et peu avant la fin de l'entrevue, il m'a enseigné une belle leçon sur l'individualisme:

«Tu peux bâtir ta carrière de façon individuelle, mais ce sera très éphémère, car tôt ou tard, tu seras rattrapé par quelqu'un de plus individuel et de plus fort que toi. Par contre, si tu mises sur les gens autour de toi, tu centuples ta force parce qu'ils feront en sorte de te porter.»

L'entrevue s'est terminée quelques minutes plus tard. Après avoir remercié mon invité, j'ai repensé à l'effet que sa présence avait engendré auprès des clients du café. Pas de doute: Pierre Bruneau était une personne rayonnante et un être humain exceptionnel. Sa carrière et sa personnalité charismatique étaient certainement une source d'admiration. Par contre, ce qui m'a le plus frappé était la façon dont il dirigeait sa brillance pour mettre en lumière le travail de ses pairs. Et en revenant chez moi, j'étais certain d'avoir appris une chose: jamais plus je ne serais aveuglé par l'individualisme.

Si vous avez aimé cet article et que vous désirez en savoir plus sur l'entrevue avec Pierre Bruneau, ou si vous désirez connaitre les 12 clés du succès des gens exceptionnels que j'ai rencontrés, je vous invite à vous procurer mon livre. Celui-ci est disponible dans ma boutique en ligne.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Quoi regarder à la télévision québécoise en 2016?

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.