Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L’inclusion, une richesse pour notre avenir collectif

Contrairement à ce qui est véhiculé dans la sphère publique, l’immigration est loin d’être une histoire d’échecs au Québec, elle est surtout une histoire de réussites.
En cette période de pénurie de main-d’œuvre, le processus de francisation n’est pas seulement important sur le plan individuel, mais également au sein des entreprises.
En cette période de pénurie de main-d’œuvre, le processus de francisation n’est pas seulement important sur le plan individuel, mais également au sein des entreprises.

Alors que l'immigration s'impose comme l'un des sujets phares de la présente élection provinciale, nous avons tendance à oublier que, derrière cette guerre de chiffres et de statistiques, ce sont avant tout d'êtres humains dont nous parlons. Nous sommes bien placés pour le savoir, puisque nous sommes en contact quotidien avec les personnes qui vivent cette réalité.

En tant que plus grande commission scolaire francophone d'Amérique, la CSDM est l'une des institutions dont l'action est la plus importante pour l'intégration des nouveaux arrivants. Seulement au cours de la dernière année scolaire, nous avons accueilli 9558 adultes dans nos cours de francisation.

Contrairement à ce qui est véhiculé dans la sphère publique, l'immigration est loin d'être une histoire d'échecs au Québec, elle est surtout une histoire de réussites.

Bien sûr qu'elle ne se vit pas sans difficultés, bien sûr qu'une certaine proportion d'immigrants sera toujours réfractaire à l'apprentissage du français, mais ce groupe est loin de représenter la majorité. Ce que nous observons au quotidien dans nos écoles, ce sont des personnes qui ont à cœur de s'intégrer à la réalité québécoise, à sa spécificité linguistique et culturelle.

Pour plusieurs, le défi est immense, mais il n'a d'égal que le courage et la volonté dont ces parents déracinés font preuve pour assurer le meilleur avenir pour leurs enfants. Nos écoles et nos centres représentent pour eux un formidable outil pour échapper à l'isolement ressenti à leur arrivée et pour les aider à mieux intégrer notre société.

En cette période de pénurie de main-d'œuvre, le processus de francisation n'est pas seulement important sur le plan individuel, mais également au sein des entreprises.

En cette période de pénurie de main-d'œuvre, le processus de francisation n'est pas seulement important sur le plan individuel, mais également au sein des entreprises qui peinent à trouver des candidats qualifiés, maîtrisant la langue officielle. Les programmes de francisation en entreprise déployés par la CSDM sont essentiels dans ce domaine et constituent un excellent exemple de la mise à profit de notre expertise avec les personnes récemment installées au Québec. Ces dernières – de nombreuses voix concordent pour l'affirmer – sont un élément incontournable de la solution pour l'avenir de notre économie.

À la question de la francisation qui demeure cruciale, s'ajoute souvent celle de l'analphabétisme qui ferme un si grand nombre de portes.

À la question de la francisation qui demeure cruciale, s'ajoute souvent celle de l'analphabétisme qui ferme un si grand nombre de portes. Le 17 septembre dernier, l'école Pauline-Julien du quartier Côte-des-Neiges est devenue la première école aux adultes du Canada à joindre le Réseau des Écoles associées de l'UNESCO. Il va sans dire qu'à l'occasion du 20e anniversaire de son décès, la mémoire de cette illustre Québécoise, amoureuse de la diversité, était ainsi dignement soulignée.

Présente à l'événement, j'ai encore une fois pu constater la richesse qu'incarnent les étudiants de cette institution, qui sont issus de tous les continents. Une étudiante et mère de famille m'a raconté comment, après être arrivée analphabète, une seule année de cours lui a permis d'être fonctionnelle et surtout, fière d'être désormais en mesure d'aider ses propres enfants. De telles histoires nous rappellent l'importance du rôle que nos institutions peuvent jouer pour favoriser le vivre ensemble et une intégration harmonieuse des nouveaux arrivants.

Lors de son allocution au récent Gala des prix Gémeaux, le comédien Fabien Cloutier soulignait l'importance de faire preuve d'ouverture en félicitant ses fils de ne pas avoir «cédé à cette peur de l'autre que certains politiciens veulent ériger comme une nouvelle norme». De par l'expérience inspirante que je vis chaque jour en travaillant de près avec les écoles publiques montréalaises, je ne peux que souscrire sans réserve à cette vision.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.