LES BLOGUES
27/03/2019 13:48 EDT | Actualisé 27/03/2019 14:01 EDT

Cancer: savoir être malade

Un des plus grands défis auquel nous faisons face quand nous sommes malades, est celui de faire le deuil de la personne en santé que nous avons été.

KARRASTOCK via Getty Images
Il appartient à chacun de voir quels sont les différents rôles auxquels il ou elle s'identifie, puis de remettre les guides à la partie malade afin de vraiment se mettre à son écoute.

Drôle de titre n'est-ce pas? Sauf que pour guérir — ou à tout le moins aller mieux —, il faut apprendre à être malade. Ça semble facile et même évident à qui ne l'est pas, mais pour celui ou celle qui est atteint du cancer ou de toute autre maladie auto-immune, ce n'est pas simple, loin de là!

La force de nos habitudes à performer est énorme. Tout notre monde est fondé sur la performance. Même à titre de malade, on s'y retrouve coincé.

Quand on m'a diagnostiqué un cancer de stade IV, ça m'a bien sûr assommé, mais ça n'a pas pour autant mis un frein à ma «mécanicité» et à mes élans naturellement performants. Même s'il était évident aux yeux de tous — y compris aux miens — qu'il me fallait ralentir, ce que pourtant je croyais honnêtement faire, mon corps et mes émotions, eux ne l'avaient pas compris.

Je peux dire qu'il m'a fallu trois chirurgies et près de 11 mois de chimio pour qu'enfin mes vieux réflexes s'usent et s'adaptent à ma nouvelle réalité. Même en chimio, alors que l'énergie était à zéro, le mental, lui, s'activait et persistait à voir tout ce qu'il y avait à faire...

Depuis ces trois dernières années, au fur et à mesure d'échanges avec des amis(es) patients et patientes en oncologie, j'ai constaté que mon fonctionnement n'avait rien d'original.

Accueillir la partie malade en soi

Le grand défi est d'accueillir une nouvelle dimension de soi qu'on ne connaissait pas auparavant: la partie malade. Et bien honnêtement, on n'a pas envie de l'accueillir. Loin de là!

C'est pourtant cette dimension de nous-mêmes qui doit maintenant diriger les opérations et avoir l'écoute du reste de notre personne.

Ainsi, le professionnel en nous doit accepter de devenir moins performant. Le parent, lui, doit accepter de recevoir de l'aide pour accomplir les tâches ménagères habituelles afin de conserver son énergie pour être présent aux enfants. L'ami doit se préserver et ne peut pas être aussi disponible qu'avant, etc.

Il appartient à chacun de voir quels sont les différents rôles auxquels il ou elle s'identifie, puis de remettre les guides à la partie malade afin de vraiment se mettre à son écoute.

Curieusement, c'est cette partie de nous-mêmes qui sait quoi faire pour aller mieux! Nous savons tous, dans notre for intérieur, ce qui nous est bénéfique ou nuisible. Le problème, c'est que nous n'écoutons pas. Nous n'avons pas envie de nous mettre au service de ce qui va mal en nous-mêmes.

Un des plus grands défis auquel nous faisons face quand nous sommes malades est celui de faire le deuil, au moins momentanément, de la personne en santé que nous avons été. Faire le deuil de nos anciennes façons de faire les choses et d'accomplir nos journées.

Il s'agit de vivre en accéléré ce que des personnes vieillissantes vivent graduellement au fil des ans: perte d'énergie, perte de force physique, perte d'endurance, etc. Quand on est malade, on perd tout cela d'un coup! Et ça ne revient pas par magie parce qu'on est encore jeune. Il faut beaucoup de patience, de repos et de douceur.

C'est un processus lent et graduel. Plus nous acceptons ce nouveau rythme, plus rapidement notre état s'améliore. C'est cela, savoir être malade.

À LIRE AUSSI:

» Algérie: après la révolution du vendredi, dictature ou chaos?

» Les cégeps après le budget 2019...

» Les opioïdes tuent des milliers de Canadiens: une crise d'échelle nationale

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.