LES BLOGUES
26/05/2015 10:08 EDT | Actualisé 26/05/2016 05:12 EDT

Et si nous nous mettions au «walkabout»?

Le «walkabout» est un rite de passage des Aborigènes australiens durant lequel les enfants de 13 ans partent loin de leur foyer en quête de spiritualité et de maturité. Ils reviennent de ce périple, parfois après plusieurs mois, en étant considérés comme adultes par le reste de la communauté.

Ce modèle, nous pourrions le retenir et le vivre dans notre vie adulte. Combien d'entre nous réalisent une «retraite» lors des congés d'été ou empruntent des chemins comme celui de Compostelle même sans conviction religieuse, tout cela juste parce que ces moments sont de précieux cadeaux que nous nous faisons dans notre monde d'agitation et de perte de lien.

Ce genre de cadeau, à une échelle plus réduite, mais plus systématique, peut aussi avoir un effet spectaculaire sur les qualités managériales et le leadership au sein des entreprises. Les Américains les plus fans d'acronymes ont même un terme pour cette approche adoptée par les entreprises dès les années 80 : le MBWA (Management by walking around). Dans le monde de l'administration il s'agit de se déplacer au hasard dans l'entreprise, sans but, planification ni structure, avec le seul objet de rencontrer les collaborateurs et d'échanger avec eux, d'écouter leur actualité, leur quotidien professionnel ou leurs préoccupations.

Cette approche spontanée, permet au chef d'entreprise de rester connecté avec la réalité de ses collaborateurs et de l'activité plus opérationnelle, mais aussi de nourrir la relation et le besoin de reconnaissance des équipes bien plus fortement qu'avec un salut matinal ritualisé. Mais elle permet aussi au manager comme aux collaborateurs, de développer leur créativité en faisant des expériences bien différentes de celles qu'ils peuvent vivre depuis leur poste de travail, au travers des échanges habituels avec certains interlocuteurs ou au sein des salles de réunion auxquels il sont habitués.

Un autre effet bénéfique sur la pratique managériale est que la communication passe par un autre canal que le courriel impersonnel et si souvent source d'incompréhension, voire de conflit. De plus, se déplacer... c'est bon pour la santé!

VOIR AUSSI :

10 conseils pour rester assis moins longtemps

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter