LES BLOGUES
20/02/2018 09:00 EST | Actualisé 20/02/2018 09:00 EST

On ne bullshit pas les ados!

Donald Trump n'a jamais eu d'adversaire aussi dangereuse que Emma Gonzalez. Jamais.

Emma Gonzalez est devenue instantanément la porte-étendard du mouvement anti-armes aux États-Unis.
RHONA WISE via Getty Images
Emma Gonzalez est devenue instantanément la porte-étendard du mouvement anti-armes aux États-Unis.

Vous l'avez sans doute tous vue, cette ado au crâne rasé en train, entre larmes et tremblements, de vilipender Donald Trump. Elle s'appelle Emma Gonzalez et a échappé à la tuerie de Parkland en Floride qui a fait 17 victimes parmi les élèves de son High school. Elle est devenue instantanément la porte-étendard du mouvement anti-armes aux É.-U.. Depuis son intervention s'organise une journée de protestation qui rassemblera les citoyens dans tous les coins des É.-U. le 24 mars prochain.

Trump n'a jamais eu d'adversaire aussi dangereuse que Emma Gonzalez. Jamais.

L'intervention de Gonzalez est extrêmement inquiétante pour Trump et la National Rifle Association (NRA). Pourquoi? Tout simplement parce qu'elle vise non pas les armes à feu directement, mais avant tout la malhonnêteté cryptique et l'hypocrisie des politiciens à la solde de l'industrie américaine des armes à feu. Gonzalez confronte Trump : « Si le président me dit en face que c'était une terrible tragédie et qu'on ne peut rien y faire, je lui demanderai combien il a touché de la NRA. Je le sais : 30 millions de dollars !»

Et elle ajoute: « Ils disent que nous, les élèves, nous ne savons pas de quoi nous parlons, que nous sommes trop jeunes pour comprendre comment le gouvernement fonctionne. Nous répondons : connerie !»

Et voilà, elle venait de démasquer Trump et tous les politiciens à la solde de ce puissant lobby en répétant avec cette voix de l'indignation sincère qui n'appartient qu'aux adolescents ce que tout le monde se tue à dire depuis longtemps. Et elle affirme qu'eux, les adolescents, ne se laisseront pas berner davantage.

Cela rappelle une campagne antitabac orchestrée par et pour des élèves du secondaire de la Floride en 1998. Cette campagne connue sous le nom de The Truth a eu un retentissement énorme. Le groupe financé par un fonds spécial de 23 M$ du gouvernement de la Floride avait imaginé, entre autres tactiques, une campagne de publicité dans laquelle on pouvait voir des dirigeants de compagnie de tabac témoigner devant le Congrès et jurer la main sur le coeur que leur produit était inoffensif. Et à chacun de ces énoncés on entendait un immense rire de dérision qui signifiait: «Eh les cons, ça ne passe pas. Vous n'allez pas nous avoir. On sait que vous mentez comme vous respirez. Et ça nous fait chier».

Toute leur campagne était fondée sur un constat : les adolescents ne tolèrent pas l'hypocrisie, la fourberie des adultes contre lesquels ils en ont en partant et dont ils veulent se démarquer.

Toute leur campagne était fondée sur un constat : les adolescents ne tolèrent pas l'hypocrisie, la fourberie des adultes contre lesquels ils en ont en partant et dont ils veulent se démarquer. Cela les hérisse. Résultat: après 6 mois, 92% des élèves visés par la campagne de publicité l'avaient effectivement vu et s'en rappelaient, et après 12 mois le taux de tabagisme chez les ados du premier et deuxième cycle de High school chutait de 19,4% et de 9% respectivement. Alors que le taux de tabagisme se situait autour de 23% chez les élèves du secondaire aux É.-U. en 1998, il est maintenant de 6%. Difficile d'affirmer que ces résultats ne tiennent qu'à cette campagne, mais elle y a certainement largement contribué. Et l'action de ces adolescents n'a pas été que la saveur du mois. Elle se manifeste encore à travers une puissante organisation nationale de mobilisation des élèves contre la tabac: Finish It.

Les semaines qui viennent seront dures pour Donald Trump et la NRA: les adolescents ne lâcheront pas. Heureusement que nous les avons, non?

Galerie photoLes billets de blogue les plus lus sur le HuffPost Voyez les images