LES BLOGUES
12/05/2016 11:41 EDT | Actualisé 13/05/2017 05:12 EDT

8 étapes pour réduire la corruption dans le monde

La corruption mondiale sous toutes ses formes, du détournement d'argent public au blanchiment d'argent, est l'un des problèmes les plus injustes, corrosifs et dangereux de notre époque.

La corruption mondiale sous toutes ses formes, du détournement d'argent public au blanchiment d'argent, est l'un des problèmes les plus injustes, corrosifs et dangereux de notre époque.

La corruption nuit gravement à l'économie en freinant la création d'emplois et en entravant la prospérité. Elle renforce les extrémismes et facilite le financement du terrorisme, rendant notre monde plus dangereux encore. Elle dégrade la confiance dans nos forces de polices, nos tribunaux et nos représentants politiques, et endommage la justice et l'équité de notre monde. Elle n'entrave pas seulement les économies, elle empêche les gens d'exploiter leur plein potentiel.

La corruption détourne d'importantes ressources publiques des écoles, des hôpitaux et des autres services essentiels, enfermant ainsi des populations entières dans la pauvreté. On estime que mille milliards de dollars sont soustraits chaque année aux pays en développement par le blanchiment d'argent et les transactions douteuses, autant d'argent qui pourrait générer des ressources fiscales susceptibles de combattre la pauvreté en stimulant la croissance et en créant des emplois.

Nous exhortons les représentants présents au sommet anti-corruption qui se tiendra à Londres le 12 mai de s'entendre sur ces 8 étapes :

  1. Le public devrait savoir qui détient et bénéficie des sociétés, trusts et autres entités légales
  2. Nous devons renforcer la régulation de secteurs tels que l'immobilier et le luxe pour empêcher qu'ils servent au blanchiment de l'argent de la corruption.
  3. L'obligation des banques et des entreprises d'identifier leurs clients et de signaler les sociétés écrans ou les pratiques suspectes qu'elles découvrent devrait être renforcée.
  4. Les entreprises qui achètent du pétrole, du gaz ou des minerais, ainsi que celles qui opèrent dans les secteurs de la défense ou du BTP, devraient rendre public le détail de leurs paiements aux gouvernements projet par projet.
  5. Les entreprises devraient révéler le montant des taxes qu'elles paient dans chacun des pays où elles ont des activités.
  6. Toutes les procédures de marchés publics à travers le monde devraient être transparentes et ouvertes.
  7. Les budgets nationaux de tous les pays du monde devraient être mis en ligne et accessibles à tous les citoyens.
  8. Les militants de la lutte contre la corruption devraient avoir accès à toutes les données pertinentes - en format ouvert, dans les temps et dans des formats comparables - ainsi qu'aux technologies qui leur permettront de travailler de manière efficace.

Tous ensemble, ces objectifs contribueront à créer une nouvelle norme internationale qui permettra de renforcer la lutte contre la corruption. Détourner le regard n'est plus un choix possible. Nous devons agir ensemble avec courage et ambition pour enfin mettre un terme à ce fléau et faire de ce monde un endroit plus juste.

Ce texte est cosigné par: Baronne Valérie Amos, Paul Polman (PDG, Unilever), George Soros (Président, Open Society Foundations), Bob Collymore (PDG, Safaricom), Mo Ibrahim (Fondation Mo Ibrahim), Winnie Byanyima (Directeur exécutif, Oxfam), Sir Paul Collier (Université d'Oxford), Bono, José Ugaz (Membre du Conseil d'administration, Transparency International), Dominic McVey (Entrepreneur), John Githongo (Militant anti-corruption), Guilherme Leal (Co-fondateur, Natura Cosméticos), Bob Geldof, Eloise Todd (Directrice internationale "Policy", ONE), Rakesh Rajani (Fondation Ford), Gillian Caldwell (PDG, Global Witness), Martin Tisne (Omidyar Network), Caroline KendeRobb (Directeur exécutif, Africa Progress Panel), Sarah Chayes (Auteur de Thieves of Sate), Peter Ward (ICE BT).

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Les paradis fiscaux préférés des Canadiens Voyez les images