LES BLOGUES
01/08/2016 10:33 EDT | Actualisé 12/08/2016 03:42 EDT

Tranche de vie: Le camping, pu jamais!

Connaissez-vous les bulles d'air au cerveau ? Les bulles d'air au cerveau qu'une mère peut avoir? Elles sont aussi appelées «fausses bonnes idées». J'en ai une dernièrement.

Connaissez-vous les bulles d'air au cerveau ? Les bulles d'air au cerveau qu'une mère peut avoir? Elles sont aussi appelées «fausses bonnes idées». J'en ai une dernièrement.

Un matin, je me lève et je décide qu'on va en camping passer deux petites nuits. Une folie en famille, ça va être tellement le fun! J'en parle aux trois enfants et hop tout le monde est heureux!

Comme si mon cerveau avait oublié ma dernière expérience de camping en tente, qui avait été catastrophique, je vends l'idée à mon chum. Même lui, l'homme le plus sceptique au sujet du camping en tente aime l'idée. Oui, je devrais me lancer dans la vente, j'arrive à vendre les pires idées du monde.

On arrive au camping à 15h. Pas de chicane, pas de niaisage, tout va bien. Imaginez ma surprise. Décider de partir le jour même et tout se passe bien. Je CAPOTE. Parce que d'habitude, même avec sept jours de préparation, ça se passe mal. Mais là, tout est parfait.

Du moins pour le moment.

Arrivé au terrain, au moment où on enlève la clef du contact de la voiture, le déluge arrive. Pas un peu de pluie là, non non, le genre de déluge qui a fait disparaître les licornes. Mon chum se dépêche de monter la tente pour qu'on puisse sortir du char, mais trop tard, les affaires et l'intérieur de la tente sont quand même mouillés.

Étant l'instigatrice du projet, je motive ma gang: «Pas grave, on va s'amuser pareil! La pluie ne gâchera pas notre camping!»

Aouèye dans la tente. On sort les deux jeux de société qu'on a apportés. Après 10 minutes, on est tanné et les enfants commencent à s'énerver. Juste au même moment, il arrête de pleuvoir. Ça tombe-tu bien? Lets go à la plage. On «pacte» le bébé, le stock, puis on y va. Je savais qu'on allait s'amuser.

À peine rendus au coin de la rue du camping, il se remet à mouiller. Mouiller fort en crisse. Le déluge est de retour. On court pour rentrer dans la tente, on est tout trempé. Les kids mouillent tout. Les matelas sont mouillés, les oreillers aussi...

Là, je commence à trouver que ma bulle d'air au cerveau était une mauvaise idée. Une fausse bonne idée.

Finalement, un coup que la tente est trempée, le soleil revient et on part se promener pour réaliser que c'est l'heure du souper. Des enfants, faut nourrir ça !

On revient pour manger. Ma fille me demande si elle peut passer son vélo à la petite voisine. Je n'ai même pas le temps de me retourner que la petite est sur le «bécyk», sans casque, en train de dévaler la côte. J'entends crier «FREINE». La petite ne savait pas mettre les freins. Elle va bien, mais a pris une solide débarque, tout ça en deux minutes avec le vélo de MA fille. Culpabilité à fond... Quand ça va bien...

Le bébé braille, on sort finalement les affaires pour se rendre compte qu'on a juste de la viande, mais rien pour la faire cuire. Évidemment, je n'ai pas pensé à tout. Les enfants ont VRAIMENT faim. Mon chum va au mini dépanneur du camping et trouve une grille cheap pour faire griller notre souper. Yeahhh on va manger ! Après 30 minutes et après avoir fait tomber le steak trois fois dans le feu, on va enfin manger.

Les enfants sont exécrables. Ils ne mangent pas. J'ai chaud. On n'a plus de glace. Ma récompense (petite bière froide après que les enfants se sont endormis) va être chaude. Je suis à boutte.

La soirée se passe bien. On s'amuse au parc. Les enfants sont heureux, mon chum joue au miniputt : Youppi, on a du fun!!

Arrive l'heure du dodo.

SURPRISE!!!! Une fenêtre de la tente est restée ouverte. Tout est encore plus humide. Les kids se couchent et chialent que ça pue le chien mouillé.

On est revenu à la maison, on a pris une douche chaude et on a dormi 3 heures non-stop. Et j'ai mis ma tente sur Kijiji.

Le bébé ne veut pas dormir. Mon chum veut dormir. Il se couche, son matelas est percé, c'est maintenant une mince couche de plastique. Et la tente est sur quelques cailloux. Mon chum veut me tuer.

Le bébé braille.

Mon chum me suggère qu'on décalisse et qu'on aille coucher à maison. Les kids ne veulent pas: «On veut resteeeeer.» Moi, je veux partir, mais je fais semblant qu'on a du fun . Et puis, on ne peut pas faire ça aux enfants. Je convaincs (encore une fois) mon chum que la nuit ne sera pas si pire.

Finalement, mon chum se couche sur sa guenille molle de matelas. Les enfants sur le leur. Le bébé dort dans la poussette dehors.

Il est 22h30. J'ouvre ma bière chaude.

Je me rends compte qu'on commence à geler. Je regarde Météomédia, il annonce 13 degrés pour la nuit. 13 DEGRÉS !!! Je termine ma bière et j'ai envie de pleurer parce que je n'en ai pas d'autres. La nuit va être longue.

Finalement, le bébé s'est réveillé de 2h30 à 6h30 parce qu'il avait trop froid. Car non seulement il faisait 13, mais l'humidité nous gelait jusqu'aux os. Les deux autres enfants se sont réveillés aux deux heures pour chialer qu'ils avaient froid avec leur sac de couchage garanti - 50°C et pour faire des pipis à côté de la tente en se mouillant les jambes.

À 3h30 on a pensé à tout wraper et sacrer notre camp, mais on ne voulait pas réveiller les voisins. On a dû tout de même les réveiller en tentant de calmer le bébé, mais bon... on a attendu le matin.

À 6h, mon chum n'en pouvant plus d'être couché direct par terre avec un bébé qui lui grafigne la face a décidé d'aller faire un feu pour se réchauffer et se préparer un café instantané. Puis j'ai dormi de 6h30 à 8h avec le bébé sur moi. À deux, on a réussi à se sauver de l'hypothermie.

Quand j'ai ouvert les yeux à 8h, la tente était vide. Il restait juste mon sac et mes couvertures. Il ne restait plus rien dehors, les kids avaient déjeuné et mon chum avait les clefs du char dans les mains, prêt à partir.

Il a sacré la tente en motton dans la valise et on est parti sur un burn à 8h07, exactement 7 minutes après que je me sois réveillé. On est revenu à la maison, on a pris une douche chaude et on a dormi 3 heures non-stop. Et j'ai mis ma tente sur Kijiji.

Vous comprenez maintenant ce qu'est une bulle d'air au cerveau ?

Le camping, pu jamais.

Suivez aussi Bianca Longpré sur sa page Facebook

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Le Top 10 des sites où planter sa tente au Québec Voyez les images