LES BLOGUES
16/11/2015 11:43 EST | Actualisé 16/11/2016 05:12 EST

Es-tu toi?

Je crois que le bonheur de la famille passe par la mère. Une mère qui s'aime, qui accepte sa famille, même quand c'est ardu, c'est le début d'une famille rayonnante. Tous les petits veulent une mère heureuse.

Autour de moi, ce ne sont pas toutes les femmes qui sont elles. Il paraît que c'est difficile d'être soi-même. Personnellement, je crois que c'est encore plus difficile d'être quelqu'un d'autre. Ça doit être lourd à porter. Cacher ses envies, ses émotions, sa manière de vivre, ses goûts ou sa personnalité, c'est un combat de chaque jour. Plein de femmes et de jeunes femmes vivent ça.

Je trouve ça triste.

Je crois qu'on est plus heureux quand on est soi-même, quand on s'accepte, quand on accepte que des gens ne nous acceptent pas et que d'autres oui. La vie est plus belle quand on s'aime. Quand on s'aime avec nos bons et nos mauvais cotés.

Moi, je suis moi. Je suis moi, je me fais juger, je me fais dire des « Ha ouin? » ou des « Tu es bizarre » et ça ne me dérange pas. Pourquoi? Aucune idée. Je dois être né comme ça. Ou peut-être qu'on m'a élevé en acceptant mes goûts et en valorisant mes choix. Je ne sais pas vraiment, mais je suis moi. J'espère de tout mon cœur que ma fille réussira à être elle, elle aussi.

J'aime les leggings. J'aime les leggings de couleur et j'en porte. Ce n'est plus la mode, tout le monde trouve ça laid, mais qu'est-ce que vous voulez, MOI j'aime ça. Vais-je m'empêcher d'en mettre sou prétexte que ce n'est pas la mode? NON. Je me teins les cheveux avec de la teinture de pharmacie à 6$ depuis que j'ai 20 ans. Même si j'ai les moyens, j'aime me faire moi-même ma teinture en brassière devant le miroir de ma salle de bain. Vais-je m'en empêcher parce que ça fait cheap? Mon char est en bordel, mais ma maison est impec. J'ai trop de chats. Tout le monde me dit qu'avoir 4 chats c'est être folle. J'aime mes chats et j'en ai 4, et c'est moi qui vit avec, alors il est où le problème? Quand je vois un beau meuble dehors, le soir des poubelles, j'arrête et je le mets dans mon char pour l'amener chez moi. J'aime ça. Au début mon chum me décourageait. Maintenant, il sait que ça fait partie de moi d'aimer les vieilles affaires. Pourquoi me changer? Est-ce grave? Est-ce que je fais du mal à quelqu'un ? Non. Laissez-moi mettre mes leggings et ramasser de vieux meubles en paix.

Je suis de type nerveux. Je suis toujours sur les nerfs. Des fois, on dit que je suis difficile d'approche. Je me suis longtemps demandé pourquoi je n'étais pas aussi agréable aux premiers abords que d'autres filles que je connaissais. Pourquoi n'étais-je pas aussi adorable? Je n'ai jamais trouvé de réponse. J'ai appris à m'aimer avec mon moi et à me reprendre avec les gens. Quand on n'y peut rien, quand c'est nous, aussi bien apprendre à vivre avec. Si tu es timide, si tu es extravertie pourquoi prendre 20 ans pour t'aimer? C'est bien moins long s'accepter et, au final, on se sent mieux.

Quand on s'aime, on incite les autres à nous aimer, à nous respecter.

La comparaison est aussi un obstacle à être soi-même. Pourquoi suis-je comme ça, alors qu'elle est comme ceci? Maudite comparaison. C'est tellement facile. J'ai un gros ventre et ma chum, celle qui s'entraine comme moi, a un ventre plat. Moi, j'ai des vacances plates et sur Facebook mes amies ont tellement l'air d'avoir plus de plaisir que moi. Se comparer, c'est de la merde. On se compare toujours aux gens mieux que nous. Nos comparaisons sont biaisées. Se comparer c'est un obstacle, non seulement pour être soi-même, mais c'est aussi un obstacle au bonheur. Arrêter de se comparer c'est se libérer.

Ça a l'air trop simple pour être vrai? Essayez-le.

Avec les enfants aussi on vit le même genre de choses. Je vois mes amies qui ont l'air de si bien gérer leur famille avec leurs enfants habillés comme une carte de mode alors que je suis dans le jus et que c'est un exploit quand mes enfants ont deux mitaines pareilles. On peut tout comparer : les repas, la performance des autres enfants à l'école (pourquoi le mien ne lit-il pas encore alors que le sien oui?), la bonne entente entre frères et sœurs (chez nous c'est tout le temps la pagaille, mais pas chez eux), etc. Montrer aux enfants à se comparer c'est triste. Ils sont eux, uniques, et ni moi ni vous ne changerions nos enfants. Ils nous aiment comme nous sommes. Aimons donc notre famille comme elle est.

Terminé les "Regarde ton amie, elle fait bien ses devoirs." Et les "Ton amie, elle, s'intéresse à la lecture.."

Accepter notre famille comme elle est, avec son bordel et ses chicanes, avec son macaroni au fromage et ses petits habillés comme on peut et non comme on devrait, accepter ses enfants comme ils sont, c'est permettre à sa famille d'être heureuse.

Je crois que le bonheur de la famille passe par la mère. Une mère qui s'aime, qui accepte sa famille, même quand c'est ardu, c'est le début d'une famille rayonnante. Tous les petits veulent une mère heureuse.

Au diable les autres. Au diable le jugement des autres. Au diable les conventions. Après tout, ce sont nos vies. C'est nous qui les vivons, pourquoi attendre après l'accord des autres pour être heureux avec nous-mêmes?

« Je m'aime comme je suis. J'aime les autres comme ils sont. »

Facile de même.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photoComment avoir une meilleure estime de soi Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter