LES BLOGUES
15/12/2015 11:14 EST | Actualisé 15/12/2016 05:12 EST

Deuil, maladie et esprit de Noël

C'est le moment où l'on pense au bon vieux temps. Le moment où l'on verse une larme en installant un ange, en pensant à autrefois, en pensant à nos grands-parents, à nos parents, parfois même à un enfant, à ceux qui nous manquent tant.

Je voudrais tant avoir 6 ans à nouveau.

Je voudrais que l'esprit de Noël m'envahisse comme avant. Je voudrais tant que mon seul souci soit celui de dormir avant que le père Noël ne passe. Je voudrais que la magie des Fêtes soit plus forte que tout.

Mais j'ai vieilli. Depuis quelques années la magie de Noël n'est plus celle de mes 6 ans. Elle est moins présente pour moi, et elle l'est moins pour plusieurs d'entre nous.

On vieillit. Le temps file et on devient adulte. Des gens qu'on aimait nous ont quittés. Des gens qu'on aime sont parfois malades. On sait maintenant que la vie n'est pas si simple et pas toujours magique. Il y a les soucis d'argent, les soucis du travail, la peur de perde la santé et les familles brisées. On a le cœur moins léger en faisant le sapin. On a moins envie de festoyer quand ceux qu'on aime sont malades. On a moins envie de fredonner une chanson de Noël quand un être cher nous manque. La nostalgie de nos 6 ans se mélange à la mélancolie du présent.

Noël c'est le moment des souvenirs de jeunesse. C'est le moment où l'on pense au bon vieux temps. Le moment où l'on verse une larme en installant un ange, en pensant à autrefois, en pensant à nos grands-parents, à nos parents, parfois même à un enfant, à ceux qui nous manquent tant.

Devenir un adulte c'est aussi prendre conscience qu'aucun cadeau n'est plus souhaité que la santé et l'amour de nos proches. Être un adulte c'est demander, en silence, que la vie nous permette de garder ceux qu'on aime le plus longtemps possible.

Pour certains, Noël est un moment de l'année des plus difficile. Certains voudraient qu'il n'existe plus. Parce que pour certains, la douleur des souvenirs est intolérable. Le cœur, même avec les plus grands efforts du monde, ne parvient pas à se réjouir tant il est blessé. La perte d'un enfant, d'un père ou d'une mère ampute, parfois à jamais, l'esprit des fêtes. Tous les efforts du monde ne suffisent pas pour retrouver la magie de Noël. Même le sourire et la joie de nos enfants n'y peuvent rien.

Avant de devenir une vraie adulte, je ne pouvais imaginer que l'esprit de Noël puisse être si difficile à capter. Je ne pouvais pas comprendre comment les adultes pouvaient être tristes alors que les lumières scintillaient et que les cadeaux étaient si nombreux. Avant d'avoir perdu un être cher ou de connaître la peine de ceux qui en perdent, il est impossible de savoir à quel point les souvenirs peuvent être douloureux.

Avec ce texte je voudrais que ceux qui ont la chance de goûter à la magie de Noël, que ceux qui ont le privilège d'être envahi par l'esprit des fêtes, prennent un peu de temps pour écouter ceux qui n'ont pas le cœur aux réjouissances. Qu'ils écoutent et réconfortent ceux qui vivent un deuil, qui vivent avec la maladie d'un proche ou avec la nostalgie d'être entouré de leur famille.

Le réconfort et l'écoute peuvent redonner le sourire à ceux qui en ont besoin. Parce que Noël peut être en même temps tellement joyeux et si triste à la fois. L'empathie et le partage peuvent faire la différence pour plusieurs en ce temps de réjouissances et de grandes nostalgies.

Joyeux Temps des fêtes!

À LIRE AUSSI

- BLOGUE L'histoire d'un conte... - Pascal Henrard

- BLOGUE 24 décembre, 1001 Notre-Dame - Steve Marchand

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Le Grand Marché de Noël de Montréal à la Place des Arts Voyez les images