LES BLOGUES
13/07/2015 01:16 EDT | Actualisé 12/07/2016 05:12 EDT

Itinérance et réaménagement du Square Viger: quel après?

À partir de novembre prochain, une partie du Carré Viger (surtout l'îlot Daudelin) sera fermé jusqu'au printemps 2017 pour être complètement réaménagé en vue du 375e anniversaire de Montréal. Le projet s'inscrit dans le contexte du recouvrement de l'autoroute Ville-Marie et de l'arrivée massive de nombreux employés avec le nouveau CHUM et son centre de recherche, dont plusieurs y passent déjà leur heure de lunch. Le défi d'intégrer ou de démolir l'œuvre de Charles Daudelin qui y est présente interpelle aussi les milieux de l'art public.

Devant de tels enjeux urbains, notamment en termes économiques, de circulation et de patrimoine, l'itinérance semble réduite à bien peu de choses. Pourtant, c'est probablement elle qui caractérise le plus ce lieu depuis de nombreuses années. Elle constitue un enjeu de taille, qui interpelle tant nos autorités municipales que l'ensemble des citoyens de Montréal que nous sommes. Qu'en est-il du phénomène et que verrons-nous sur les deux clichés représentant, côte à côte, le Viger d'avant et le Viger d'après ?

L'histoire du Square Viger

La réalité de l'itinérance est présente au Square Viger depuis un moment déjà, au-delà du parc victorien qu'il a été au 19e siècle, faisant alors la fierté de la bourgeoisie montréalaise. Jadis, les plus pauvres qui débarquaient des bateaux au port s'y installaient pour la nuit, ne pouvant se payer une chambre d'hôtel de l'actuel Vieux-Montréal. Au début du 20e siècle, le refuge Meurling, installé juste à côté, témoignait déjà de la présence de ressources venant en aide aux sans-abri. Il y a une quinzaine d'années, de jeunes punks, comme le cinéaste Roach Denis, se souviennent des soirées d'été qu'ils y ont passé après une journée de travail. Aujourd'hui, encore deux à trois douzaines, tout au plus, installent le contenu de leur baluchon, profitent des abris qui leur sont offerts par Daudelin, souvent sans savoir que ces auvents salvateurs constituent une part de l'œuvre de l'artiste.

LIRE AUSSI

Square Viger: travaillons intelligemment - 36 architectes, paysagistes et urbanistes

En somme, de tout temps, le Square Viger a été, à différents niveaux, un lieu où s'exercent une tolérance relative à l'égard des personnes marginalisées, un rempart contre le profilage social. Il y a une douzaine d'années, il devenait l'un des rares lieux publics à ne pas faire l'objet de la piètre gestion du partage de l'espace public de l'administration municipale. On panse encore aujourd'hui les plaies des approches de tolérance zéro, de la fermeture des espaces publics et de l'obsession du déplacement des personnes vulnérables réalisé à coups de milliers de contraventions remises par les policiers. Certes bien souvent considéré comme non sécuritaire et « mal aimé » par le citoyen ordinaire, le Square Viger a pourtant été le lieu transitoire de bien des espérances au même titre que la source de bien des désarrois.

Vers des conditions gagnantes

Certains lieux publics fréquentés par les personnes itinérantes ont fait l'objet de transformations et de projets de réaménagement urbain dans les dernières années. On a pu observer la transformation progressive du Parc Émilie-Gamelin (le Carré Berri, pour les nostalgiques). Dans l'ouest du centre-ville, le Square Cabot rouvre ce mois-ci après un an de travaux, lui aussi avec son lot d'enjeux d'espace public. Pour le Square Viger, les décisions sont prises, et un matin de novembre 2015, ce sont les clôtures et les ouvriers qui s'y installeront. Devant l'inévitable, comment s'assurer d'un bon partage de l'espace public et de la meilleure inclusion possible des personnes susceptibles de le fréquenter ?

Forte d'un Plan d'action en itinérance 2014-2017 ambitieux et doté d'une vision globale du phénomène, l'administration Coderre fait preuve d'une intéressante ouverture d'esprit. On ne s'attendrait pas à moins d'une Ville qui développe autant de projets urbains venant brusquer le quotidien des personnes fréquentant de tels lieux sur une base régulière. Néanmoins, la Ville se veut inclusive et elle le démontre. Elle a mis en place un comité composé d'acteurs de différents horizons qui est chargé de s'assurer qu'avant, pendant comme après les travaux, les interventions, l'animation et l'inclusion des personnes vulnérables soient au cœur de la transformation du square. Une intensification des interventions sociales qui y sont menées, un meilleur canal de communication entre les acteurs concernés et des efforts de préparation de la fermeture, notamment par la recherche d'alternatives pour les « dormeurs », sont envisagés jusqu'en novembre. On semble aussi ouvert aux propositions pour ce qui s'y passera au moment de la réouverture.

Quel après ?

S'il convient de saluer ces efforts et engagements de la Ville de Montréal, il n'en demeure pas moins que les enjeux qui se présentent seront à l'image de la complexité du phénomène de l'itinérance. En prévision de la fermeture, il faudra que les citoyens montréalais, travailleurs du CHUM et des alentours soient invités à faire preuve de tolérance et de compréhension devant les inévitables déplacements qui auront lieu dans les deux prochaines années. Il faudrait même envisager d'identifier un lieu ou une zone de tolérance informelle si on souhaite procéder avec inclusion et dans le respect de la situation des personnes.

C'est au moment de sa réouverture au printemps 2017 qu'on pourra voir se confirmer l'inclusion réelle des personnes itinérantes. Est-ce qu'on tolérera à nouveau que des « dormeurs » y retrouvent une place ? Est-ce qu'on fera preuve d'un devoir de mémoire pour que les badauds et les touristes qui y passent soient conscients du lieu dans lequel ils se trouvent et ce qu'il a été historiquement ? Peut-on le faire au point de le rebaptiser «Square de l'inclusion»? Il faudra aussi offrir des services et des activités visant à animer le lieu qui tiennent compte de tout le monde. Trop souvent, on a assisté à une réappropriation par les citoyens de lieux qui ont davantage eu pour effet de chasser les personnes itinérantes que de concevoir des activités à la fois pour les uns, les autres et les deux conjointement, tenant ainsi compte des différents aspects et défis de la cohabitation.

En somme, l'ouverture d'esprit semble actuellement au rendez-vous, et c'est pour cette raison qu'il vaut la peine, tout en restant bien vigilant, de laisser la chance au coureur, en espérant que s'étendent la tolérance et la curiosité à l'égard de l'autre. Sans lunettes roses, et même avec une certaine dose de scepticisme, travaillons ensemble afin qu'à tous égards, en avant scène comme en toile de fond, la photo d'«après» soit meilleure que celle d'«avant».

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • Un métro avec trois lignes
    Archives de la Ville de Montréal
    23 mai 1962. La première pelletée de terre en vue de doter Montréal d\'un métro a lieu. Au début des années 60, l\'équipe de Jean Drapeau propose dans un premier temps de construire un réseau avec trois lignes : une ligne Est-Ouest, une ligne Nord-Sud et une ligne qui circulerait sous le mont Royal. Des prolongements s’imposeront peu de temps après. Le métro accueillera ses premiers passages en octobre 1966.
  • Youppi! est expulsé
    patita pirata/Flickr
    Le 23 août 1989, Youppi! est expulsé d’un match de la Ligue majeure de baseball après avoir dansé sur le toit de l’abri des joueurs de l’équipe adverse, ce qui avait mis en colère le gérant des Dodgers de Los Angeles. Il est ainsi devenu la première mascotte dans la ligue à se faire renvoyer d\'une rencontre.
  • Une croix qui n'a jamais été achevée
    Annexe A - Services des parcs, Le Petite Journal, 2 octobre 1949
    La croix lumineuse sur le mont Royal s\'impose sur Montréal avec ses 30 mètres de hauteur depuis 1924. Au départ, le projet du prêtre sulpicien Pierre Dupaigne devait permettre à la croix d’accueillir une plate-forme d’observation dans les bras de la croix afin que les visiteurs puissent y monter. Une base en pierres devait également s’ajouter. Faute d’argent, le projet n’a pu être achevé. D’ailleurs, si la croix est tournée vers l’est, ce n’est pas un hasard. Sa position a pour but de marquer l’appropriation de la ville par les francophones.
  • Pendaisons au pied du pont Jacques-Cartier
    Google Map
    Le 15 février 1839, cinq patriotes trouvent la mort par pendaison sur l\'échafaud installé en face de l\'ancienne prison des Patriotes à Montréal, qui existe toujours aujourd’hui, au pied du pont Jacques-Cartier. Chaque année, pour souligner la Journée nationale des patriotes, de nombreux Québécois se réunissent près de la structure pour commémorer leur lutte. L\'endroit abrite aujourd\'hui le siège social de la SAQ.
  • Montréal en feu!
    Bibliothèque et Archives du Canada
    Le 8 juillet 1852, en période de canicule, un énorme feu se déclare dans la ville de Montréal. Lorsque les pompiers sont appelés à intervenir, le manque d\'eau complique les choses. Et le vent n\'aide pas la situation. Près de 1200 demeures sont détruites et 10 000 personnes se retrouvent dans la rue. C\'est le Grand incendie de Montréal. Sur cette photo, le brasseur et homme d’affaires John Molson et son épouse constatent les dégâts.
  • Le début de la fin des Beatles...
    Wikimedia
    Le 1er juin 1969, dans une suite de l\'Hôtel Queen Elizabeth de Montréal, John Lennon et Yoko Ono tiennent un bed-in pour dénoncer la guerre du Vietnam et enregistrent la chanson Give Peace a Chance. Cette chanson est la première création officielle de Lennon, qui marque alors lentement la séparation du groupe anglais.
  • Un pinte de lait géante
    j.o.h.n. walker/Flickr
    Autrefois propriété de l\'ancienne laiterie Guaranteed Pure Milk, la pinte de lait située sur la rue Lucien-Lallier a failli disparaître en 1990 après la fermeture de l\'entreprise. Grâce à Héritage Montréal, elle sera sauvée. Saviez-vous que la structure d\'une hauteur de près de dix mètres peut contenir jusqu’à 250 000 litres de lait?
  • Le trésor de la STM
    STM
    En 1991, pour souligner les 25 ans du métro de Montréal, 25 employés du métro déposent 25 objets dans une boîte en acier. Celle-ci est scellée plus tard dans le béton. On prévoit qu\'elle sera ouverte le 14 octobre 2016 dans le cadre du 50e anniversaire du métro. Que cache-t-elle? Mystère!
  • Un seul et même créateur
    abdallahh/Flickr
    Le 24 mai 1876, le parc du mont Royal est enfin prêt à accueillir ses premiers visiteurs. Saviez-vous que le parc a été dessiné par le même architecte paysagiste qui a conçu le très célèbre Centre Park de New York? Il s\'agit de Frederick Law Olmsted.
  • Le Forum de...
    ASSOCIATED PRESS
    En 1924, le Forum de Montréal est inauguré. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, au départ, il ne devait pas accueillir les joueurs du Canadien de Montréal, mais plutôt les Maroons, une autre équipe de Montréal dans la Ligue nationale de hockey. La franchise de hockey qui représentait la communauté anglophone de la ville disparaît en 1938.
  • Les premiers représentants de l'ordre
    Archives de la Ville de Montréal
    Le 27 janvier 1663, Montréal se dote de sa première milice. Cette milice ne compte que 120 hommes volontaires. Ils sont plus souvent occupés «à surveiller l\'ennemi qui menace les paysans dispersés sur leurs terres à l’extérieur des murs de Ville-Marie» qu\'à «réprimer le crime et faire respecter les édits royaux», peut-on lire sur le site du SPVM. Le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal verra le jour le 1er janvier 1972 et compte 5239 policiers. Cette photo prise vers 1924 montre des policiers à cheval avec en arrière plan l\'École normale Jacques-Cartier.
  • 5 mètres de trop...
    -AX-/Flickr
    À Montréal, le code municipal du bâtiment veut que les immeubles ne puissent dépasser 200 mètres de hauteur. Ainsi, le règlement vise à préserver la qualité de la vue sur le mont Royal. Saviez-vous toutefois qu’un seul immeuble du centre-ville ne respecte pas cette règle? C’est effectivement le 1000 de la Gauchetière avec ses 205 mètres de hauteur.
  • L'édifice Godin, édifice historique
    Wikimedia
    L’édifice Godin sur le boulevard Saint-Laurent est construit en 1914. À première vue il est tout à fait normal. Surprenez-vous d’apprendre qu’il est le premier immeuble en béton armé d’Amérique du Nord!
  • Horreur sur le mont Royal
    Archives de la Ville de Montréal
    Autour des années 1960, la colline du mont Royal abrite un centre psychiatrique qui sert de centre d’expérimentation pour un programme de la CIA. Avec pour nom de code MK-ULTRA, le programme secret et illégal vise à manipuler mentalement des patients atteints de maladie mentale. Ce lieu célèbre est l’institut Allan Memorial. Il abritait jusqu\'à récemment le département de psychiatrie de l’Hôpital Royal Victoria.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter