LES BLOGUES
05/09/2015 08:50 EDT | Actualisé 05/09/2016 05:12 EDT

M. Harper, il faut faire quelque chose

C'est le moment d'agir, Monsieur le premier ministre. En raison de l'état d'urgence et de la gravité de la situation, vos qualités de dirigeant sont requises. Le Canada doit accepter sa part de responsabilité et renforcer son intervention.

Monsieur le Premier Ministre,

Nous vous appelons, ainsi que tous les chefs des partis politiques fédéraux, à suspendre vos activités et vos campagnes politiques et à agir afin que le gouvernement entreprenne une démarche immédiate, concrète et généreuse pour que le Canada augmente de façon significative sa contribution en réponse à la crise croissante des réfugiés syriens.

La nécessité d'une intervention canadienne importante est devenue d'autant plus urgente après l'annonce de la terrible nouvelle du lien existant entre le Canada et l'histoire déchirante d'Aylan Kurdi, ce petit garçon syrien de trois ans dont le corps a été retrouvé cette semaine, gisant sur une plage de Turquie. La tragédie qui s'est abattue sur Aylan Kurdi et sa famille met dramatiquement en évidence une crise qui ne doit pas être assumée seule et en première ligne par la Turquie, le Liban et la Jordanie. Cette crise ne se limite pas à la Grèce, à l'Italie, à la Hongrie, ni aux autres pays faisant face à des flux massifs. L'Union européenne ne doit pas se retrouver seule dans la résolution de cette crise.

La crise humanitaire et des droits humains en Syrie concernent le monde entier. La crise des réfugiés stupéfiante qu'elle a provoquée est mondiale, et la solution doit être internationale. En effet, cette crise concerne aussi le Canada, et nous devons agir de façon décisive et généreuse en offrant un endroit sécurisé au nombre grandissant de réfugiés. Ceux-ci font face au choix absurde de vivre dans des camps de réfugiés dans des conditions désespérées, ou d'entreprendre un voyage terrifiant et de risquer leurs vies pour échapper à d'interminables souffrances.

De nombreux débats ont eu lieu durant l'année dernière par rapport au nombre de réfugiés syriens qui seront acceptés dans le cadre d'une réinstallation au Canada. L'année dernière, Amnistie internationale a interpelé le gouvernement afin qu'il s'engage à accepter 10 000 réfugiés syriens à la fin de l'année 2016. Ceci grâce au programme de prise en charge par le gouvernement et avec la mise en place de mesures d'accompagnement permettant d'accélérer le processus. Nous demandions aussi une augmentation significative des parrainages privés. Nous avons été déçus de l'annonce des mesures gouvernementales en janvier 2015 qui sont bien en deçà de nos attentes. Ces chiffres doivent absolument être revus à la hausse.

Des comptes rendus ont fait état de la demande de réinstallation d'Aylan Kurdi et de sa famille, grâce à l'aide et à la demande de parrainage de sa tante, qui est citoyenne canadienne. Ladite demande a été refusée pour des raisons qui ne sont pas encore claires. Il est d'une importance évidente et cruciale que des mesures soient prises afin d'accélérer les demandes des familles syriennes ayant des liens familiaux au Canada.

Amnistie internationale appelle le gouvernement à prendre de toute urgence les mesures suivantes :

  • Éliminer les obstacles au regroupement familial accéléré, de sorte que les réfugiés syriens ayant des membres de leur famille au Canada puissent voyager immédiatement pour se retrouver en sécurité au Canada, et que leurs cas soient examinés à l'intérieur du pays.
  • Annoncer la mise en place immédiate d'un programme de réinstallation de 10 000 Syriens au Canada au moyen du programme de prise en charge par le gouvernement, et dont la sélection se fera par rapport au besoin. Ceci doit donner suite à d'autres annonces relatives à l'augmentation des niveaux des programmes de réinstallation par le gouvernement sur les 18 prochains mois.
  • Fournir le soutien et l'encouragement permettant d'engendrer des niveaux de parrainages privés généreux envers les réfugiés syriens, en vue de leur réinstallation au Canada. Les obstacles tels que les critères d'admissibilité relatifs à l'accès aux soins de santé, et les restrictions relatives aux documents requis pour le parrainage « Groupe de cinq » doivent être levés.
  • Augmenter de manière considérable et de toute urgence les ressources logistiques, humaines et financières, au Canada et à l'étranger, pour s'assurer que les demandes des réfugiés syriens sont traitées efficacement.
  • Exiger que la demande de la famille d'Aylan Kurdi soit réexaminée afin d'identifier tout obstacle ayant fait entrave à l'approbation de leur demande de réinstallation au Canada. Engager toutes les mesures nécessaires à la résolution de ces problèmes.
  • S'engager de façon claire à ce que les efforts croissants concernant les réfugiés syriens soient en plus et non aux dépens des réinstallations en cours faits au nom du gouvernement et émanant du domaine privé pour les réfugiés d'autres pays.
  • Intensifier les efforts du Canada pour faire en sorte qu'une action plus efficace soit entreprise à l'échelle internationale afin de résoudre le conflit et la crise des droits humains en Syrie. Tout doit être mis en œuvre pour obtenir un embargo international et général sur les armes en Syrie et pour accroitre le niveau d'aide humanitaire.

C'est le moment d'agir, Monsieur le premier ministre. En raison de l'état d'urgence et de la gravité de la situation, vos qualités de dirigeant sont requises. Le Canada doit accepter sa part de responsabilité et renforcer son intervention. Nous avons les capacités, l'expérience, les relations, la volonté, et par-dessus tout, la responsabilité de le faire.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le premier ministre, l'expression de notre haute considération.

elections federales

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter