LES BLOGUES
08/04/2018 08:00 EDT | Actualisé 08/04/2018 08:00 EDT

Signes ostentatoires ou la loi des hors-la-loi

Au Canada et au Québec, la Loi sur la neutralité de l’État pose un vrai problème: celui de l’autorité de l’État.

Getty Images/Universal Images Group

Le débat sur les signes ostentatoires reprend du galon!

Je reviens d'Algérie, pays musulman où la bigoterie s'exprime à chaque instant. Cependant, aucune policière ne porte ni hidjab ni signes religieux. Elles sont en pantalon, en jupe-cravate- casquette et imposent leur autorité qu'aucun barbu n'oserait contester.

Sur Air Algérie, aucune hôtesse n'est voilée, aucun agent de bord ne porte de barbe et l'alcool est offert, même en classe économique.

Au Canada et au Québec, la Loi sur la neutralité de l'État pose un vrai problème: celui de l'autorité de l'État.

Cette autorité est cependant régulièrement remise en cause par un groupuscule minoritaire qui brandit l'étendard de l'islamisme sous couvert d'un islam malmené, trahi, qui a été confisqué par quelques agitateurs qui ont fait du voile un fonds de commerce illicite.

Ostentatoire!

Le mot fait l'effet d'une bombe dans le microcosme d'une communauté qui semble avoir du mal à se trouver.

Plutôt que de poser des bombes incendiaires (au propre et au figuré), il serait plus responsable, plus constructif, plus humain de poser des questions en ayant l'humilité de ne pas prétendre connaître toutes les réponses.

Est-il vraiment question de liberté, qui serait brimée dans ce Québec qui a su se libérer et qui aspire au progrès en jouant un rôle de premier plan dans de nombreux secteurs?

Est-il vraiment question de liberté, qui serait brimée dans ce Québec qui a su se libérer et qui aspire au progrès en jouant un rôle de premier plan dans de nombreux secteurs?

Les faux arguments que j'entends ici et là résonnent comme un tocsin.

Il y a danger!

Danger de laisser dériver une mentalité figée, ou pire rétrograde, qui tente de s'imposer au nom de la Liberté ou, pour rendre le débat impossible, au nom de Dieu! De «ce» Dieu unique, universel, mais qui pour certains, est exclusif.

Cette liberté est-elle menacée par un pouvoir que des détracteurs présentent, toute honte bue, comme intolérant , voire dictatorial?

Lire et entendre les propos incendiaires d'apprentis démocrates qui tentent encore de se dissimuler sous un hidjab transparent a de quoi inquiéter.

De quoi ont donc peur ces défenseurs de signes «ostentatoires» qu'ils revendiquent de porter haut et fort comme un trophée «identitaire»?

Craignent-ils de disparaître corps et âme dans ce Québec qui leur a ouvert les bras, eux (et elles) qui se sont enfuis de leur pays pour échapper à l'arbitraire d'une loi présentée comme divine? Et dont ils réclament, ici, l'application stricte. Faudra-t-il concéder de nouveaux territoires à celles et ceux qui en devenant citoyens canadiens ont chanté l'hymne national qui dit «il sait porter la croix!»

Faut-il comprendre que la Liberté pour ces individus prend un sens particulier lorsqu'il s'agit de se conformer aux lois de l'État? Cette liberté se résume-t-elle à obéir à de pseudo prescriptions divines? Et, en disant pseudo, je pèse mes mots.

Quelles sont donc ces prescriptions en matière de vêtements ou autres signes «ostentatoires» que certains brandissent comme vérité sans même avoir lu des textes ésotériques dont ils se réclament. Et quand bien même cela serait, cela autorise-t-il à refuser de se conformer aux lois de l'État, dont le rôle est de veiller au bien-être et à la sécurité des citoyens égaux entre eux et devant la Loi. Il en va de la stabilité d'un système politique

Pouvait-on être autre chose que Romain à Rome? On peut en douter.

Que peut donc signifier cette «liberté» revendiquée souvent de manière indécente et qui se résumerait à porter des accessoires vestimentaires?

Loi divine ou loi des hommes? Des hommes qui se disent libres, mais qui obéissent aveuglément à une idéologie (car c'est de cela qu'il s'agit) qui les enferme, les séquestre et leur ôte toute velléité de penser librement.

En voulant faire croire qu'ils sont persécutés, ces individus brandissent une arme de destruction massive dont ils usent et abusent sans modération en attisant le feu de la haine et de la discorde tout en se dissimulant derrière le paravent de la « communauté musulmane », laquelle n'est qu'une vue de l'esprit.

En effet, cette communauté n'existe pas!

Quelles affinités peut-il y avoir entre un Afghan, un Indonésien, un Koweitien, un Irakien, un Tunisien, un Libanais... musulmans, mais dont la culture est totalement différente.

Quelles affinités peut-il y avoir entre un Afghan, un Indonésien, un Koweitien, un Irakien, un Tunisien, un Libanais... musulmans, mais dont la culture est totalement différente. La religion? Le sunnisme, le chiisme? Ou encore toutes les «écoles d' interprétations» qui se combattent dans des joutes souvent éclaboussées d'un sang « fraternel ».

Une prétention de plus qui met en évidence l'hypocrite attitude qui consiste à marquer ostensiblement un territoire .

Il serait aisé d'étayer cette réflexion par une série de citations de philosophes qui se sont penchés sur une question qui taraude l'esprit humain. Cela ne ferait que faire rebondir une discussion stérile, chacun s'accrochant à une certitude.

La quête identitaire qui s'exprime au Québec et au Canada et rejaillit épisodiquement met en évidence le conflit de vivre, en même temps, sa foi ET la foi dans l'État.

Les différents paliers de gouvernements tentent de séduire un électorat qui pourtant n'entend rien à la religion et proclame détenir la vérité en préférant être hors la loi.

«Allah n'impose rien que vous ne puissiez supporter», dit un verset du Coran. Alors, pourquoi prétendre que le port du voile, exclusivement, relève d'une quelconque prescription.

Avec le courage des ignorants qui se cachent derrière quelques versets coraniques qu'ils s'approprient sans vergogne, ni pudeur, des contestataires professionnels montent aux barricades pour barrer la route à tout ce que le peuple québécois a su gagner de haute lutte.

Madame Valérie plante, Messieurs Philippe Couillard et Justin Trudeau seraient bien inspirés s'ils acceptaient de s'entourer de personnes qui aiment avant tout le Québec sans considération idéologique religieuse.