Vivre

5 astuces pour réduire ma consommation de sucre au quotidien

Voilà quelques mois maintenant que j'essaie de limiter ma consommation par différentes petites actions.
Cette publication a été publiée sur la plateforme des contributeurs au HuffPost, maintenant retirée du Web. Les contributeurs avaient plein contrôle sur leurs publications et le faisaient librement sur notre site. Si vous voulez signaler cette publication comme étant abusive, envoyez-nous un courriel.
Les bonbons, le chocolat, les desserts, les plats préparés, les sodas... C'est bon, mais pourtant, c'est diabolique.
Les bonbons, le chocolat, les desserts, les plats préparés, les sodas... C'est bon, mais pourtant, c'est diabolique.

Les bonbons, le chocolat, les desserts, les plats préparés, les sodas... C'est bon, pourtant, c'est diabolique. À la suite d'une étude américaine, il a été prouvé que le sucre était plus addictif que la cocaïne. Impensable. Et pourtant, quand on y réfléchit, plus on en mange, plus on en a envie. Tout prend du sens quand on le réalise, non?

J'ai ouvert les yeux sur ce constat il y a bien longtemps. Mais, entre le réaliser et l'assimiler, il y a un fossé. Voilà quelques mois maintenant que j'essaie de limiter ma consommation par différentes petites actions. Je n'en mangeais pas énormément, alors il me sera difficile de dire si je me sens mieux, plus en forme ou plus légère. Mais je me sens plus en accord avec moi-même et c'est le principal. J'ai conscience de faire de mon mieux pour limiter les apports nocifs pour mon corps, sans pour autant me restreindre.

Le chocolat en carré individuel

Avant toute chose, il faut savoir que je raffole du chocolat. Au point de pouvoir manger une tablette en une journée. Oui, oui... C'est même pour ça que j'évite d'en acheter. Mais, avec la chance que j'ai, on nous offre des petits carrés de chocolat noir avec notre café, après le déjeuner, à mon travail.

Ayant bien souvent trop mangé, je le garde pour plus tard. J'ai maintenant un petit stock dans mon bureau (et même chez moi, héhé). Lorsque j'ai une petite envie de sucre, j'en prends un, voire deux, et mon cerveau est satisfait de cette quantité.

Le sirop d'agave

Certes, moins bien que le sucre naturel d'un fruit, le sirop d'agave est une bonne alternative au sucre blanc. Dans un café, un yaourt nature, un gruau ou une tasse de thé. Il fait tout aussi bien le travail et reste meilleur pour la santé.

Remplacer les gâteaux par des fruits

Pas toujours évident. Ma seule solution est de ne plus acheter de biscuits du tout. Oui, me direz-vous, mais si j'ai une envie soudaine? Et bien, je me reporte sur des galettes de riz ou des fruits. Si aucune de ces deux possibilités ne me convient, c'est que je n'ai pas réellement besoin de manger.

Arrêter les plats préparés

Alors là, il m'en aura fallu du temps pour faire cette démarche. Je n'ai jamais aimé cuisiner. Un vrai fléau pour moi. Surtout après une longue journée de travail. Mais j'ai fini par réaliser que les préparations toutes faites étaient bourrées de sucres.

Puis, j'ai fait l'acquisition d'un congélateur, ce qui m'a permis de me mettre à cuisiner le dimanche et congeler ensuite pour les jours/semaines à venir. Étonnement, j'ai même pris goût à la cuisine. Comme quoi, avec un peu de motivation, on peut changer nos mauvaises habitudes!

Ralentir le jus d'orange

La phase la plus compliquée pour moi. Et c'est toujours d'actualité. Lorsque je prends mon petit-déjeuner, j'en ai besoin pour bien commencer ma journée. Le problème est dans ma tête, oui.

J'ai conscience que ce n'est qu'un verre de sucre liquide, mais je n'arrive pas encore à m'en passer. En attendant, je me sers des plus petits verres qu'avant. C'est un début.

Il m'arrive encore de craquer régulièrement pour un gâteau, une glace ou autres, mais j'en ai conscience.

Il m'arrive encore de craquer régulièrement pour un gâteau, une glace ou autres, mais j'en ai conscience. Je crois que c'est ce qui change la donne. Avoir conscience qu'on fait un excès et qu'on se fait plaisir, mais ne pas s'en priver ni culpabiliser.

Ce billet est également publié sur le blogue Telmaa.