profile image

Pierre Rogué

Juriste, coordonnateur «Une porte une vie»

Après avoir œuvré plus de dix ans auprès de différents orchestres européens et nord-américains, Pierre Rogué a repris ses études en droit. Au cours de son cheminement à l’université d’Ottawa, Pierre Rogué s’est vu attribué le prestigieux prix national Laskin 2013 du meilleur mémoire de plaidoirie. Dans le même temps, Pierre Rogué a eu l’honneur de participer à différents travaux de recherche auprès de professeurs émérites de l’université d’Ottawa, notamment Mme Mona Paré, vice-doyenne à la recherche, et Mme Pascale Fournier de même qu’au bénéfice du Laboratoire de Recherche Internationale sur les Droits de l’Enfant. Récemment, Pierre Rogué et le professeur David Robitaille se sont associés afin de mener différentes recherches juridiques portant notamment sur les droits linguistiques dans les relations de travail au Québec et sur le pouvoir de réglementation des municipalités. De son côté, Pierre Rogué mène ses recherches dans le domaine de la représentation des droits fondamentaux dans le cadre des milieux de travail syndiqués. Candidat au Barreau du Québec, candidat à la maîtrise en droit, Pierre Rogué milite activement pour la cause du développement des transports actifs, plus particulièrement du transport à vélo. Dans le cadre de son action, Pierre Rogué collabore régulièrement avec les pouvoirs publics et les élus municipaux afin de permettre aux cyclistes montréalais de pouvoir bénéficier d’un réseau cyclable de qualité à l’année.
«Une porte une vie», une campagne citoyenne - Pierre DR

«Une porte une vie», une campagne citoyenne - Pierre Rogué

C'est dans ce contexte qu'un large rassemblement de cyclistes, dont je fais partie, tient à sensibiliser l'ensemble des usagers de la route à un problème majeur, récurrent et grandissant : l'emportièrage, néologisme francisant le terme anglais consacré, le « dooring ».
04/04/2014 01:44 EDT
Les entreprises privées de juridiction fédérale doivent respecter la Loi 101 - David Robitaille et Pierre Flickr: abdallahh

Les entreprises privées de juridiction fédérale doivent respecter la Loi 101 - David Robitaille et Pierre Rogué

À la lumière de la nouvelle jurisprudence de la Cour, nous avons beaucoup plus de difficultés à concevoir que le respect de la langue française et de plusieurs normes prévues par la Loi 101 constituerait au-delà d'un inconvénient administratif et financier un effet excessivement contraignant sur celles-ci au sens de la jurisprudence canadienne.
29/03/2014 10:53 EDT