profile image

Philippe Couillard

Chef du Parti libéral du Québec

Né à Montréal, le 26 juin 1957, Philippe Couillard obtient un doctorat en médecine en 1979 et un diplôme en neurochirurgie en 1985 de l'Université de Montréal, un certificat de spécialiste du Collège des médecins du Québec et un certificat de spécialiste du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en 1985. M. Couillard occupe le poste de chirurgien-chef au Service de neurochirurgie de l'Hôpital Saint-Luc de 1989 à 1992 et est cofondateur du Service de neurochirurgie de Dhahran, en Arabie Saoudite, où il sera de 1992 à 1996. Il devient ensuite professeur à la Faculté de médecine de l'Université de Sherbrooke de 1996 à 2003, et chirurgien-chef et directeur du Département de chirurgie du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke de 2000 à 2003. De 1999 à 2003, il agit à titre de représentant canadien au conseil d'administration de la Société de neurochirurgie de langue française. Il devient membre du conseil d'administration et du Comité des affaires publiques et des politiques de la santé du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada de 2000 à 2003. Et il est membre de la James IV Association of Surgery depuis 2002.

Élu député libéral dans Mont-Royal en 2003, Philippe Couillard est réélu dans Jean-Talon en 2007, et devient ministre de la Santé et des Services sociaux dans le cabinet Charest du 29 avril 2003 au 25 juin 2008. Il est partenaire du Fonds d'investissement PCP (Persistence Capital Partners) depuis le 18 août 2008. En janvier 2009, il devient chercheur principal en droit de la santé à l'Université McGill, où il enseigne jusqu’en décembre 2011. Il est aussi membre, depuis 2009, du conseil consultatif international mis sur pied par le ministre de la Santé d'Arabie saoudite. Il est nommé, le 24 juin 2010, membre du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS). Il devient conseiller stratégique en santé et en sciences de la vie chez Secor en février 2011, puis consultant à titre personnel à partir de juillet 2012. M. Couillard est également membre du conseil d'administration d'Amorfix Life Sciences et de Thallion Pharmaceuticals, et président de la Fondation canadienne de recherche en santé et du Regroupement des soins de santé personnalisés.

Après avoir démissionné de tous ses engagements professionnels en date du 1er octobre 2012 pour se lancer dans la course à la direction du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard a été élu chef du PLQ le 17 mars 2013. Il est premier ministre du Québec depuis le 23 avril 2014.
Lettre à Pauline Marois concernant le projet de Charte - Philippe

Lettre à Pauline Marois concernant le projet de Charte - Philippe Couillard

Madame Marois, je vous demande de modifier le projet de loi déposé aujourd'hui de façon à ce qu'il reprenne les éléments consensuels cités plus haut en écartant ce qui divise les Québécoises et les Québécois. Je vous demande plus particulièrement de ne proposer aucun texte législatif en contravention de nos Chartes des droits et libertés. Jamais le parti que je dirige ne soutiendra une telle proposition, sans aller à l'encontre de son attachement profond aux libertés, si chèrement payées par celles et ceux qui nous ont précédés.
07/11/2013 04:21 EST
Célébrons notre fierté commune d'être

Célébrons notre fierté commune d'être Québécois

La Fête nationale des Québécois, c'est l'occasion pour nous tous de célébrer ensemble, cette année encore, le courage et la vision de ces pionniers, ces grands bâtisseurs qui, il y a plus de 400 ans, ont jeté les bases de ce que nous sommes aujourd'hui. Un peuple fier de ses racines et de sa culture, confiant en ses moyens et en l'avenir, accueillant et ouvert sur le monde.
24/06/2013 08:17 EDT
Notre opposition au projet de loi 14, une question de

Notre opposition au projet de loi 14, une question de principe

Le projet de loi 14 n'aurait que peu, ou pas, d'impact positif sur l'avenir du français. Au contraire, il contribuerait, s'il est adopté, à élever des barrières entre nous. Il donnerait l'image d'un gouvernement craintif, faible, n'hésitant pas à mettre les libertés en danger pour arriver à ses fins. Nous proposons à l'inverse la voie de la confiance et de la fierté partagée. Misons plutôt sur nos forces et, par-dessus tout, sur notre désir de vivre et de réussir ensemble.
23/04/2013 06:38 EDT
Le niveau des droits de scolarité doit être la conséquence du type d'université que nous

Le niveau des droits de scolarité doit être la conséquence du type d'université que nous voulons

À quelques jours du Sommet sur l'enseignement supérieur, force est de constater que le débat tant souhaité sur l'avenir de nos universités est occulté par une dette politique du gouvernement du Parti Québécois (PQ) envers des groupes qui ont soutenu la formation politique lors de la dernière élection provinciale. Nous avons tous compris que ce parti s'est mis dans une position vulnérable en promettant mer et monde à celles et ceux qui désiraient un gel des droits de scolarité ou même la gratuité scolaire, en participant aux manifestations du printemps 2012 et en portant leur symbole à la même occasion.
22/02/2013 11:31 EST
Mon équipe n'acceptera que des contributions maximales de 500 $ par

Mon équipe n'acceptera que des contributions maximales de 500 $ par électeur

La semaine dernière, j'ai eu l'occasion d'exprimer mon point de vue sur ce qui constitue, à mon avis, le nœud du problème: le financement des partis politiques provinciaux. Comme candidat à la direction du Parti libéral du Québec, je crois qu'il est de mon devoir de partager mes idées à ce sujet afin que nous puissions entamer un dialogue constructif et inclusif sur cette question. Il s'agit d'une question qui doit transcender l'esprit partisan, car elle concerne tous les partis.
16/10/2012 09:49 EDT
Pourquoi je me lance dans la course à la direction du

Pourquoi je me lance dans la course à la direction du PLQ

Mercredi matin, à Montréal, j'ai annoncé ma candidature à la direction du Parti libéral du Québec et mon engagement envers l'équipe libérale au terme de la course qui débute. Je me lance dans cette aventure, car j'ai la ferme conviction d'être celui qui est en mesure de rassembler tous les libéraux: ceux d'aujourd'hui, ceux d'hier, de même que toutes les Québécoises et tous les Québécois qui voudront se joindre à nous. Comme plusieurs Québécois, je souhaite un changement de ton dans le discours politique. Je souhaite des débats francs, dans le plus grand respect des personnes et des institutions. Le PLQ doit y jouer un rôle important en se modernisant à nouveau,
05/10/2012 08:13 EDT