profile image

Paul Cliche

Militant progressiste

Paul Cliche est détenteur d’une maitrise en science politique. Il a été un pionnier dans le domaine de la sociologie électorale au Québec. En tant que journaliste au Devoir et à La Presse, puis à Québec-Presse et à L’aut'Journal, il a publié, depuis le début des années 1960, de nombreuses analyses sur le système électoral québécois, en portant une attention particulière aux effets du mode de scrutin sur la représentation parlementaire. Il a publié, en 1999, un livre sur le sujet intitulé Pour réduire le déficit démocratique: le scrutin proportionnel et a prononcé, les années suivantes, plusieurs conférences lors de tournées autour du Québec.

Paul Cliche a aussi été un des membres fondateurs du Mouvement pour une démocratie nouvelle (MDN), une association citoyenne transpartisane qui préconise l'instauration d'un scrutin proportionnel au Québec aussi bien aux niveaux national que municipal. Auparavant, directeur du Secrétariat d’action politique non partisane de la CSN, il avait été un des collaborateurs des syndicalistes Michel Chartrand et Marcel Pepin. Militant politique, Paul Cliche s'est par ailleurs engagé dans plusieurs partis progressistes. Au niveau municipal, il a agi comme président du Front d'action politique (FRAP), un parti montréalais, émanant des comités de citoyens implantés dans les quartiers, qui s'est opposé à l'administration Drapeau aux élections de novembre 1970. Puis, il a siégé à l'Hôtel de ville de Montréal comme conseiller municipal sous l'étiquette du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM).

Par la suite, il a été un des membres fondateurs de Projet Montréal. Sur le plan québécois, Paul Cliche a été le principal instigateur, en 1997, de la création du Rassemblement pour l’alternative progressiste (RAP) fondé en 1998 dans le but de donner à la gauche politique la place qui lui revient sur la scène politique québécoise. Ce mouvement d’obédience progressiste-souverainiste, qui a constitué la première étape de l’unification de cette mouvance, s’est fusionné par la suite avec d’autres groupes pour former le parti de l’Union des forces progressistes (UFP). En 2001, il a été le premier candidat présenté par l’UFP lors d'une élection partielle tenue dans la circonscription de Mercier sur le Plateau Mont-Royal où il a obtenu 24,2% des suffrages. Amir Khadir lui a succédé lors de l’élection de 2003.

En 2006, Paul Cliche a été un des membres fondateurs de Québec solidaire, parti issu d’une fusion de l’UFP et du mouvement Option citoyenne dirigé par Françoise David. Il y est toujours actif. Âgé de 78 ans, il est à la retraite depuis 1997.
Peu importe le maire élu, aucun parti n'obtiendra de majorité absolue au conseil municipal de Montréal - Paul

Peu importe le maire élu, aucun parti n'obtiendra de majorité absolue au conseil municipal de Montréal - Paul Cliche

À une semaine des élections municipales, on peut prévoir avec une quasi certitude qu'aucun des partis en lice n'obtiendra une majorité des sièges au conseil municipal de Montréal. Une analyse des forces en présence permet de constater en effet que ni Équipe Coderre pour Montréal, ni Projet Montréal-Équipe Bergeron et encore moins Coalition Montréal-Marcel Côté ne pourront faire élire les 33 conseillers que requiert une majorité absolue à l'Hôtel de ville.
28/10/2013 12:32 EDT
L'accord de libre-échange canado-européen soulève des vagues - Paul

L'accord de libre-échange canado-européen soulève des vagues - Paul Cliche

D'un côté, le gouvernement Marois s'est dépêché d'accorder un appui sans réserve à l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Europe. De l'autre , ATTAC-Québec, le RQIC, Alternatives, la CSN, le syndicat des Travailleurs unis de l'automobile, de même que Québec solidaire expriment de profondes réticences à l'endroit de ce dernier et réclament que le document soit rendu public le plus vite possible.
21/10/2013 12:30 EDT
Une campagne axée sur des vedettes ou un débat éclairant sur les enjeux urbains à

Une campagne axée sur des vedettes ou un débat éclairant sur les enjeux urbains à Montréal?

Avec l'entrée en lice de Marcel Côté comme candidat à la mairie de Montréal, la table est mise pour les élections du 3 novembre . Il est d'ores et déjà évident que les projecteurs de la campagne se concentreront sur l'affrontement qui mettra le camp de ce dernier aux prises avec celui du populiste Denis Coderre. Malheureusement, les enjeux prioritaires, qui devraient être au centre des débats, risquent fort d'être éclipsés par cette lutte de vedettes.
09/07/2013 12:36 EDT