profile image

Michel Paillé

Démographe

Michel Paillé est démographe, spécialiste des questions linguistiques. Après une carrière au sein de deux organismes de la loi 101 (1980-2004), il devint chercheur-associé à la Chaire Hector-Fabre d’histoire du Québec (UQÀM, 2004-2008). Contractuel pour l’Office québécois de la langue française (OQLF, 2005-2011) et pour la Commission Bouchard-Taylor (2007-2008), il publie dans Le Devoir, L’Action nationale et le Bulletin d'histoire politique. Il a décrit Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec : profil et tendances 1996-2006 (OQLF, 2011). On lui doit les dernières mises à jour portant sur La fécondité des groupes linguistiques et sur La langue de l'enseignement au Québec (OQLF, 2008). Il s'est intéressé au débat suscité par l’«indice de langue d’usage public» apparu en 1999 : «Max Weber et la majorité francophone», (Le Devoir, 3 nov. 2007), «Langue, vie publique et vie privée», (Le Devoir, 3 déc. 2004), «Démolinguistique 101» (L’Action nationale, sept. 2003). Michel Paillé a participé à plusieurs ouvrages collectifs, dont Canadian Language Policies in Comparative Perspective (McGill-Queen’s University Press, 2010), L’aménagement linguistique au Québec (Les publications du Québec, 2002), Langues et sociétés en contact (Tübingen, Niemeyer, 1994), etc. Ancien président de l’Association des démographes du Québec (1989-1993), Michel Paillé tient un site Internet (http://michelpaille.com) où l’on peut trouver certaines de ses études ainsi que des articles, des commentaires et des notes critiques.
Services fédéraux en français: les Franco-Manitobains protestent - Michel CGinspiration via Getty Images

Services fédéraux en français: les Franco-Manitobains protestent - Michel Paillé

La faiblesse de l'indicateur fédéral se trouve dans l'importance accordée, dans les calculs, à la connaissance des langues officielles, une variable obtenue par une évaluation subjective non graduée des personnes. Pour les minorités francophones, Statistique Canada ignore tous les cas d'unilinguisme anglais, même si certains répondants sont de langue maternelle française ou parlent français à la maison.
16/12/2013 12:28 EST
Albert Jacquard et la laïcité - Michel Getty

Albert Jacquard et la laïcité - Michel Paillé

Conforme aux exigences de clarté d'Albert Jacquard, cette proposition, dont j'assume l'entière responsabilité, se soutient d'elle-même. Ne visant que la quiétude ou la sérénité d'esprit de tous les travailleurs, point n'est besoin de recourir à la «neutralité de l'État», à «l'égalité homme femme» ou, que sais-je encore, pour la justifier.
31/10/2013 02:21 EDT
Effet domino et vision libertarienne du français au Québec et... au Getty

Effet domino et vision libertarienne du français au Québec et... au Canada

Dans le billet intitulé «Immigration: le tabou du français», publié sur son blogue au Journal de Montréal, Joanne Marcotte aborde moult sujets: religion, langue, histoire, institutions d'enseignement, Révolution tranquille, souveraineté, bilinguisme, haine de l'anglais et des Anglos, sélection des immigrants, valeurs occidentales, prospérité économique, investissements privés, etc. Il s'agit là d'un programme si vaste, que j'ai l'embarras du choix pour le commenter.
16/08/2013 12:36 EDT
9 millions de Québécois en 2050: possible, Getty

9 millions de Québécois en 2050: possible, mais...

Le dernier portrait démographique dressé par l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) donne une image nuancée de notre situation, en comparaison à celle qui prévaut pour l'ensemble du Canada. Si certains indicateurs nous avantagent, au moins relativement, d'autres par contre laissent à désirer.
05/07/2013 12:17 EDT
Le «rapport Longpré» sur la francisation et l'intégration des Alamy

Le «rapport Longpré» sur la francisation et l'intégration des immigrants

Je nomme volontairement «Rapport Longpré», le livre d'une enseignante en francisation auprès des immigrants depuis 2007. Intitulé Québec cherche Québécois pour relation à long terme et plus - comprendre les enjeux de l'immigration, il est signé Tania Longpré. On y trouve plus de 30 recommandations concrètes très pertinentes,
11/06/2013 11:40 EDT
Question d'éthique: peut-on soutenir la cause du français au mépris de la PC

Question d'éthique: peut-on soutenir la cause du français au mépris de la science?

Pour motiver davantage les élus de l'Assemblée nationale à renforcer notre politique linguistique, certains en sont venus à faire un usage abusif de l'«indice de vitalité linguistique» (IVL). Pourtant, depuis la commission Gendron (1968-1973), au moins une demi-douzaine de démographes ont fait des mises en garde. Hélas, des interprétations nettement abusives sont réapparues.
23/05/2013 12:13 EDT
Loi 101: Québec invité à faire pire que Trudeau en Getty Images

Loi 101: Québec invité à faire pire que Trudeau en 1982

Proposer l'admissibilité à l'école anglaise des enfants originaires de pays anglophones apparaît tout naturel et simple. Or, amender la loi 101 pour définir une catégorie d'immigrants privilégiés en comparaison aux autres, c'est ouvrir une boite de Pandore. S'agit-il du pays de naissance ou du pays de dernière résidence avant de migrer? S'agit-il de la langue maternelle?
26/04/2013 06:54 EDT
La loi 101 jusqu'au cégep: la langue oui, mais la culture et la cohésion sociale PC

La loi 101 jusqu'au cégep: la langue oui, mais la culture et la cohésion sociale aussi

La culture, la cohésion sociale, voilà deux grandes oubliées dans le débat entourant la langue d'enseignement au collégial. Je constate une fois encore qu'au Québec, la question linguistique est un gros arbre qui cache bien d'autres dimensions de vie en société. Dans le cas particulier de l'intégration des immigrants, croire qu'il suffit de leur faire apprendre quelques rudiments de français pour les laisser à leur sort ensuite est un leurre.
03/04/2013 06:23 EDT
42% de nos Anglos voudraient quitter le Québec ! Prémonition ou Alamy

42% de nos Anglos voudraient quitter le Québec ! Prémonition ou rengaine?

Un sondage réalisé par EKOS Research a révélé que «42 % des personnes interrogées ont déclaré avoir envisagé de quitter la province à la suite de la victoire du PQ» aux élections générales québécoises de septembre. Peut-on vraiment croire à de telles intentions migratoires? Quand l'actualité politique nous ramène à la langue ou à la souveraineté, d'aucuns cherchent à faire un lien entre «le sort», réel ou appréhendé, des Anglo-Québécois, et notre déficit migratoire avec le reste du Canada.
22/02/2013 03:51 EST
L'heure juste sur le français: doit-on se méfier des organismes de la loi Alamy

L'heure juste sur le français: doit-on se méfier des organismes de la loi 101?

Dans son premier billet sur le HuffPost Québec en 2013, mon collègue Maxime Duchesne a proposé de «faire le ménage» au Conseil supérieur de la langue française (CSLF). Selon Duchesne, on trouve parmi ses 7 membres, plusieurs conseillers ayant «des liens avec le Parti libéral». Ils auraient été nommés «pour défendre l'inaction linguistique du gouvernement Charest». Ce serait nommément le cas de Mme Sylvia Martin-Laforge...
04/02/2013 02:06 EST
Québec Franco: un acrostiche inspiré par une lectrice du HuffPost Shutterstock

Québec Franco: un acrostiche inspiré par une lectrice du <em>HuffPost Québec</em>

En acceptant l'invitation du Huffington Post Québec d'écrire des billets à mon propre rythme, je ne croyais pas pouvoir intervenir très souvent. À d'autres blogueurs rencontrés à la soirée inaugurale de février 2012, je disais ne pas m'attendre à trouver dans l'actualité matière à interventions très soutenues. Or, non seulement ai-je produit 12 billets en 9 mois (mi-mars à mi-décembre), mais encore ai-je dû laisser filer quelques sujets interpelant un démographe.
10/01/2013 10:39 EST
En 35 ans, la loi 101 n'a jamais conduit au moindre diktat touchant la vie Shutterstock

En 35 ans, la loi 101 n'a jamais conduit au moindre diktat touchant la vie privée

En affirmant que «la loi 101 n'a pas et n'a jamais eu comme objectif d'intervenir dans la vie des couples et des familles pour leur dicter la langue qui s'y parlera», M. Jean-Pierre Proulx (Le Devoir, 3 décembre 2012) ne courrait aucun risque. En effet, malgré tout l'ascendant que M. Camille Laurin, parrain de la loi 101, avait acquis sur ses collègues du gouvernement péquiste élu en 1976, jamais René Lévesque n'aurait accepté que l'on veuille «intervenir» et «dicter» quoi que ce soit, pas même à propos de la langue. Cette idée n'a jamais effleuré l'esprit de M. Laurin.
10/12/2012 11:43 EST
L'anglais au Québec : Un gros mensonge encore tenace après 35 ans de loi CP

L'anglais au Québec : Un gros mensonge encore tenace après 35 ans de loi 101

M. Stephen A. Jarislowsky, président d'une «société agréée de conseillers en placements», a fait récemment quelques semonces aux Québécois francophones: réfractaires à l'anglais, ils s'isoleraient de l'humanité toute entière. Le 21 septembre 2012, il dénonçait un Québec voulant «supprimer l'anglais pour que le français puisse survivre» et «maintenir le peuple dans l'ignorance». Il affirmait que «nulle part ailleurs sur Terre, l'apprentissage de l'anglais n'est découragé».
18/10/2012 10:15 EDT
Jeune gouvernement minoritaire, vieil enjeu à négocier: le CP

Jeune gouvernement minoritaire, vieil enjeu à négocier: le français

L'élection d'un gouvernement minoritaire le 4 septembre dernier a rapidement conduit les analystes à comprendre que le gouvernement Marois devra négocier avec l'opposition pour faire voter certains éléments de son programme. Selon Michel David du Devoir, «le PQ ne sera pas en mesure de mettre en œuvre la 'gouvernance souverainiste'. Il faudra oublier la 'nouvelle loi 101' tout comme la citoyenneté québécoise, sans parler du référendum d'initiative populaire» (RIP).
25/09/2012 08:58 EDT
Élections 2012: refaire la loi 101 c'est bien, aller au-delà serait CP

Élections 2012: refaire la loi 101 c'est bien, aller au-delà serait mieux

Plusieurs partis politiques qui sollicitent les électeurs dans la présente campagne électorale abordent la question linguistique. Deux d'entre eux proposent même de refaire la loi 101. Nul doute que ces propositions renforceraient notre politique linguistique. Cependant, elles ne seraient pas suffisantes. J'ose même affirmer qu'une loi 101 parfaite, intégralement appliquée avec rigueur et finesse, à l'abri de toutes contestations judiciaires, ne suffirait pas à assurer la pérennité du français au Québec. Les attitudes et les comportements des francophones eux-mêmes, ainsi que les tendances lourdes de la démographie, sont en cause.
28/08/2012 12:58 EDT
La politique canadienne d'immigration: y a-t-il matière à bomber le AP

La politique canadienne d'immigration: y a-t-il matière à bomber le torse?

Devant la révision de la politique d'immigration canadienne, John Ibbitson, du Globe and Mail, (8 juillet 2012), témoigne de son ambivalence. Trouvant utiles, voire nécessaires, certaines mesures prises par le gouvernement fédéral, il s'inquiète par contre d'une révision qui conduirait à une baisse du nombre d'immigrants accueillis annuellement par le Canada.
01/08/2012 11:51 EDT