profile image

Kamel Daoud

Ecrivain et journaliste algérien

Kamel Daoud, né le 17 juin 1970 à Mostaganem, est un écrivain et journaliste algérien d'expression française. Il est le fils d'un gendarme, seul enfant ayant fait des études. En 1994, il entre au Quotidien d'Oran. Il y publie sa première chronique trois ans plus tard, titrée Raina raikoum ("Notre opinion, votre opinion"). Il est pendant huit ans le rédacteur en chef du journal. D'après lui, il a obtenu, au sein de ce journal "conservateur" une liberté d'être "caustique", notamment envers Abdelaziz Bouteflika même si parfois, en raison de l'autocensure, il doit publier ses articles sur Facebook. Il est aussi éditorialiste au journal électronique Algérie-focus. Le 12 février 2011, dans une manifestation dans le cadre du printemps arabe, il est brièvement arrêté. Ses articles sont également publiés dans Slate Afrique. Le 14 novembre 2011, Kamel Daoud est nommé pour le Prix Wepler-Fondation La Poste, qui échoie finalement à Éric Laurrent. En octobre 2013 sort son roman Meursault, contre-enquête, qui s'inspire de celui d'Albert Camus L'Étranger: le narrateur est en effet le frère de "l'Arabe" tué par Mersault. Le livre est présent dans la première sélection du prix Goncourt 2014.
L'art de ne rien faire face à l'État islamique et ses Getty

L'art de ne rien faire face à l'État islamique et ses prêcheurs

À Tunis, le carnage va coûter, au-delà des vies irrécupérables, l'économie d'un pays fragile : misère, pain noir et chômage arrivent. C'est en gros l'idée de Daech international : provoquer la pauvreté, ruiner les pays puis annoncer la fin du monde et recruter les hallucinés de la peine et de la faim.
02/07/2015 11:59 EDT