profile image

Jean-Marc Boivin

Directeur Général de Handicap International France

Jean-Marc Boivin, 53 ans, débute comme éducateur spécialisé. Durant 10 ans, il exerce en centre spécialisé et en milieu ordinaire auprès de personnes handicapées. Il devient chef d'un service « urgence sociale » pour l'accueil de personnes et de familles en grande exclusion sociale. C'est auprès des préfets qu'il poursuit sa carrière en devenant conseiller principal à l'emploi, chargé de mission "lutte contre les exclusions", à partir de 1990. Il travaille sur la coordination des politiques publiques en matière d'insertion sociale et professionnelle en faveur des personnes exclues et en situation de handicap. En 1995, il prend la direction d'une entreprise d'insertion et de solidarité internationale. Il se penche sur l'insertion professionnelle de travailleurs handicapés et de personnes en situation d'exclusion. Il rejoint Handicap International en 1999, comme directeur de programme, avant de se consacrer, 4 ans plus tard, à l'action politique et au plaidoyer. En 2010, il est nommé directeur général de Handicap International France.
Wikimedia Commons: Adrian Monk

Mines antipersonnel: le combat contre les armes des lâches n'est pas encore gagné

Toutes les deux heures, les mines, les bombes à sous-munitions et autres restes explosifs de guerre font une victime dans le monde. 72 % des victimes de ces armes sont des civils, dont 42 % d'enfants. Malgré deux traités d'interdiction, celui d'Ottawa, adopté en 1997, qui interdit les mines antipersonnel et celui d'Oslo, adopté en 2008, qui interdit les bombes à sous-munitions, certains pays continuent d'avoir recourt à ces armes. Aujourd'hui, c'est au mépris du droit international humanitaire que des mines antipersonnel et des sous-munitions sont utilisées en Syrie dans le cadre du présent conflit.
04/04/2013 09:06 EDT