profile image

Jean-François Pelletier

Enseignant au primaire

Je m’appelle Jean-François Pelletier et de suis enseignant de 4e au primaire. Je suis gradué de l’université du Québec à Montréal en enseignement du préscolaire et du secondaire. J’ai aussi obtenu un certificat en éducation interculturelle de cette même université. J’ai débuté ma carrière en 1992 dans le sud-ouest de Montréal en milieu défavorisé et j’y enseigne toujours. J’ai été prof d’une classe multiprogramme 2e/3e année, de 3e, de 6e et, depuis 10 ans, de 4e année. Enseigner est le rêve de carrière que j’ai poursuivi. Je suis un prof engagé et impliqué dans l’école où j’enseigne, comme c’est le cas pour tous mes collègues. Depuis mes débuts, j’ai vu le système se dégrader. Les services à l’élèves sont presqu’inexistants. Il arrive que des élèves soient référés dès la première année et qui sont évalués en 4e année ou pas du tout pendant leur primaire. C’est difficile d’être un témoin impuissant de ces situations. C’est nous les profs qui prenons soin des élèves et qui pallions pour les absences de service. Nous jouons le rôle de parent, de psychologue, de protecteur, de confident.. tout en essayant tant bien que mal d’enseigner. Notre mission est d’instruire, de socialiser et de qualifier. J’avoue que la mission est difficile et parfois impossible. Je passe environ 70% de mon temps à faire de la gestion de classe. J’adore quand même mon travail. C’est un privilège de pouvoir enseigner à des enfants. Je ne m’en plaignais pas, même si je savais que nous faisons une quantité incalculable d’heures non payées, jusqu’à l’annonce méprisante des mesures d’austérité à notre égard. Un miroir s’est brisé. Je ne pouvais pas croire ce que j’entendais, je ne le crois toujours pas. On dirait un mauvais rêve.