profile image

Jean-François Lisée

Ministre des Relations internationales, de la Francophonie, du Commerce extérieur, de la Métropole et chargé des Relations avec les Anglo-Québécois.

Jean-François Lisée fut pendant cinq ans conseiller, notamment aux affaires internationales, des premiers ministres québécois Jacques Parizeau et Lucien Bouchard. Il a écrit plusieurs livres, dont <em>Dans l’OEil de l’aigle</em>, sur la politique américaine face au mouvement indépendantiste, qui lui valut le prix du Gouverneur Général. Pendant près de 20 ans il fut journaliste, correspondant à Paris et à Washington pour des médias québécois et français. <br> <br> Également membre du Centre d’études sur les politiques et le développement social (CPDS), il a mis sur pied avec son équipe un site internet les politiques sociales et la mondialisation : PolitiquesSociales.net. Il a tenu un blogue de politique québécoise et internationale sur le site de <em>L’actualité</em>. <br> <br> Depuis le 4 septembre 2012, M. Lisée est député de Rosemont, sous la bannière du PQ. Dans le gouvernement de Pauline Marois, il était ministre des Relations internationales, de la Francophonie, du Commerce extérieur, de la Métropole et chargé des Relations avec les Anglo-Québécois.
Monsieur 38

Monsieur 38 %

Après Justin Trudeau, qui estime qu'un référendum sur la souveraineté du Québec, ou même un amendement constitutionnel canadien, doit passer la barre des deux-tiers pour être accepté, voici que le bon docteur Philippe Couillard, nouveau chef libéral québécois, campe à l'autre extrême de l'échelle non-démocratique fédéraliste. Il a affirmé sans rire que le Québec pourrait adhérer à la constitution canadienne par... un simple vote à l'Assemblée nationale.
21/03/2013 01:46 EDT
Mon appel du 8

Mon appel du 8 mars

Ce vendredi matin, je représentais la gent masculine dans un bel événement organisé par ma collègue de la condition féminine, Agnès Maltais. En ce 8 mars, Agnès lançait la campagne « Mairesse ou conseillère, pourquoi pas vous ? » À Montréal, Agnès et moi avons choisi un couple hors pair pour envoyer ce message: Louise Beaudoin et Liza Frulla...
08/03/2013 09:05 EST
Quand le sirop d’érable sauve notre

Quand le sirop d’érable sauve notre réputation

Vous le savez sans doute, je suis un fan du <em>Daily Show</em>, la parodie quasi quotidienne de l'actualité présentée en fin de soirée par le comédien américain Jon Stewart. Un million et demi d'auditeurs sont au rendez-vous. Jeudi soir dernier, lorsqu'il s'est mis à parler du Québec, je me suis dit qu'on allait se faire servir tout un plat de Pastagate. C'est le genre de l'émission.
06/03/2013 11:28 EST
Le courage des

Le courage des vandales

Dans la nuit de dimanche à lundi, des vandales ont fracassé des vitres des bureaux de mes collègues Pierre Duchesne, Léo Bureau-Blouin et du mien. Le geste est à la fois lâche et dérisoire. Lâche, car les auteurs n'ont pas eu le cran d'assumer leur acte, leur position, leur conviction, si tant est qu'ils en aient. Dérisoire, car s'il s'agit de soutenir le mouvement étudiant, cela lui nuit, évidemment.
25/02/2013 02:18 EST
Justin T: Monsieur

Justin T: Monsieur 66%

Le grand intellectuel Justin Trudeau a bien voulu nous éclairer cette semaine, sur l'ampleur de sa réflexion démocratique. Devant des étudiants Montréalais, il a fixé la barre que devraient franchir les Québécois pour accéder à la souveraineté: « Si on est pour changer la Constitution canadienne et l'état de notre pays de façon aussi profonde, on devrait au moins exiger le même seuil que celui qui est nécessaire pour changer la constitution du parti néo-démocrate, qui est des deux tiers. »
21/02/2013 06:01 EST
Le Québec dans le monde: solidarité et dérives

Le Québec dans le monde: solidarité et dérives canadiennes

L'action internationale du Québec toute entière est traversée par une idée qui dépasse la simple défense de nos intérêts nationaux. Par une idée qui nous ressemble et qui nous définit, ici et ailleurs : la solidarité. Depuis quelques décennies, le Ministère des relations internationales a défini ses propres programmes de solidarité internationale, en collaboration avec l'AQOCI.
20/02/2013 05:53 EST
« Monsieur », les Anglos et moi

« Monsieur », les Anglos et moi »

Rien de ce que M. Jacques Parizeau ne pourra dire à mon sujet n'entamera l'énorme respect que j'ai pour l'homme et sa remarquable contribution à l'histoire du Québec. Je lui dois aussi d'avoir accepté de faire de moi son conseiller spécial (et non son bras droit, qui était Jean Royer) pendant qu'il était premier ministre. Je lui en serai toujours reconnaissant. Nos relations ont connu des hauts et des bas, lui et moi, depuis la fin de notre lien d'emploi.
19/02/2013 07:00 EST
Les enjeux existentiels de politique internationale pour le

Les enjeux existentiels de politique internationale pour le Québec

L'intérêt premier du Québec est de constamment créer les conditions de son propre épanouissement. Pour une nation francophone qui forme 2% de la population nord-américaine, cela signifie contribuer sans relâche, sur tous les forums, avec inventivité et combativité, à un monde qui valorise la diversité culturelle et linguistique, plutôt que l'uniformité...
18/02/2013 10:47 EST
Canada-Europe: oui à l’emploi, non à la dictature du

Canada-Europe: oui à l’emploi, non à la dictature du marché

Notre objectif, dans les négociations commerciales, est certes de rendre nos entreprises plus actives dans le monde, et ainsi créer davantage d'emploi au Québec. L'accord en voie de négociation avec l'Europe éliminerait des tarifs douaniers allant de 6 à 14% sur plusieurs de nos produits exportés en direction d'un demi-milliard de consommateurs. Cela donnerait à notre économie un avantage concurrentiel considérable. Mais notre intérêt pour l'ouverture réciproque des marchés s'arrête lorsque les ententes menacent notre capacité, en tant que démocratie, de faire nos propres choix de politiques publiques.
16/02/2013 02:56 EST
Ruelles vertes et blanches: une raison de vivre en

Ruelles vertes et blanches: une raison de vivre en ville

Les amants de la vie familiale urbaine ont avalé leur café de travers, ce lundi matin, en découvrant dans La Presse que des mini-patinoires aménagées sur des ruelles de Villeray, à Montréal, avaient été détruites sans préavis. L'aménagement des ruelles, vertes en été, blanches en hiver, est un formidable atout pour les familles urbaines.
05/02/2013 05:54 EST
Delhi: le sommet des

Delhi: le sommet des ministres-blogueurs

C'était pour ainsi dire la rencontre des ministres-blogueurs. Shashi Tharoor est une des étoiles montantes de la vie politique indienne, naguère candidat au poste de Secrétaire Général des Nations-Unies. Aujourd'hui ministre indien de l'éducation, il est le ministre-blogueur et gazouilleur. Cela lui a valu quelques tuiles, pour avoir critiqué des politiques de ses collègues en ligne. Il en a vécu une période de purgatoire et est de retour aux affaires, avec ses 1,6 millions d'abonnés en Inde.
03/02/2013 05:46 EST
Le Québec en Inde: l’étonnante présence d’un

Le Québec en Inde: l’étonnante présence d’un lilliputien

Bon, je l'avoue, j'avais sous-estimé le Québec. J'avais bien vu que, depuis 2006, le gouvernement et les entreprises québécoises avaient commencé à labourer le marché indien. J'y voyais un effort louable, qui certes donnerait des résultats, mais je nous voyais comme un lilliputien tentant d'attirer l'attention d'un nouveau géant.
31/01/2013 03:29 EST
Français: mener les bons

Français: mener les bons combats

Le président de la SSJB, Mario Beaulieu, est mécontent. Dans une lettre ouverte publiée dans <em>Le Devoir</em>, il m'accuse de promouvoir «l'anglicisation» des services publics. Mon crime ? Avoir simplement dit tout haut, et en anglais, ce que stipule la loi 101 depuis 30 ans: si un employeur fait la démonstration que la connaissance de l'anglais est requise pour un poste, il peut réclamer la connaissance de l'anglais dans l'embauche pour ce poste.
30/01/2013 03:28 EST
Le crépuscule des

Le crépuscule des crapules

Quelques journalistes ont été étonnés que j'utilise le mot « crapules » pour parler des corrupteurs qui ont gangréné notre société ces dernières années. Comme si on devait se gêner. Le tort qu'ils nous ont causé est considérable. Les outils que nous déployons -- la nomination de Jacques Léonard au comité conseil de Montréal n'était que la dernière en date -- doit faire en sorte de faire du Québec, et de Montréal, un endroit particulièrement hostile... aux crapules !
25/01/2013 10:03 EST
La cuisine qui raccroche

La cuisine qui raccroche !

J'ai super bien mangé vendredi midi. J'étais invité chez un excellent traiteur. J'avais déjà gouté leurs délices lors d'une levée de fond, à l'automne. Un endroit chic ? Le nom du site internet, (<a href="http://www.traiteurbis.qc.ca" target="_hplink">www.traiteurbis.qc.ca</a>) et les photos qu'on y voit, pourrait nous le faire croire, si on n'y prête pas suffisamment attention. Mais le « bis » après « traiteur » signifie Buffet Insère-jeunes.
21/01/2013 09:47 EST
Notre Home: joies et périls du

Notre Home: joies et périls du bilinguisme

Jeudi soir à Westmount, j'ai eu trois questions -- plutôt, trois fois la même -- sur le bilinguisme, de la part d'Anglo-Québécois. Vendredi, sur les radio, j'ai eu plusieurs questions de francophones -- plusieurs fois la même -- sur le même sujet. J'ai donc traversé le miroir linguistique.
19/01/2013 04:04 EST
100 jours: tout un rapport

100 jours: tout un rapport d'étape

Chacun y va de son bilan des 100 jours. Pourquoi pas moi ? Je suis évidemment juge et partie mais, un coup parti, pourquoi ne pas juger? Plusieurs se concentrent, et c'est normal, sur les difficultés rencontrées sur le chemin. Mais si on prend un peu de recul et qu'on compare le point de départ et le point d'arrivée, on peut tirer un vrai bilan.
16/12/2012 08:50 EST
Commet faire sortir les PME du nid

Commet faire sortir les PME du nid québécois?

En leur donnant un tremplin. Ou une base de lancement. C'est ce que nous avons fait ce jeudi à New York, la Première ministre et moi, en ouvrant le premier d'une série de bureaux appelés « Expansion Québec ». Vous êtes une PME avec un super produit. Vous savez qu'il y a un marché, pour votre truc, ailleurs dans le monde.
13/12/2012 05:41 EST
Que faire lorsqu'on est un privilégié de

Que faire lorsqu'on est un privilégié de gauche?

Il n'y a de secret pour personne: j'ai eu une carrière professionnelle intense, j'ai négocié des contrats avec mes employeurs, j'ai écrit et publié des livres, j'en ai vendu un bon nombre et, n'étant pas très dépensier, j'ai accumulé de l'épargne. Avoir eu un père entrepreneur, l'avoir vu négocier sans arrêt a dû, à la longue, avoir un peu d'impact sur moi. Je reçois donc, maintenant, une partie du salaire que je m'étais négocié pendant mes 8 ans et demi au CÉRIUM.
12/12/2012 01:30 EST