profile image

Adis Simidzija

Fondateur de l'organisme à but non lucratif Des livres et des réfugié-e-s

Née à Mostar en Bosnie-Herzégovine, réfugié au Québec en 1998 alors que je n'avais que neuf ans et quelques levés de soleil.

Fondateur de l'organisme à but non lucratif: Des livres et des réfugié-e-http://www.deslivresetdesrefugiees.org/#!product-page/bi5g2/b55d9911-9d33-a806-01d3-a8e4ea78be06s, dont la mission consiste à faciliter l'intégration scolaire d'enfants réfugiés.

Auteur du livre « Confessions d'un enfant du XXIe siècle » et bachelier en sociologie de l'UQÀM.
Et tous ces « pics » qu'on ne voit pas, M. Coderre

Et tous ces « pics » qu'on ne voit pas, M. Coderre ?

En revanche, qu'advient-il des «pics» qui sont invisibles à l'oeil nu, M. Coderre ? Vous savez ces «pics» que vous ne voyez pas, mais qui mènent à la judiciarisation des populations en situation d'itinérance.
10/06/2014 09:58 EDT
Facebook, le journaliste et la théorie du

Facebook, le journaliste et la théorie du genre

Dans le <em>Journal de Québec</em>, le 9 mai dernier, se trouvait une merveilleuse absurdité. Par la sensibilité aiguë de sa réflexion, Dominic Maurais nous exposait de sa plume subtile et sibylline les nuances et contre coups de la théorie <em>Queer</em>.
19/05/2014 06:13 EDT
Jusqu'à quand abuseras-tu de nous,

Jusqu'à quand abuseras-tu de nous, capitalisme?

Le 1er mai, partout à travers le monde, on va souligner la journée internationale des travailleurs et des travailleuses. Il en va du devoir de tous et chacune de prendre la rue cette journée en solidarité avec tous.
01/05/2014 12:07 EDT
Le foulard, le pavé et le cocktail - Adis

Le foulard, le pavé et le cocktail - Adis Simidzija

Toi l'ouvrier ou l'ouvrière qui porte le foulard. Toi l'étudiant(e) qui lance le pavé. Toi l'anarchiste qui allume le cocktail. On te dit violent(e), on te dit intransigeant(e), on te dit criminel(le). Toi le flic qui charge ton arme, toi le journaliste qui allume ta caméra, toi le politicien qui ment. On te dit nécessaire, on te dit critique, on te dit <em>leader</em>.
08/04/2014 12:50 EDT
Pour l'amour de Françoise David - Adis

Pour l'amour de Françoise David - Adis Simidzija

Le 7 avril prochain, la majorité de la population québécoise ira jouer à la démocratie. Vous savez ce que je ferais cette journée-là? Je ne vais pas jouer, je vais lutter. Ma maman ? Elle va aller voter Québec solidaire.
31/03/2014 11:43 EDT
Brutalité policière: la normalisation d'une répression systémique - Adis

Brutalité policière: la normalisation d'une répression systémique - Adis Simidzija

Une réflexion sérieuse mérite d'être faite de la part des politiques, de la population et des médias sur la légitimité des faits et gestes du Service de police de la ville de Montréal. Accepter que celui-ci décide arbitrairement quelle manifestation aura lieu et quelle autre sera encerclée et tuée dans l'œuf est inacceptable.
17/03/2014 11:55 EDT
Le mutisme entourant la culture du viol - Adis Simidzija, Isabel Matton, Lynda Khelil, Jean-Pascal

Le mutisme entourant la culture du viol - Adis Simidzija, Isabel Matton, Lynda Khelil, Jean-Pascal Bilodeau

La culture du viol tend à remplacer nos espaces de liberté et de solidarité par des espaces d'oppression et de silences forcés, de domination et de violence. Ce qui est important de se souvenir, c'est que les cultures du viol et du silence sont des cultures: elles ne sont pas seulement dans la tête de quelques individus malintentionnés, mais bien véhiculés collectivement.
07/03/2014 12:25 EST
Ne m'emportez pas dans ce monde qui est le mien - Adis

Ne m'emportez pas dans ce monde qui est le mien - Adis Simidzija

Obsessivement à la recherche de conformité, on se retrouve dans un troupeau qui matérialise le sentiment à travers l'absurdité marchande. Au diable tout ça, la laideur des sentiments pulsionnels est bien plus réconfortante que la beauté d'un amour construit...
14/02/2014 01:23 EST
Derrière chaque vitre brisée, il y a une vie brisée - Adis

Derrière chaque vitre brisée, il y a une vie brisée - Adis Simidzija

Je dis à maman: «<em>C'est triste maman ils ont tué un itinérant qui avait un marteau dans les mains</em>». Maman me dit: «<em>Tiens-toi loin d'eux, mon fils</em>». Je lui réponds: «<em>Mais maman, l'itinérant n'était pas menaçant avant que huit chars de flics arrivent sur les lieux et que les flics pointent leurs armes sur lui</em>». Maman me dit: «<em>Non mon fils, je te parle des policiers, tiens-toi loin d'eux</em>»...
05/02/2014 12:23 EST