Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
Les blogues

Stop à la pression du sexe!

C'est quand même dingue de constater à quel point la société aime s'immiscer, aussi, dans notre chambre à coucher (ou plancher de cuisine, chacun son truc).

Faire l'amour, se reproduire, batifoler, faire du sexe, baiser, faire des galipettes... Quel que soit le nom que nous lui donnons, l'activité sexuelle ne passe pas au travers des injonctions de performance de la société, relayées dans les médias par d'éminents spécialistes.

Performance, esthétique, orgasmologie, bonheurologie du couple, autant d'aspects de la sexualité décortiqués, étudiés, normalisés pour expliquer aux pauvres humains que nous sommes ce qui est bon pour nous. Merci...

C'est quand même dingue de constater à quel point la société aime s'immiscer, aussi, dans notre chambre à coucher (ou plancher de cuisine, chacun son truc).

Après nous avoir expliqué à quel point il est important de faire attention à notre physique , après avoir mis dans la tête des filles et des garçons que l'orgasme était le graal de l'acte sexuel, après nous avoir bassiné avec l'utilisation des «sex toys», «sex tape», et autres expressions commençant par «sex», aujourd'hui, il faut avoir une activité sexuelle régulière pour augmenter son espérance de vie et prévenir les cancers. Autant dire qu'il faut être au top sur l'échelle du Q (c'est un peu comme l'échelle de Richter mais sans les secousses parfois) si nous voulons être dans le vent et vivre plus longtemps.

Se faisant l'écho des études scientifiques récentes, un bon docteur à la télévision nous apprend à moi et mon mari que 12 rapports sexuels mensuels nous ferait gagner 10 ans d'espérance de vie. Un "bon" rapport fait brûler 200 calories. Pfff, même pas la valeur d'un pain au chocolat. Une activité sexuelle fréquente préviendrait l'apparition de cancer du sein chez la femme et de la prostate chez l'homme (à moins que ça ne soit l'inverse).

10 ans de vie, ce n'est pas rien!

Oui mais voilà, quand tu es célibataire depuis des mois et que tu n'as pas forcément envie de batifoler avec le premier coureur de jupons qui t'accoste à la sortie du dernier bar à la mode, quand tu as des enfants en bas âge, et 12 journées en une et que tu anticipes déjà le réveil nocturne du petit dernier, quand ça fait 25 ans que tu es marié(e) avec la même personne, quand tu as des soucis, 12 rapports par mois, soit 3 rapports par semaine, c'est ENORME!!

Quelques questions nous viennent :

C'est quoi un bon rapport? Ça dure combien de temps? L'orgasme donne-t-il des points bonus pour la comptabilité des calories et l'espérance de vie?

Est-ce que ça compte pour atteindre les 10 000 pas que mon fitbit me demande de réaliser quotidiennement?

Est-ce qu'on peut rattraper sa dette de sexe (comme la dette de sommeil)? Par exemple, si l'on reste 4 mois sans aucune activité, est ce qu'en batifolant 2 fois par jour tous les jours pendant 2 mois ça rattrape?

Vaut-il mieux 3 "bons" rapports par semaine ou 3 minutes tous les jours suffisent-elles comme pour les abdos?

Quand on est en couple depuis longtemps, peut-on demander, à son médecin, une autorisation de changer de partenaire pour le bon suivi du traitement?

Comme nous n'avons pas trouvé de réponses à ces questions, et éreintés par notre semaine, nous nous sommes consolés devant le dernier épisode de notre série préférée avant de sombrer, au bout de 15 minutes, dans un sommeil, proche du coma, enlacés et heureux.

En conclusion, cette étude est à replacer dans un contexte plus global. Respirer, chanter, rire, danser, câliner, manger avec joie, profiter de la vie et ses petits détails et faire l'amour quand on en a envie sont des leviers puissants d'une bonne santé physique et mentale. Et si l'on se base sur ces critères, nous allons tous vivre jusqu'à 120 ans. Vu comme ça, la vie est belle!

VOIR AUSSI :

Sexe: 10 choses à savoir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.